Previous Page Table of Contents Next Page


RAPPORT DE LA CONFÉRENCE DE REYKJAVIK SUR UNE PÊCHE RESPONSABLE DANS L'ÉCOSYSTÈME MARIN

 

PRÉPARATION DU PRÉSENT DOCUMENT

Le présent document est le rapport administratif approuvé par la Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin tenue en Islande du 1er au 4 octobre 2001, organisée par le Gouvernement islandais et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture et parrainée par le Gouvernement norvégien. Les résumés analytiques des débats techniques et les versions abrégées des documents seront publiés dans un volume séparé.

Distribution:

Tous les Membres de la FAO
Participants à la Conférence
Département des pêches de la FAO
Fonctionnaires régionaux des pêches de la FAO

RÉSUMÉ

FAO.
Rapport de la Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin. Reykjavik, Islande, 1-4 octobre 2001.
FAO Rapport sur les pêches
No. 658. Rome, FAO. 2002. 128p.

La Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin s'est tenue à Reykjavik (Islande) du 1er au 4 octobre 2001. La Conférence a adopté la Déclaration de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin, qui figure à l'Annexe I du présent rapport.

OUVERTURE DE LA CONFÉRENCE ET ÉLECTION DU PRÉSIDENT

1. La Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin s'est tenue à Reykjavik (Islande) du 1er au 4 octobre 2001, à l'aimable invitation du Gouvernement islandais. Elle était organisée conjointement par la FAO et l'Islande, avec le coparrainage du Gouvernement norvégien. Le Président de l'Islande, Son Excellence Ólafur Ragnar Grímsson, a assisté à l'ouverture de la session plénière.

2. Les participants à la Conférence ont élu à la fonction de Président Son Excellence Monsieur Arni M. Mathiesen, Ministre islandais des pêches, qui a souhaité la bienvenue dans son pays aux délégués. Son discours d'acceptation figure à l'Annexe G du présent rapport.

3. Ont participé à la Conférence 59 Membres de la FAO, ainsi que des observateurs de deux pays non membres de la FAO et du Saint-Siège. Des représentants de trois institutions spécialisées des Nations Unies y ont également participé, ainsi que des observateurs de 16 organisations intergouvernementales et de 10 organisations non gouvernementales. Cent soixante-sept délégués étaient également présents en qualité d'observateurs, à titre personnel. La liste des délégués et observateurs est reproduite à l'Annexe B du présent rapport.

4. La parole a tout d'abord été donnée à M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO. Dans sa déclaration, le Directeur général a remercié le Gouvernement de la République d'Islande pour l'organisation de la Conférence, en collaboration avec la FAO, et pour son aide financière. Il a également remercié le Gouvernement norvégien, qui a coparrainé la Conférence, pour son soutien et son aide financière. Le Directeur général a souligné l'importance de la pêche pour la sécurité alimentaire et la nécessité d'améliorer la gestion des pêches dans de nombreuses régions. Il a exprimé l'espoir de voir naître, dans le domaine de la pêche, un consensus international qui puisse prouver au monde que les pays pratiquant la pêche ont décidé, d'un commun accord, de faire face au défi posé par une gestion de la pêche fondée sur l'ensemble de l'écosystème. La version intégrale de la déclaration prononcée par M. Diouf est jointe au présent rapport (Annexe D).

5. Son Excellence Monsieur Otto Gregussen, Ministre norvégien des pêches, s'est ensuite adressé aux participants. Il a indiqué que son gouvernement était fier de coparrainer la Conférence. Il a souligné que son pays était tributaire de l'exploitation durable des ressources biologiques marines. Il a exprimé l'espoir que les participants arrivent à un accord sur les avantages d'une gestion des ressources biologiques des mers axée sur l'écosystème et sur les perspectives qu'elle ouvre. La version intégrale de son discours figure à l'Annexe E du présent rapport.

6. Enfin, Son Excellence Monsieur Harldór Ásgrímsson, Ministre islandais des affaires étrangères, a pris la parole. Il a souligné l'importance de la Conférence et le besoin d'agir de manière responsable dans le domaine de la pêche grâce à la coopération scientifique et technique concernant les problèmes communs, à l'adoption de décisions sur les règles et subventions applicables aux échanges et à l'assistance financière fournie aux pays en développement dans le domaine des pêches. Il a souhaité que les travaux difficiles qui attendent les délégués soient couronnés de succès et exprimé l'espoir que la Conférence aboutisse à une Déclaration, qui pourrait ensuite être présentée, comme un premier jalon, à la Conférence de la FAO lors de sa trente et unième session, prévue en novembre 2001, puis au Sommet mondial sur le développement durable prévu à Johannesburg en septembre 2002. L'allocution du Ministre est jointe au présent rapport (Annexe F).

QUESTIONS DE PROCÉDURE

Adoption de l'ordre du jour et organisation de la Conférence

7. La Conférence a adopté l'ordre du jour tel qu'il figure à l'Annexe A. Les documents soumis à la Conférence sont énumérés à l'Annexe C.

Élection des Vice-Présidents de la Conférence

8. La Conférence a élu les Vice-Présidents suivants:


Algérie

M. Amar Ghoul

Angola

Mme Helia Sandra Morgado Da Silva


Canada

M. David C. Bevan


Mexique

Mme Mara Murillo


Nouvelle-Zélande

M. John H. Annala


Viet Nam

M. Ngoc Ta Quang

Nomination des responsables du Colloque scientifique

9. Ont été nommés:


Président:

M. Michael Sinclair


Vice-Présidents:

M. Hein Rune Skjoldal
M. Jóhann Sigurjónsson

Élection du Comité de rédaction

10. La Conférence est convenue que le Comité de rédaction devait être ouvert à tous les Membres de la FAO représentés à la Conférence. M. Abraham Iyambo, Ministre namibien des pêches a été élu Président de ce comité.

