Cover
TECHNIQUES D'ELEVAGE INTENSIF ET D'ALIMENTATION DE POISSONS ET DE CRUSTACES

TABLE DES MATIERES

PROJET REGIONAL MEDITERRANEEN OE DEVELOPMENT DE L'AQUACULTURE
MEDITERANEAN REGIONAL AQUACULTURE PROJECT

Villanova di Motta di Livenza - ITALIE - Vol. II


Les liens hypertextes vers d'autres sites de l'Internet ne signifient nullement que l'Organisation approuve officiellement les opinions, ides, donnes ou produits qui y sont prsents, qu'elle en assume la responsabilit ou qu'elle garantit la validit des informations qui s'y trouvent. Leur seul objectif est d'indiquer o trouver un complment d'informations sur des thmes apparents.

Cette version numrique du document a t scannris en utilisant des logiciels de reconnaissance optique de texte (OCR). La FAO dcline toute responsabilit pour les ventuelles diffrences pouvant apparatre dans ce document par rapport la version imprime originale.


TABLE DES MATIERES

LA PISCICULTURE COTIERE DU HAUT ADRIATIQUE

ELEVAGE INTENSIF DU LOUP (Dicentrarchus labrax) ET DE LA DAURADE (Sparus aurata) EN RACEWAYS
ASPECTS BIOLOGITQUES ET TECHNOLOGIQUES DU GROSSISSEMENT

I.   GENERALITES

I.1.   Eaux chaudes - Eaux froides

I.2.   Les 3 phases d'élevage

I.3.   Les différents types de bassins

II.   L'ELEVAGE

II.1.   Programme d'élevage - Gestion des Stocks

II.1.1   Nurserie

II..1.2   Prégrossissment - Grossissement

II.2.   Gestion de l''eau

II.2.1.   Consommation d'oxygène dans les bassins

II.2.2.   Le taux d'ammoniac gazeux

II.2.3.   Autres paramètres physico-chimiques

II.2.4.   Aspects hydrauliques

II.2.5.   Valeurs usuelles

II.3.   Alimentation

II.3.1.   Généralités

II.3.1.1.   Le calcul des retions

II.3.1.2.   L'équilibre des formulations - L'appétence

II.3.2.   Alimentation sêche ou humide

II.3.2.1.   Alimentation sêche

II.3.2.2.   Alimentation humide

III.   LA FERME D'ELEVAGE DE GRAVELINES

III.1.   Introduction

III.2.   Conception de la ferme

III.3.   Description de la ferme

III.3.1.   Les circuits d'eau

III.3.2.   Les unités d'élevage

III.3.3.   Les équipements annexes

III.4.   L'exploitation de la ferme - Premiers résultats

III.4.1.   Caractéristiques générales

III.4.2.   Premiers résultats

III.5.   Perspectives d'avenir

PISCICULTURE INTENSIVE - ITTIGA UNGENTO S.P.A. TORRE MOZZA DI URGENTO - LECCE

ELEVAGE INTENSIF DE L'ANGUILLE

ELEVAGE INTENSIF DU MULET

LISTE DES FIGURES

Fig. 1.   Caractéristiques spécifiques des différentes espèces de mulets.

Fig. 2.   Courbes de croissance des mulets dans la valliculture extensive.

Fig. 3.   Courbes obtenues pour diverses espèces de mulets suivant la méthode intensive - semi-intensive.

Fig. 4.   Comparaison entre les pourcentages de survie obtenus en élevage intensif et extensif (première année) des différentes espèces élevées en valliculture.

Fig. 5.   Schéma de l'écosystème “étang” ; les facteurs principaux.

Fig. 6.   Accroissement pondéral d'alevins de M céphalus élevés à partir de régimes à contenu protéique différent.

Fig. 7.   Accroissement pondéral mulets 0+ nourris à partir de régimes à contenu protéique différent.

Fig. 8.   Comparaison entre les accroissements pondéraux de différentes espèces de mulets (alevins) élevés à partir de régimes à contenu protéique et glucidique différents.

Fig. 9.   Composition des différents régimes utilisés dans l'expérience décrite à la figure 8.

Fig. 10. Graphique attestant le pourcentage de déchet de l'aliment fourni aux mulets en fonction de la dimension des particules (au dessus) et le pourcentage d'utilisation des protéines également en fonction de la dimension des particules de l'aliment (en dessous).

Fig. 11. Données expérimentales d'un essai tendant à vérifier l'efficacité du système de filtration du mulet.

Fig. 12. Tableau des résultats (valeur moyenne) des essais illustrés fig. 11.

Fig. 13. Données d'un essai tendant à vérifier l'influence des systèmes de distribution de l'aliment sur l'accroissement et sur l'indice de conversion.

Fig. 14. Distribution des fréquences des proies du mulet en fonction de leur dimension.

Fig. 15. Idem fig. 14, mais rapporté à L. ramada capturé en eau salée.

Fig. 16. Idem fig. 14, mais rapporté à L. ramada capturé en eau douce.

Fig. 17. Idem Fig. 14, mais rapporté à L. ramada capturé aux rejets d'une installation d'élevage intensif de loup.

CORRELATIONS A L'INTERIEUR DE LA COMMUNAUTE TROPHIQUE DANS DES ETANGS FERTILISES POUR L'ELEVAGE COMMERCIAL DE LA CREVETIE IMPERIALE (Penaeus Japonicus) BATE EN MER ADRIATIQUE NORD (Côte Nord-Est de l'Italie)

Légendes

Fig. 1.   Plan de la Lagune de VENISE, situant la “Valle SPARESERA” (1) et la “Valle FOSSE”(2)

Fig. 2.   Planimètre de la “Valle SPARESERA” montrant les étangs utilisés pour l'expérience. Les flêches indiquent la direction du courant d'eau dù à la marée et au pompage.

Fig. 3.   Schéma du programme de fertilisation des étangs (étangs A, B, C, D, E, F) durant toute l'expérience, de la préparation de l'étang jusque peu avant la récolte.

Fig. 4.   MEsures des teneurs en nutrients pendant la fertilisation de la “valle SPARESERA”. les flêches indiquent les dates des opérations de fertilisation.

Fig. 5.   Mesures des teneurs en nutrients dans la “valle FOSSE”. Les flêches, à gauche, indiquent l'unique date de fertilisation (organique et inorganique).

Fig. 6.   Température de l'eau dans l'étang D de la “valle SPERESERA”.

Fig. 7.   Histogramme des biomasses du phyto et zoo-plancton exprimées en poids humide, avec la courbe correspondante de la chlorophylle a dans la “valle SPARESERA” Elle montre également le composition qualitative des espèces les plus représentatives de la communauté.

Fig. 8.   Histogramme des biomasses de phyto et zoo-plancton exprimées en poids humide, avec la courbe correspondante de la chlorophylle a dans la “valle FOSSE”. Elle montre également la composition qualitative des espéces les plus représentatives de la communauté.

Fig. 9.   Courbe de transparence de l'eau dans l'étang D de la “valle SPARESERA” et dans l'étang F de la “valle FOSSE” donnée par le disque de SECCHI. Les flêches indiquent les dates de fertilisation; la dernière flêche, à droite, (de couleur blanche) indique la dernière fertilisation, qui ne fut pas réalisée dans l'étang D.

Fig. 10. Histogrammes des biomasses macro-benthiques exprimées en poids humide dans l'étang D, “valle SPARESERA”, et l'étang F, “valle FOSSE”; la composition qualitative des principaux groupes zoologiques est donnée pour ces biocénoses. Les courbes expriment les fractions de biomasses réellement utilisées par les pénéïdes, à savoir, les annélides, les crustacés et les insectes considérés dans leur ensemble, et les parties molles des mollusques qui sont susceptibles d'être attaqués (Hydrobia sp et autres), et les Cerastoderma glaucum d'une taille inférieure à 3 mm.

Fig. 11. Courbes montrant la croissance pondérale des populations de Penaeus japonicus dans les étangs D et F, respectivement dans les “valli SPARESERA et FOSSE”.

AMELIORATIONS RECENTES DES TECHNIQUES D'ELEVAGES ET DE LA QUALITE DES ANIMAUX PRODUITS EN ECLOSERIE DE LOUP, Dicentrarchus labrax

PRODUCTION DE POST-LARVES DE P. JAPONICUS GAIN DE PRODUCTIVITE PAR MODIFICATION DES SEQUENCES ALIMENTAIRES

LA FRABRICATION INDUSTRIELLE DES ALIMENTS COMPOSES POUR ESPECES MARINES

PRINCIPES D'ALIMENTATION POUR POISSONS MARINS EN ELEVAGE INTENSIF

ALIMENTATION DES POISSONS MARINS BESOINS DES ESPECES MEDITERRANEENNES

CONTROLE DE LA QUALITE DES ALIMENTS EN PISCICULTURE

PROBLEMES PATHOLOGIQUES EN PISCICULTURE INTENSIVE