CL 123/INF/8


Conseil

Cent vingt-troisième session

Rome, 28 octobre – 2 novembre 2002

Participation des ONG/OSC au
Sommet mondial de l’alimentation:
cinq ans après et suivi

        Historique

1. Les relations de la FAO avec la société civile font partie intégrante de son action et s’insèrent dans une collaboration de longue date avec les organisations de consommateurs et les groupements de population rurale ainsi qu’avec de très nombreuses ONG. Cette interaction a reçu une impulsion nouvelle à l’occasion du Sommet mondial de l’alimentation en 1996. Quelque 500 ONG/OSC ont participé au Sommet lui-même, tandis que parallèlement un Forum des ONG réunissait 1 300 représentants de 80 pays. Ces consultations ont favorisé la création de réseaux sur la sécurité alimentaire qui sont restés actifs durant la phase de suivi du SMA. Des concepts et des initiatives qui ont été formulés pour la première fois au Forum des ONG – comme le code de conduite sur le droit à la nourriture – sont à présent un centre du débat international. Le système des Nations Unies dans son ensemble évolue dans le sens d’une gouvernance mondiale incluant toutes les parties prenantes. En 1999, la publication Politique et stratégie de la FAO pour la coopération avec les organisations non gouvernementales et autres organisations de la société civile a fourni un cadre solide à cet effet. La FAO et les ONG/OSC attachent beaucoup d’importance à une participation effective de la société civile au Sommet mondial de l’alimentation: cinq ans après.

        Préparatifs du SMA: cinq ans après (Rome, juin 2002)

2. Les progrès de la mise en oeuvre du Plan d’action du SMA et les problèmes rencontrés ont été examinés lors de consultations régionales des ONG/OSC tenues en liaison avec les Conférences régionales de la FAO en 2000. Les présidents de ces consultations ont présenté leurs conclusions à la session de septembre 2000 du Comité de la sécurité alimentaire mondiale et, à cette occasion, ils ont participé à une conférence-débat d’un genre nouveau aux côtés des porte-parole des Groupes régionaux des pays Membres de la FAO.

3. Dans le courant de la même année, les principaux réseaux et groupements d’ONG/OSC avec lesquels l’Organisation avait coopéré se sont penchés sur la manière d’organiser au mieux la participation des ONG/OSC au SMA: cinq ans après. Ces groupes se composaient de réseaux nationaux et régionaux de la société civile; d’organisations représentant des groupements d’intérêt comme des agriculteurs, des populations autochtones, des pêcheurs et des travailleurs agricoles; ils incluaient en outre des réseaux mondiaux d’ONG coopérant avec la FAO sur des sujets comme les ressources phytogénétiques, l’utilisation des pesticides et l’agriculture durable. Durant une réunion tenue en liaison avec la session de mars 2001 du Comité de l’agriculture, les organisations présentes ont décidé de constituer un mécanisme autonome de la société civile qui est devenu le Comité international de planification des ONG/OSC pour le SMA: cinq ans après (IPC)1. Dans les mois qui ont suivi, l’IPC a coordonné un processus de préparation intensive qui comprenait des initatives décentralisées aux niveaux national et régional et une réflexion thématique.

        Préparation thématique

4. Les ONG/OSC ont centré leur attention sur un petit nombre de questions qu’elles jugeaient capitales pour la réalisation des objectifs du SMA. Des documents thématiques ont été rédigés par des experts techniques de l’IPC dans les domaines suivants: souveraineté alimentaire à l’ère de la libéralisation commerciale, accès à la terre, approches nouvelles à la production alimentaire, accès aux ressources génétiques, droit à une nourriture adéquate.2 Un rapport de situation a également été rédigé, examiné aux réunions régionales et révisé pour servir de point de départ au plaidoyer des ONG/OSC au SMA: cinq ans après sur ces questions.

        Approche décentralisée

5. Une approche décentralisée à la réflexion sur la société civile et au dialogue avec les gouvernements a été adoptée, en élargissant le débat à partir du niveau des pays. Entre juin 2001 et juin 2002, l’IPC a coordonné une série de consultations aux niveaux national, sous-régional et régional. Les ONG/OSC ont été exhortées à prendre part aux préparatifs nationaux officiels avec l’appui des représentants de la FAO dans les pays et une participation s’est instaurée dans un grand nombre de pays dans toutes les régions.

6. Les membres régionaux de l’IPC, en collaboration avec les agents de liaison des ONG/OSC dans les bureaux régionaux de la FAO, ont organisé un premier cycle de consultations en 20013 et un autre en 2002 conjointement avec les Conférences régionales de la FAO. Les rapports de ces consultations ont été soumis aux sessions techniques et ministérielles des conférences régionales, fournissant l’occasion d’un dialogue entre les ONG/OSC et les gouvernements des États Membres à un niveau important. Une consultation internationale sur le droit à la nourriture des populations autochtones a également été organisée. Toutes ces activités se sont traduites par une présence active des ONG/OSC au SMA: cinq ans après et par l’organisation d’un Forum des ONG dynamique et productif.

        Forum des ONG/OSC durant le SMA: cinq ans après

7. Le Forum des ONG/OSC pour la souveraineté alimentaire a eu lieu à Rome du 8 au 13 juin 2002. Le 8 juin, quelque 20 000 personnes ont pris part à une marche pour la paix dans les rues de Rome sur le thème “Terre et dignité.” Le volet officiel du Forum a regroupé quelque  500 participants nommés par les agents de liaison de l’IPC pour les régions et les groupements d’intérêt, selon un système de quota garantissant une représentation équilibrée des régions et des types d’organisations: agriculteurs, populations autochtones, pêcheurs, syndicats et ONG. Ces participants se sont réunis en séance plénière pour des débats stratégiques et pour prendre des décisions. Les autres ONG/OSC présentes au Forum, près d’un millier, ont organisé des ateliers sur toute une série de questions et elles ont suivi les débats des plénières grâce à un circuit vidéo.

8. Le Directeur général de la FAO a pris la parole à la séance d’ouverture du Forum4. Le Forum a adopté une déclaration finale sur le thème: La souveraineté alimentaire: un droit pour tous. Il a également formulé un programme d’action détaillé qui a été présenté à la FAO avec une invitation à examiner les propositions qu’il contenait et à définir conjointement la manière dont la FAO et la société civile pourraient collaborer efficacement au suivi du SMA: cinq ans après. Ce programme d’action comprend cinq sections placées sous le thème général de la souveraineté alimentaire, défini comme étant le droit des peuples, des communautés et des pays à définir leurs propres politiques en matière d’agriculture, de travail, de pêches, d’alimentation et de régime foncier, répondant à leurs besoins particuliers sur le plan écologique, social, économique et culturel:

        Les ONG/OSC au SMA: cinq ans après

9. Près de 500 délégués d’ONG/OSC venant de plus de 250 organisations accréditées ont participé au SMA: cinq ans après. On s’est efforcé d’accréditer le plus grand nombre possible d’organisations sélectionnées pour participer au Forum des ONG/OSC afin de favoriser une interaction entre les deux manifestations. En outre, un certain nombre de représentants des ONG/OSC ont participé au Sommet en tant que membres de la délégation officielle de leur pays.

10. Dans le cadre du SMA: cinq ans après, un débat entre les parties prenantes a eu lieu au cours duquel des porte-parole des ONG/OSC ont présenté leur point de vue sur la manière de surmonter les obstacles à la réalisation des objectifs du SMA. Des délégués et observateurs des organisations intergouvernementales ont également participé à ces travaux. Le rapport final a été présenté en séance plénière au SMA: cinq ans après. La Déclaration du Forum des ONG/OSC a également été soumise en plénière, de même qu’un certain nombre de déclarations de réunions officieuses des ONG/OSC.5 Les ONG/OSC ont participé activement à de nombreuses manifestations parallèles qui se sont tenues au siège de la FAO, en particulier celles qui ont porté sur les femmes rurales, le programme de lutte contre la faim et le NEPAD. Elles ont également organisé des ateliers et ont rencontré des délégations des gouvernements.

        Suivi du Sommet mondial de l’alimentation: cinq ans après

11. Les préparatifs du SMA: cinq ans après, les débats du Forum des ONG/OSC, et le dialogue instauré avec les États Membres de la FAO, aux niveaux national, régional et mondial, ont jeté des bases solides pour une interaction accrue entre la société civile et la FAO. Un débat est en cours entre l’IPC et le Secrétariat de la FAO sur la meilleure manière de mobiliser cette vaste participation et de renforcer l’intérêt qui a été suscité pour les questions de sécurité alimentaire. Les ONG/OSC ont proposé que les principes et les méthodes de travail adoptés pour la préparation du Sommet soient maintenus: respect de l’autonomie des organisations de la société civile et de leur droit à l’autogestion, reconnaissance du fait qu’aucune structure ne peut "représenter" la société civile et promotion d’un processus décentralisé d’information et de consultation qui privilégie les couches de population qui sont le plus éloignées des lieux de décision.

12. Des mesures ont été prises pour renforcer le cadre institutionnel d’une coopération FAO- ONG/OSC, sur la base des dispositions pertinentes de la publication Politique et Stratégie de la FAO pour une coopération avec les organisations non gouvernementales et autres organisations de la société civile et sont incorporées dans le Cadre stratégique de la FAO et dans le Plan à moyen terme. Ces mesures incluent le renforcement de l’ouverture de la FAO à la société civile aux niveaux national et régional et la promotion de l’accès à l’information et de la participation effective de la société civile aux forums de l’Organisation sur les politiques afin que les pays Membres de la FAO puissent tenir compte des préoccupations de la société civile lorsqu’ils prennent leurs décisions en matière de politiques et de programmes. Pour leur part, les ONG/OSC se sont engagées dans une interaction avec le Secrétariat de la FAO et un dialogue avec les Membres de la FAO à tous les niveaux pour faire avancer les questions prioritaires qu’ils jugent capitales pour atteindre les objectifs du Sommet. Ils interviendront par le biais de campagnes d’information et de sensibilisation du public; en collaborant avec la FAO pour documenter, diffuser et intégrer des approches prometteuses à la production alimentaire et à l’accès et la gestion des ressources; en apportant leur connaissance des problèmes locaux pour les analyses techniques et les activités de réglementation de la FAO; en s’engageant aux côtés des États Membres pour renforcer l’action nationale pour la mise en œuvre des engagements du SMA; et en aidant à donner la parole, et un rôle actif, aux bénéficiaires ultimes des programmes de terrain de la FAO. Ces activités se baseront sur une vaste collaboration entre les ONG/OSC et la FAO, et permettront d’en accroître l’incidence, et elles seront documentées dans un rapport qui sera publié en temps voulu.

 

A. ANNEXE 1

B. Comité International de planification des ONG/OSC

(Composition à la date du SMA: cinq ans après)

Agent de liaison international:

Antonio Onorati, Coordonnateur, Associazione ONG Italiane (Comité d'Accueil des ONG) - Italy

Coordonnateur de la préparation des études de cas:

Jean Marc Von der Weid, Assessoria e Serviços a Projetos em Agricultura Alternativa - AS-PTA - Brazil

Agents de liaison régionaux:

Afrique:

Ndiogou Fall, Réseau des organisations paysannes et de producteurs agricoles de l'Afrique de l'Ouest - ROPPA, Senegal

Mercy Karanja, Kenya National Farmers Union - KNFU, Kenya

Elisabeth Atangana, Concertation Nationale des Organisations Paysannes du Cameroun

Asie-Pacifique:

Nathaniel Don Marquez, Asia NGO Coalition - ANGOC - Philippines

Biblap Halim, Institute for Motivating Self Employment - IMSE - India

Sarojeni Rengam, Pesticides Action Network - PAN – Malaysia

Proche-Orient:

Fouad Chehat, AREA, Algeria

Sahar Salama, International Cooperative Alliance - ICA, Egypt

Mariam Rahmaman, Centre for Sustainable Development and Environment - CENESTA - Iran

Europe (UE et pays d’Europe orientale et centrale):

Daniel Van Der Steen, Liaison Committee of Development NGOs to the EU, Belgium

Annemarija Slabe, Institute for Sustainable Development, Slovenia

Amérique latine et Caraïbes

Alberto Ercilio Broch, Confedercão Nacional dos Trabalhadores na Agricultura - CONTAG - Brazil

Rosaura Rodriguez, Union estatal de organizaciones económicas y mujeres productoras de Guerrero - UESTATAL - Mexico

Francisco Menezes, Instituto Brasileňo de Analises Sociales y Económicas - IBASE - Brazil

Amérique du Nord:

Stuart Clark, Co-Chair Canadian Consultative Group on Food Security

Coordonnateurs des principaux groupes d’intérêt:

Agriculteurs:

David King, International Federation of Agricultural Producers - IFAP

Paul Nicholson, Via Campesina

Populations autochtones:

Carol Kalafatic, International Indian Treaty Council - IITC

Agriculture durable/Sécurité alimentaire:

Linda Elswick, Sustainable Agriculture and Rural Development Working Group/NGO SAFS Caucus

Syndicats:

Peter Hurst, International Union of Food, Agricultural, Hotel, Restaurant, Catering, Tobacco and Allied Workers' Associations – IUF

Groupes ad hoc des ONG internationales implantées à Rome:

Francesca Ronchi-Proja, International Federation for Home Economics - IFHE

Organisations de jeunes:

Marita Wiggerthale, International Movement of Catholic Agricultural and Rural Youth - MIJARC

Agents de liaison thématiques:

Droit à la nourriture:

Michael Windfuhr, Organización Internacional de Derechos Humanos por el Derecho de Alimentarse - FIAN

Souveraineté alimentaire:

Steve Suppan, Institute for Agriculture & Trade Policy - IATP

Modèles de production agricole:

Jean Marc von der Weid, Assessoria e Serviços a Projetos em Agricultura Alternativa - AS-PTA

Accès aux ressources productives:

    Genetic Resources:

Henk Hobbelink, GRAIN

Pat Mooney, Erosion, Technology and Concentration Group - ETC Group

Patrick Mulvany, Intermediate Technology Development Group - ITDG

    Terre:

Peter Rosset, Food First

Démocratie et participation de la société civile:

Elena Mancusi-Materi, Society for International Development - SID (elenam@sidint.org)

____________________________

1 La liste des membres de l’IPC à la date du SMA: cinq ans après est jointe à l’Annexe I.

2 Tous les documents de l’IPC et du Forum des ONG/OSC sont disponibles sur le site du Forum: http://www.forumfoodsovereignty.org. Se reporter aussi au site de la FAO sur les ONG/OSC.

3 À l’époque, il était prévu que le SMA: cinq ans après se tiendrait en novembre 2001.

4 L’allocution du Directeur général est disponible sur le site de la FAO sur le SMA: cinq ans après.

5 Toutes ces déclarations sont disponibles sur le site web du SMA: cinq ans après.