Exposé liminaire du Président

11. Le Président a insisté sur l'objectif de la Conférence et déclaré qu'il comptait sur la coopération de tous les participants.

CONFÉRENCE: PREMIÈRE SÉANCE PLÉNIÈRE - PRÉSENTATION GÉNÉRALE

12. Cinq documents présentant un aperçu général des pêches maritimes de capture ont été soumis à la Conférence: Obligation de protection des écosystèmes marins au titre des conventions internationales et des autres instruments juridiques; Prise en compte des écosystèmes dans la gestion de la pêche; Perspectives du secteur industriel; Perspectives de la pêche artisanale dans le cadre d'une approche de la gestion axée sur l'écosystème; Perspectives environnementales sur une pêche responsable: nécessité d'adopter des approches globales. Ces documents seront publiés dans les Actes de la Conférence.

COLLOQUE SCIENTIFIQUE

13. Le Colloque scientifique était divisé en trois séances: 1 - Dynamique des écosystèmes marins; 2 - Rôle de l'homme dans les écosystèmes marins; 3 - Incorporation des considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches. Seize documents ont été présentés lors de ces séances. Ces documents seront publiés dans les Actes de la Conférence.

SECONDE SÉANCE PLÉNIÈRE - CADRE D'UNE ACTION FUTURE

14. Le Président du Colloque scientifique, M. Michael Sinclair, a présenté un bref compte rendu des principales considérations définies lors des trois séances du Colloque et a fait part de certaines observations élaborées par lui-même et par le Président, M. Johann Sigurjonsson (ce document non officiel figure à l'Annexe H).

15. Le Président a ensuite présenté le document portant la cote Reykjavik 2001/4 intitulé: «Vers une gestion écosystémique des pêches» et a donné des exemples de l'expérience acquise par son pays en matière d'intégration d'aspects relatifs à l'écosystème dans la gestion des pêches.

16. Les ministres responsables de la pêche dont les noms figurent ci-après ont pris la parole: M. Mahmood Hojjati (République islamique d'Iran), M. Ngoc Ta Quang (Viet Nam), M. Fabius M. Byaruhanga (Ouganda), M. Abraham Iyambo (Namibie - au nom des pays de la SADC), M. Cassius B. Elias (Sainte-Lucie), M. Rokhmin Dahuri (Indonésie) et Mme Maria de Fatima Monteiro Jardim (Angola).

17. Les représentants des Membres de la FAO ci-après ont pris la parole: Norvège, Nouvelle-Zélande, États-Unis d'Amérique, Équateur, Japon, Islande, Maroc, République de Corée, Ghana, Australie, Communauté européenne, Mexique, Canada, Algérie, Brésil, Inde, Bangladesh, El Salvador (au nom des pays d'Amérique centrale), Chili, Chine, Cameroun, Indonésie, Malte, Mauritanie, Cuba, Thaïlande, Tonga. Une déclaration a également été faite par l'Ukraine (membre de l'ONU) et par des observateurs d'organisations intergouvernementales et d'organisations internationales non gouvernementales.

ADOPTION DE LA DÉCLARATION DE LA CONFÉRENCE

18. La Déclaration de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin figurant à l'Annexe I a été adoptée par la Conférence le 4 octobre 2001. Après son adoption, les délégués du Japon et de Sainte-Lucie ont prononcé des déclarations en indiquant que s'ils n'entendaient pas bloquer le consensus, ils avaient néanmoins l'intention de s'abstenir d'y adhérer. Leurs déclarations figurent aux Annexes J et K respectivement.

ADOPTION DU RAPPORT ADMINISTRATIF DE LA CONFÉRENCE

19. Le rapport administratif de la Conférence a été adopté le 4 octobre 2001.

ANNEXES

A. Ordre du jour annote

LA CONFÉRENCE

Matin: 9 heures

Allocutions d'ouverture
Élection du Président et des Vice-Présidents
Adoption de l'ordre du jour et organisation de la réunion

Présentation du Président

PREMIÈRE SÉANCE PLÉNIÈRE - CADRE GÉNÉRAL

Aperçu mondial des pêches de capture maritimes
- Serge Garcia

Obligation de protéger les écosystèmes marins dans le cadre des Conventions internationales et d'autres instruments juridiques
- Transform Aqorau

Tenir compte de considérations liées à l'écosystème dans l'aménagement des pêches: perspectives de la grande pêche industrielle
- Bernt O. Bodal

Perspectives de la pêche artisanale dans le cadre d'une approche de gestion des pêches fondée sur l'écosystème
- Sebastian Mathew

Point de vue d'un écologiste sur la pêche responsable: la nécessité d'approches holistiques
- Tundi Agardy

COLLOQUE SCIENTIFIQUE

y compris des présentations d'affiches)

Première séance Dynamique des écosystèmes marins

Après-midi: 14 heures

Géographie écologique comme cadre d'une transition vers la pêche responsable
- Daniel Pauly, Reg Watson et Villy Christensen

Le fonctionnement des écosystèmes marins
- Philippe Cury, Lynne Shannon et Yunne-Jai Shin

Chaînes alimentaires océaniques: Qui mange qui et dans quelle mesure?
- Andrew W. Trites

Compétition pour l'alimentation dans les océans: l'homme et les autres prédateurs apicaux
- Tsutomu Tamura

Modèles d'écosystèmes et plurispécifiques
- Gunnar Stefansson

Débat et résumé

Deuxième séance Rôle de l'homme dans les écosystèmes marins

Aperçu général des multiples utilisations des écosystèmes marins
- Andy A. Rosenberg

Effets de la pêche sur les habitats marins benthiques
- Michel J. Kaiser, Jeremy S. Collie, Stephen J. Hall, Simon Jennings, Ian R. Poiner

Ampleur et impact de mortalité des captures accessoires due aux engins de pêche
- Robin Cook

Mardi 2 octobre 2001

Matin: 9 heures

Effets de la pêche sur les espèces et sur la diversité génétique
- Ellen Kenchington

Effets de la pêche sur les "espèces dépendantes" et sur la structure et la fonction des écosystèmes marins
- Henrik Gislason

Modifications de l'environnement provoquées par l'homme: effets sur les pêches
- Katherine Richardson

Débat et résumé

Troisième séance Intégrer des considérations concernant les écosystèmes dans l'aménagement des pêches

Résultats des systèmes d'aménagement des pêches et impératifs des écosystèmes
- Jon G. Sutinen et Mark Soboil

Rôle des législations relatives au contrôle des captures, risques et aléas, et place de l'approche de précaution dans un aménagement fondé sur l'écosystème
- Doug S. Butterworth et Andre E. Punt

Après-midi: 14 heures

Modification des engins de pêche pour atteindre les objectifs relatifs à l'écosystème
- John Willy Valdemarsen et Petri Suuronen

Intégration des objectifs de préservation des écosystèmes dans la gestion des pêches maritimes durable, y compris les points de référence concernant les "meilleures pratiques" et l'utilisation d'aires marines protégées
- Keith Sainsbury et Ussif Rashid Sumaila

Gouvernance pour une pêche responsable: une approche fondée sur l'écosystème
- Michael P. Sissenwine et Pamela M. Mace

Opinion des professionnels du secteur

Déclarations et débats des professionnels et représentants des ONG

Débat et résumé

Fin du Colloque scientifique

Mercredi 3 octobre 2001

DEUXIÈME SÉANCE PLÉNIÈRE - CADRE D'UNE ACTION FUTURE

Matin: 9 heures

Vers un aménagement des pêches fondé sur l'écosystème: introduction

Déclarations des pays

Après-midi: 14 heures

Déclarations des pays et débat

Mardi 4 octobre 2001

Matin: 8 heures

Excursion

Après-midi: 13 h 30

Déclaration de la Conférence

Adoption du rapport administratif

CLÔTURE DE LA CONFÉRENCE

B. Liste des participants

MEMBRES DE LA FAO

ALGÉRIE

Amar GHOUL
Ministre
Ministère de la pêche et des ressources halieutiques
Rue des quatre (4) canons
Alger

Farida AIOUAZE
Ambassador of Algeria to Sweden
Ministry of Foreign Affairs
Algerian Embassy
Stockholm
Sweden

Abdel-Nassar ZAIR
Directeur d' Etudes
Ministère Algerien de la pêche et des ressources halieutiques
Rue des quatre (4) canons
Algers

Rabah DROUAZI
Chef Protocole
Ministère des pêches et des ressources halieutiques
Rue des quatre (4) canons
Alger

ANGOLA

Maria de Fátima JARDIM (Ms)
Ministra
Ministerio das Pescas e Ambiente
Avenida Marginal
Edificio Atlantico
Luanda

Maria Antonia NELUMBA (Ms)
National Director of Fisheries
Ministerio das Pescas e Ambiente
Avenida Marginal
Edificio Atlantico
83 Luanda

Hélia Sandra MORGADO DA SILVA (Ms)
Ministère des pêches et de l'environnement
Avenida Marginal
Edifício Atlântico
Luanda

Luisa Fernanda DE ALMEIDA PASCOAL (Ms)
1a Secretária
Ambaixada de República
P.O. Box 3199
S-103 64 Estocolmo
Sweden

Adul Carimo SÓ
Embassy Official
Embassy of Angola
Oslo
Sweden

Moiseris LONGVI
Director of Artisanal Fisheries
Ministerio das Pescas e Ambiente
Avenida Marginal
Edificio Atlántico
Luanda

ARGENTINE

Orlando R. REBAGLIATI
Embajador de la Argentina ante Norvega y ante Islandia
Drammemsveien 39, 3rd floor
0244 Oslo
Norway

AUSTRALIE

Robyn BROMLEY (Ms)
Director
Marine Protected Areas
Ministry of Environment Australia
GPO 787, Canberra
Email: robyn.bromley@ea.gov.au

Mark FLANIGAN
Director
Sustainable Fisheries
PO Box 787
Canberra
ACT 2601
Email: mark.flanigan@ea.gov.au

Les ROBERTS
General Manager Fisheries
Australian Fisheries Management Authority
Box 7051
Canberra Mail Centre
ACT 2610
Email: les.roberts@afma.gov.au

BANGLADESH

Samarendra Nath CHOUDHURY
Govt. Service
Principal Scientific Officer
Dept. of Fisheries
Matsya Bhaban
Ramna
Dhaka-1000
Email: sams@bol_online.com

BELGIQUE

Thérèse WILLEKENS (Ms)
Ministère des affairs étrangères
Représentation Permanente de la Belgique à l'Union Européenne
Avenue du Vossegat, 39/1
B1180 Bruxelles
Email: belrep@belgoeurep.diplobel.fgov

BRÉSIL

Fábio Hissa Vieira HAZIN
Rua Desembargador
Célio de Castro Montenegro 32 apto. 1702
Monteiro
CEP 52070008
Recife-Pe
Email: fhvhazin@terra.com.br

CAMEROUN

Malloum Ousman BABA
Ministry of Livestock, Fisheries and Animal Industries
Director of Fisheries
Yaounde
Email: minepia@camnet.cm

CANADA

David C. BEVAN
Director General
Resource Management
Department of Fisheries and Oceans
200 Kent St.
Ottawa K0A 1E6

Robert STEINBOCK
Senior Advisor
International Affairs Directorate
Fisheries Management
Fisheries & Oceans Canada
200 Kent Street
Ottawa, Ontario K1A 0E6
Email: steinbob@dfo-mpo.gc.ca

Darro STINSON
Area Director
BC Interior
Fisheries and Oceans Canada
1278 Dahousie Dr.
Kamloops, BC
V2C 6G3
Email: stinsond@pac.dfo_mpo.gc.ca

Richard BEAMISH
Senior Scientist
Fisheries and Oceans Canada
3904 Hammond Bay Rd
Nanaimo, B.C. V9T 1G3

Vance McEACHERN
Chief
Fish Management
Department of Fisheries and Oceans
200 Kent St.
Ottawa K1A 0E6

Robert O'BOYLE
Associate Director
Bedford Institute of Oceanography
P.O. Box 1006
Dartmouth
Nova Scotia B2Y 4A2
Email: oboyler@mar.dfo-mpo.gc.ca

Don LAWSETH
Responsible and Selective Fisheries Coordinator
Fisheries and Oceans
3225 Stephenson Point Road
Nanaimo, B.C. V9T 1K3
Email: lawsethd@pac.dfo-mpo.gc.ca

Ellen L. KENCHINGTON (Ms)
Research Scientist
Maritimes Region
Bedford Institute of Oceanography
P.O. Box 1006
Dartmouth, NS B2Y 4A2
Email: kenchingtone@mar.dfo-mpo.gc.ca

Jorgen HANSEN
Department of Fisheries and Oceans
Management Scotia Fund Sector
176 Portland St.
Dartmouth B2Y 4T3
Nova Scotia
Email: hansenj@mar.dfo-mpo.gc.ca

Michael SINCLAIR
Regional Director, Science
Bedford Institute of Oceanography
1 Challenger Driver
P.O. Box 1006
Dartmouth
Nova Scotia
Email: sinclairm@mar.dfo-mpo.gc.ca

Jake C. RICE
Coordinator Canadian Stock Assessment Secretariat
Fisheries Research Branch
Fisheries and Oceans Canada
200 Kent Street, 12th Floor
K1A 0E6 Ottawa
Email: ricej@dfo-mpo.gc.ca

CAP-VERT

Oscar David FONSECA MELICIO
Ingénieur technologiste des pêches
Institut national pour le développement des pêches (INDP)
São Vicente B.P. 132
Email: omelicio@yahoo.com

CHILI

Ricardo NORAMBUENA
Jefe
Departamento Pesquerias
Subsecretaría de Pesca
Bellavista 168, Piso 17
Valparaiso
Email: rnorambu@subpesca.cl

CHINE

Hecheng ZHANG
Deputy Director-General
Bureau of Fisheries
Ministry of Agriculture
No. 11 Nongzhanguan Nanli
Beijing 1000026

Qi TIAN
Division Director
Chinese Academy of Engineering
3 Fuxing Road
100038 Beijing
Email: qi_tian@china.com

Shuanglin DONG
Dean
Fisheries College
Ocean University of Qingdao
No. 5 Yushan Road
Shinan District
Qingdao
Shandong Province
Email: dongsl@ouqd.edu.cn

Guifeng SUN
Director
Department of International Co-operation
Ministry of Agriculture
No. 11 Nongzhanguan Nanli
Beijing 100026
Email: inter-coop@agri.gov.cn

Gang ZHAO
Bureau of Fisheries
Ministry of Agriculture
No. 11 Nongzhanguan Nanli
Beijing 100026
Email: inter-coop@agri.gov.cn

Jianguo XIAO
First Secretary
Department of Treaty and Law
Ministry of Foreign Affairs
No. 2 Chaowai Nanjie
Beijing 100701
Email: kentxiao@hotmail.com

Qisheng TANG
Director
Yellow Sea Fisheries Research Institute
No. 106 Nanjing Road
Qingdao 266071
Shandong Province
Email: ysfri@public.qd.sd.cn

CUBA

Julio A. BAISRE
Director of Fisheries Management
Ministeriode laIndustria Pesquera
5a Ave y 246, Barlovento
Sta Fe 19100
Playa, La Habana
Email: baisre@fishnavy.info.cu

DANEMARK

Tine Kjaer HASSAGER
Coordinating Officer
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Danish Institute for Fisheries Research
Jaegersborgvej 64-66
DK-2800 Lyngby
Email: tkh@dfu.min.dk

Helle SIEGSTAD
Director
Research Department
P.O. Box 570
Greenlands Nature Institut
DK-3900 Nuuk
Greenland
Email: helle@natur.gl

Charlotte Betina MOGENSEN (Ms)
Head of Section
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Holbergsgade 2
1057 Copenhagen
Email: cmo@fvm.dk

Morten LAUTRUP-LARSEN
Deputy Permanent Secretary
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Holbergsgade 2
1057 Copenhagen
Email: mll@fvm.dk

Patrick M. SONDERGAARD
Special Advisor
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Holbergsgade 2
1057 Copenhagen
Email: psn@fvm.dk

Soren SKAFTE
Chief Executive Officer
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Holbergsgade 2
DK-1057 Copenhagen
Denmark
Email: ssk@fvm.dk

Kaj P. MORTENSEN
Director General
Ministry of Fisheries and Maritime Affairs
Yviri vio Strond 17
FO-100 Torshavn
Faroe Islands
Email: kajm@fisk.fo

Jorgen NICLASEN
Minister of Fisheries and Maritime Affairs
Fiskimálastýrio
Yviri vio Strond 17
Faroe Islands
Email: jorgenn@fisk.fo

Eyofinn ur FINNSSON
Fiskimálastýrio
Ministry of Fisheries and Maritime Affairs
Yviví vio Strond 17
FO-100 Torshavn
Faroe Islands
Email: eydfinnurf@fisk.fo

Odma JOHANNESEN
Ministry of Food, Agriculture and Fisheries
Holbergsgade 2
DK-1057
Copenhagen K
Email: ojo@fvm.dk

ÉQUATEUR

Rafael TRUJILLO
Subsecretario de Recursos Pesqueros
Ministerio de Comercio Exterior, Industrialización y Pesca
Av. 9 de Octubre y Pichincha
Piso 7o
Quito
Email: subpesca@jupiter.expoltel.net

José Alfredo Salvador ALBÁN
Director General de Pesca
Ministerio de Comercio Exterior, Industrialización, Pesca y Competitividad
Edificio del Banco Central del Ecuador
Av. Nueve de Octubre #200
entre P. Carbo y Pichincha
Quito
Email: dirpesca@jupiter.espoltel.net

Luis ARRIAGA
Asesor
Subsecretaria Pesca
Av. Interior 213
Guayaquil

ÉGYPTE

Ashraf SABET
Vice President
Arab Academy for Science and Technology and Maritime Transport
Building 2M, square 1166
El Shahid Zacharia St.
P.O. Box 2033 Al Horia
Heliopolis
Cairo
Email: asabet@aast.edu

EL SALVADOR

Jorge LOPEZ
Asesor scientifico
Ministerio de Agricultura
CENDEPESCA
Residence Holanda
Av. los Victorias
Pol. 0 #2
Nueva San Salvador
Email: peony@salnet.net

COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE

Olle HAGSTROM
Principal Administrator
Fisheries Directorate-General
European Commission
Rue de la Loi 200
B-1049 Bruxelles
Belgium
Email: ulle.hagstroem@cec.eu.int

John FARNELL
Director
Conservation Policy
Directorate General Fisheries
European Commission
Rue Joseph-II, 99
B-1049 Brussels
Belgium
Email: john.farnell@cec.eu.int

Patrick McCUTCHEON
Principal Administrator
Environment Directorate Generale
European Commission
Rue de la Loi 200
1049 Bruxelles
Belgium
Email: patrick.mccutcheon@cec.eu.int

Armando ASTUDILLO GONZALEZ
Chef d'Unité
Direction Générale de la Pêche
Commission des communautés européennes
200 rue de la Loi
Bruxelles
Belgique

Aldo SIRAGUSA
Head of Division
Council of the European Union
General Secretariat
Rue de la Loi 175
1048 Brussels
Email: aldo.siragusa@consilium.eu.int

Cornelia E. NAUEN (Ms)
Principal Scientific Officer
Research Directorate Generale
European Commission
Rue de la Loi 200
1049 Bruxelles
Belgium
Email: cornelia.nauen@cec.eu.int

J. Michael VAKILY
Coordinateur Adjoint
Projet SIAP/FIAS
Email: michael.vakily@jrc.it

Anita KUNITZER (Ms)
European Environment Agency
Kongens Nytovv 6
DK-1050 Copenhagen
Denmark
Email: anita.kuenitzer@eea.cu.int

FINLANDE

Orian BONDESTAM
Counsellor of Fisheries
Ministry of Agriculture and Forestry
Department of Fisheries and Game
PL 30, 00023 Helsinki
Email: orian.bondestam@mmm.fi

FRANCE

Bérengère PRINCE
Ministère de l'agriculture et de la pêche
3 place de Fonteroy
75007 Paris
Email: berengere.prince@agriculture.gouv.fr

Laurence PETITGUILLAUME
Ministère de l'aménagement du territoire et de l'environnement
20 avenue Ségur
75302 Paris
Email: laurence.petitguillaume@environnement.gouv.fr

Patrice CAYRÉ
Directeur
Departement ressources vivantes
Institut de recherche pour le développement (IRD)
213 rue Lafayette
75010 Paris
Email: drv@paris.ird.fr

David VALENCE
Cultural Deputy
Embassy of France
Nylendugata 196
Reykjavik

ALLEMAGNE

Marlies REIMANN (Ms)
Regierungsdirektorin
Federal Ministry of Consumer Protection, Food and Agriculture
Rochusstrasse 1
53123 Bonn
Email: marlies.reimann@bmvel.bund.de

GHANA

Emmanuel Mantey MENSAH
Assistant Director of Fisheries
Fisheries Department
Ministry of Food and Agriculture
P.O. Box 630
Accra

GRÈCE

Vassilios SKOUNTIS
Ministry of Merchantile Marine
Port Police Directorate
Fisheries Department
Grig. Lambraki 150
185 18 Piraeus
Email: kpa@mail.yen.gr

ISLANDE

Halldór ÁSGRÍMSSON
Minister for Foreign Affairs and External Trade
Ministry for Foreign Affairs and External Trade
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Árni M. MATHIESEN
Minister of Fisheries
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
Reykjavik

Sverrir H. GUNNLAUGSSON
Permanent Secretary of State
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Thorsteinn GEIRSSON
Secretary General
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik
Email: thgeir@hafro.is

Arni Muli JONASSON
Deputy Director of Fisheries
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
Reykjavik

Gudmundur Bjorgvin HELGASON
Permanent Secretary
Ministry of Agriculture
Solvholsgata 7
101 Reykjavik
Email: gudmundur.b.helgason@lan.stjr.is

Magnus JOHANNESSON
Secretary General
Ministry for the Environment
Vonarstraeti 4
150 Reykjavik

Sigridur SNAEVARR (Ms)
Ambassador
Permanent Representative of Iceland to FAO
8, Avenue Kléber
75116 Paris
France
Email: sigridur.snaevarr@utn.stjr.is

Eidur GUDNASON
Ambassador
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Stefan SKJALDARSON
Ambassador
Director of the Political Dept.
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Thorir IBSEN
Minister-Counsellor
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Stefan ASMUNDSSON
Legal Adviser
Ministry of Fisheries
Skúlagata 4
150 Reykjavik
Email: stefas@hafro.is

Kolbeinn ARNASON
Legal Adviser
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik

Tomas H. HEIDAR
Legal Adviser
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik
Email: tomas.heidar@utn.stjr.is

Nick HANNIGAN
Counsellor
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Bryndis KJARTANSDOTTIR (Ms)
First Secretary
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Audunn ATLASON
First Secretary
Ministry for Foreig n Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Kristin MAGNUSSON (Ms)
Head of Division
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik
Email: kristinm@hafro.is

Gudrun EYJOLFSD0TTIR (Ms)
Special Adviser
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik
Email: gudrune@hafro.is

Kristinn HUGASON
Specialist
Ministry of Fisheries
Skúlagata 4
150 Reykjavik

Bjorn SIGURBJORNSSON
Former Permanent Secretary of State
Ministry of Agriculture
Styrimannastig 12
101 Reykjavik

Jóhann SIGURJÓNSSON
Director-General
Marine Research Institute
Skulagata 4
P.O. Box 1390
121 Reykjavik
Email: johann@hafro.is

Arndis STEINTHORSDOTTIR (Ms)
Director of Economics
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik
Email: arndis@hafro.is

Jon Erlingur JONASSON
Deputy Permanent Representative of Iceland to FAO
Via Nazionale 163
00184 Rome
Italy
Email: jejonasson@tin.it

Thorir SKARPHEDINSSON
Legal Adviser
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik

Hannes HEIMISSON
Director
Department of Information, Cultural Affairs and Consular Liaison
Ministry for Foreign Affairs
Raudararstigur 25
150 Reykjavik

Armann Kr. OLAFSSON
Special Assistant to the Minister
Ministry of Fisheries
Skúlagata 4
150 Reykjavik
Email: armann@hafro.is

Dorothea JOHANNSDOTTIR (Ms)
Economist
Ministry of Fisheries
Skulagata 4
150 Reykjavik
Email: dora@hafro.is

Halldor THORGEIRSSON
Director
Sustainable Development and International Affairs
Ministry for the Environment
Vonarstraeti 4
150 Reykjavik
Email: halldor.thorgeirsson@umh.stjr.is

INDE

Nair RAVEENDRAN, M. K.
Fisheries Development Commissioner
Ministry of Agriculture
242, Krishi Bhavan
110001 New Delhi
Email: m.k.v.nair@lycos.com

INDONÉSIE

Rokhmin DAHURI
Minister
Ministry of Marine and Fisheries
Jl. MT. Haryono Kav. 52-53
Pancoran
Jakarta Selatan 12770
Email: delp@indosat.net.id

Made L. NURDJANA
Director General of Capture Fisheries
Department of Marine Affairs and Fisheries
Ministry of Marine and Fisheries
Jakarta, Selatan

Otto RIADI
First Secretary
Embassy of Indonesia
Oslo
Norway

Tarmizi TAHER
Ambassador of Indonesia to Norway and Iceland
Indonesian Embassy
Gange Rolvsgata
0244 Oslo
Norway
Email: kbrioslo@online.no

Muhamad ARIFIN
Ministry of Maritime and Fisheries
Jl. Harsono Rm. no.3
Ragunan Pasar Minggu
Jakarta

Robert SUMENDAP
Indonesian Fisheries Association

IRAN (RÉPUBLIQUE ISLAMIQUE D')

Mahmood HOJJATI
Minister
Ministry of Agriculture
Fatemi-avn. No. 250
Shilat building
Tehran

Kodakarm JALALI
Deputy Minister for Fisheries
Ministry of Agriculture
Fatemi-avn. No. 250
Shilat building
Tehran

Seyed Aminollah TAGHAVIMOTLAGH
General Manager
Fisheries Affairs
Ministry of Agriculture
Fatemi-avn No. 250
Shilat Building
Tehran

IRLANDE

John JOYCE
Section Manager
Marine Fisheries
Services Division
Marine Institute
Abbotstown Laboratory Complex
Snugboro Rp.
Dublin 15

ITALIE

Enrico DE AGOSTINI
Counsellor
Ministry of Foreign Affairs
Rome
Email: enricodeagostini@esteri.it

Plinio CONTE
Ministry of Agricultural Policy
Directorate of Fisheries and Aquaculture
Viale dell'Arte, 16
Rome
Email: nonfinpesca@politicheagricole.it

Stefano CATAUDELLA
University of Rome "Tor Vergata"
Ministry of Agricultural Polic y
Directorate of Fisheries and Aquaculture
Viale dell'Arte 16
Rome
Email: cataudel@uniroma2.it

Mauro BERTELLETTI
Ministry of Agricultural Policy
Directorate of Fisheries and Aquaculture
Viale dell'Arte, 16
Rome
Email: pesca2@politicheagricole.it

JAPON

Seiji KAWAMOTO
Deputy Director General
Fisheries Agency of Japan
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
1-2-1 Kasumigaseki, Chiyoda-ku
Tokyo 100-8907

Masayuki KOMATSU
Counsellor Director
Fisheries Agency of Japan
1-2-1 Kasumigaseki Chiyodo-ku
Tokyo 1008907

Takanori OHASHI
Programme Coodinator
Fisheries Agency
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
1-2-1 Kasumigaseki, Chiyoda-ku
Tokyo
Email: takanori_ohashi@nm.maff.go.jp

Makoto ITO
Secretary
Japan Whaling Association
Toyomishinko Bldy 7F
4-5 Toyumi-Cho, Chuo-Ku
Tokyo

Dan GOODMAN
Counsellor
The Institute of Cetacean Research
Suisan Bldg.
4-18 Toyomi-Cho Chua-Ku
104 0055 Tokyo

Minoru OKAZAKI
First Secretary
Embassy of Japan to Iceland
Reykjavik

Akiko TOMITA
Fisheries Agency of Japan
Ministry of Agriculture, Foresty and Fisheries
1-2-1 Kasumigaseki, Chiyoda-ku
Tokyo

Tsutomu TAMURA
Ecosystem Section
The Institute of Cetacean Research
Suisan Bldg.
4-18 Toyomi-Cho Chua-Ku
104 0055 Tokyo

Takanori NAGATOMO
Chief
Pelagic Whaling Section
Far Seas Fisheries Division
Japan Fisheries Agency
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
1-2-1 Ksumigaseki, Chiyoda
Tokyo 100-8807
Email: takanori_nagatomo@nm.maff.go.jp

CORÉE, RÉPUBLIQUE DE

Jaehack OH
Minister
Korean Embassy to Norway
Inkognito Gata 3
0244 Oslo
Norway

Chiguk AHN
Assistant Director
International Cooperation
Ministry of Maritime Affairs and Fisheries
139 Chungjong No.3
Seodaemun-Gu
Seoul 120-715
Email: chiguka@netian.com

Kyu-Seok PARK
Chairman, Board of Directors
Korea Fisheries Association
444, Dunchon-Dong
Kangdong-Gu, Seoul
Email: 772park@hanmail.net

Chang-Doo PARK
Researcher
Fisheries Engineering Division
National Fisheries Research & Development Institute
408-1, Sirang-ri
Gijang-eup
Busan 619-902
Email: cdpark@haema.nfrda.re.kr

LETTONIE

Maris BERZINS
Head of Production, Development and Strategic Planning Unit
National Board of Fisheries
Republikas Lauk 2
Riga, LV-1010
Email: maris.vzp@latnet.lv

MALAWI

Moses BANDA
Acting Assistant Chief Fisheries Research Officer
Ministry of Natural Resources and Environmental Affairs
Malawi Fisheries Research Institute
P.O. Box 27
Monkey Bay

MALDIVES

Mohamed FAIZ
Assistant Director
Fisheries Management
Ministry of Fisheries, Agriculture and Marine Resources
Ghazee Building
Ameeru Ahmei Magu
20-05 Mal é
Email: admin@fishagri.gov.mv

MALTE

Francis Montanaro MIFSUD
Ambassador
Permanent Representative
Permanent Representation of the Republic of Malta to FAO
Lungotevere Marzio 12
00186 Rome
Italy

Matthew CAMILLERI
Fisheries Consultant
Ministry of Agriculture and Fisheries
Fort San Lucjan
Marsaxlokk BBG 06
Malta
Email: matthew.camilleri@magnet.mt

MAURITANIE

Chérif OULD TOUEILEB
Directeur des Etudes et de l'Aménagement
Ministère des pêches et de l'économie maritime
Nouakchott
Email: dearh.mpem@mauritania.mr

Mohamed M'Bareck OULD SOUEILIM
Directeur du centre national de recherches océanographiques et des pêches
Ministère des pêches et de l'économie maritime
BP 22
Nouadhibou
Email: dvib@toptechnology.mr

MAURICE

Baboo Dooshyant RATHACHAREN
Ministry of Fisheries
Port Louis

MEXIQUE

Mara MURILLO (Ms)
Director General
Planning, Programming and Evaluation
Secretariat for Agriculture, Livestock, Rural Development, Fisheries and Food
Insurgentes 475
Mexico DF

Miguel A. CISNEROS
Research Director
National Fisheries Institute
Pitágoras 1320 Sta. Cruz Atoyac
México DF 03310

MAROC

Said CHABAATOU
Ministre
Ministère de le pêche maritime
Rue Bel Hassan El Ouazzani
B.P. 476
Rabat

Driss MESKI
Directeur de la coopération et des affaires juridiques
Ministère des pêches maritimes
Rue Mohammed Ben El Hassan El Ouazzani
Agdal
B.P. 476
Rabat
Email: meski@mp3m.gov.ma

Abdellatif BERRAHO
Directeur
Institut National de Recherche Halieutique (INRH)
Ministère des pêches maritimes
2 rue Tiznit
Casablanca

Menouar ALEM
Ambassador
Embassy of the Kingdom of Morocco
Oregaards Allé 19
2900 Hellerup
Denmark
Email: sifamadk@inet.uni2.dk

Hamid BEHAJ
Conseiller
Ministère des pêches maritimes
Secteur 23 N.12
Hayriad
Rabat

MOZAMBIQUE

Alfredo MASSINGA
Vice-Ministro
Ministério das Pescas
Rua Consiglieri Pedroso, 343
Caiza Postal 1723
Maputo
Email: alfredo@mozpesca.org

Lídia Abiba MASSALANA (Ms)
Directora Nacional de Administracion Pesqueira
Ministério das Pescas
Rua Consiglieri Pedroso, 343
Caixa Postal 1723
Maputo
Email: lidia@mozpesca.org

Eusébio Feliciano SIQUELA
Director Nacional de Economia Pesqueira
Ministério das Pescas
Rua Consiglieri Pedroso 347
Maputo

Maria Lizette Palha de SOUSA (Ms)
Chefe de Departamento
Instituto Nacional de Investigacaõ Pesqueira
P.O. Box 4603
Maputo
Email: lsousa@iip.co.mz

Paula Santana AFONSO (Ms)
Chefe de Departamento
Instituto Nacional de Investigacáo Pesqueira
P.O. Box 4603
Av. Mau Tse Tung 387
Maputo
Email: psantana@iip.co.mz

NAMIBIE

Abraham IYAMBO
Minister
Ministry of Fisheries and Marine Resources
Private Bag 13355
Windhoek
Email: aiyambo@mfmr.gov.na

Hashali HAMUKUAYA
Deputy Director
Ministry of Fisheries and Marine Resources
Private Bag 13355
Windhoek
Email: hhamukuaya@mfmr.gov.na

Vilhj álmur Hansson WIIUM
Advisor to Minister
Ministry of Fisheries and Marine Resources
Private Bag 13355
Windhoek
Email: vwiium@mfmr.gov.na

Shihepo HELLAO
Ambassador
Ministry of Foreign Affairs
Embassy of Namibia
PO Box 26042
100 41 Stockholm
Sweden

Georgi DASKALOV
NATMIRC
Swakopumund
Windhoek

PAYS-BAS

Barbara M. SCHOUTE (Ms)
Policy Adviser
Fish Stock Management
Department of Fisheries
Ministry of Agriculture, Nature Management and Fisheries
Bezuidenhoutsweg 73, Postbus 20401
2500 The Hague
Email: b.m.schoute@viss.agro.nl

NOUVELLE-ZÉLANDE

Stan CROTHERS
Deputy Chief Executive
Ministry of Fisheries
PO Box 1020
Wellington

Tim CAUGHLEY
International Legal Adviser
Director, Legal Division
Ministry of Foreign Affairs and Trade
Stafford House
40 The Terrace
Private Bag 18 901
Wellington
Email: tim.caughley@mfat.govt.nz

Jonathan PEACEY
Chief Policy Analyst
Policy and Treaty Strategy
Ministry of Fisheries
ASB Bank House
101-103 The Terrace
PO Box 1020
Wellington
Email: jonathan.peacey@fish.govt.nz

Nicola GIBBS (Ms)
Policy Manager
NZ Seafood Industry Council
Private Bag 24901
Wellington
Email: nici@seafood.co.nz

Kevin STOKES
Chief Scientist
NZ Seafood Industry Council
Private Bag 24901
Wellington
Email: stokesk@seafood.co.nz

John H. ANNALA
Chief Scientist
Ministry of Fisheries
P.O. Box 1020
Wellington
Email: annalaj@fish.govt.nz

Kirstin WOODS (Ms)
Senior Policy Analyst
Treaty of Waitangi Fisheries Commission
P.O. Box 3277
Wellington
Email: kirsty.woods@tokm.co.nz

NICARAGUA

Miguel MARENCO U.
Director Ejecutivo
Administraci ón Nacional de Pesca y Acuacultura
Sandy's C. Masaya 1 c. al Este
Apdo. 2020
Managua
Email: adpesca@ibw.com.ni

NIGÉRIA

Rabiu Dagari
Senior Counsellor
Embassy of Nigeria
56 Leeson Park
Dublin 6
Ireland

NORVÈGE

Otto GREGUSSEN
Minister
Ministry of Fisheries
P.O. Box 8118 Dep
0032 Oslo
Email: otto.gregussen@fid.dep.no

Johan H. WILLIAMS
Director General
Ministry of Fisheries
P.O. Box 8118 Dep.
N-0032 Oslo

Ove MIDTTUN
Deputy Director General of Fisheries
Directorate of Fisheries
PB 185 Sentrum, Bergen
Email:
ove.midttun@fiskeridir.der.telemax.no

Kjell H. HALVORSEN
Norwegian Embassy
P.O. Box 250
Fjolugt 17
Reykjavik
Iceland
Email: emb.reykjavik@mfa.no

Brit Ragnhilo FISKNES (Ms)
Adviser
Ministry of Fisheries
P.O. Box 8118 Dep.
0032 Oslo
Email: brit.fisknes@fid.dep.no

Odd Gunnar SKAGESTAD
Ambassador
Norwegian Ministry of Foreign Affairs
P.O. Box 8114 Dep.
0032 Oslo

Jan Helge FOSSA
Senior Scientist
Institute of Marine Research
P.O. Box 1870 Nordnes
N-5817 Bergen
Email: jan.helge.fossaa@imr.no

Asgeir AGLEN
Senior Scientist
Institute of Marine Research
Boks 1870
N5024 Bergen

Hein Rune SKJOLDAL
Senior Scientist
Institute of Marine Research
P.O. Box 1870 Nordnes
N-5817 Bergen
Email: hain.rune.skjoldal@imr.no

Knut SUNNANA
Norwegian Institute of Fisheries and Aquaculture
N-9291 Tromso
Email: knut.sunnana@fiskforsk.norut.no

Jan Odin OLAVSEN
Chairman
High North Alliance
P.O. Box 123
N-8398 Reine i Lofoten
Norway
Email: hna@highnorth.no

Birgitte Wisur OLSEN (Ms)
Communications Officer
High North Alliance
P.O. Box 123
N-8398 Reine i Lofoten
Norway
Email: birgitte@highnorth.no

Geir WULFF-NILSEN
High North Alliance
P.O. Box 123
N-8398 Reine i Lofoten
Norway
Email: hna@highnorth.no

Rune FROVIK
Secretary
High North Alliance
P.O. Box 123
N-8398 Reine i Lofoten
Norway
Email: hna@highnorth.no

SAINTE-LUCIE

Cassius B. ELIAS
Minister
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
Castries
Email: minister@slumaffe.org

Sarah GEORGE (Ms)
Deputy Chief Fisheries Officer
Department of Fisheries
Ministry of Agriculture, Forestry and Fisheries
Castries
Email: deptfish@slumaffe.org

SÉNÉGAL

Modou THIAM
Conseiller Technique
Ministère de la pêche
Building administratif, 4ème étage
B.P. 4050
Dakar
Tél: 221 6808336

AFRIQUE DU SUD

Douglas BUTTERWORTH
Professor
Department of Mathematics and Applied Mathematics
University of Cape Town
Rondebosch 7701
Email: dll@maths.uct.ac.za

ESPAGNE

Fernando CURCIO
Subdirector General de Organismos Multilaterales de Pesca
Ministerio de Agricultura, