Page précédenteTable des matièresPage suivante

Introduction

Presque tous les pays en développement détiennent d’importantes quantités de pesticides périmés parfois accumulées depuis 40 ans. Nous allons examiner en détail les causes de l’accumulation de ces stocks. On estime actuellement que les pays ne faisant pas partie de l’OCDE détiennent jusqu’à 500 000 tonnes de pesticides périmés. Les conditions de stockage de ces pesticides varient considérablement entre des produits en excellent état et potentiellement réutilisables, des amas de produits divers impossible à reconnaître et des sols lourdement contaminés où les pesticides se sont infiltrés.

Ces stocks de pesticides périmés, indépendamment de leur état et du lieu où ils se trouvent, constituent une menace sérieuse pour la santé et l’environnement lorsqu’ils ne sont pas gérés convenablement. C’est à proximité des lieux d’entreposage que l’on trouve les situations les plus dangereuses. Ces produits sont susceptibles d’être transportés à l’échelle planétaire et de contaminer des zones et organismes écologiques très éloignés.

L’étendue et la nature du problème des pesticides périmés demandent des mesures urgentes pour se débarrasser des stocks et prévenir toute accumulation ultérieure. De telles mesures sont techniquement complexes, coûteuses et nécessitent le soutien de la communauté internationale.

Cette étude présente la situation mondiale actuelle en matière de pesticides périmés et la position des différentes organisations concernées par ce problème. Son but est de servir de base à un futur plan d’action conjoint qui devrait être mis en place par le groupe de travail interagences sur les stocks de pesticides périmés. Ce groupe de travail compte parmi ses membres le Programme des produits chimiques du PNUE, le Secrétariat de la Convention de Bâle du PNUE, le Programme de la FAO pour la prévention et la destruction des stocks de pesticides périmés, le Programme de l’OMS pour la sécurité des produits chimiques et le Programme pesticides de l’OCDE. L’étude a également servi de base à l’atelier OCDE/FAO/PNUE sur les stocks de pesticides périmés (Etats-Unis, septembre 2000) et à la réunion de l’IOMC (Brésil, octobre 2000)

CARACTÈRE DE L’ÉTUDE

Les manières de gérer les pesticides périmés et les autres substances dangereuses tels que les produits chimiques industriels, les armes chimiques et les déchets médicaux comportent un certain nombre de similitudes. Toutefois, le problème des pesticides périmés présente d’autres aspects spécifiques, par exemple: pourquoi y a-t-il eu accumulation? Où se trouvent les lieux d’entreposage et comment les pesticides ont-ils été fournis et utilisés? C’est pourquoi on se limitera ici à examiner les pesticides périmés, sans prendre en considération les produits chimiques industriels, les armes et autres matériels.

Pour les besoins de la présente étude, on appellera pesticides périmés tout produit pesticide non utilisé parce qu’interdit, détérioré ou altéré, ayant dépassé la date de péremption indiquée ou qui, pour toute autre raison, n’est pas apte à être utilisé, ou encore dont le propriétaire ne veut plus. Certains pesticides peuvent être utilisés malgré leur état physique/chimique ou leur statut juridique: ceux-là sont classés comme périmés lorsqu’il y a lieu. Au contraire, certains produits, considérés périmés par leur propriétaire, pourraient encore être utilisables en termes de propriétés physiques, chimiques et biologiques. Ces produits sont également classés périmés et requièrent des mesures parmi lesquelles le transfert à un autre propriétaire pour une utilisation différente.

Page précédenteDébut de pagePage suivante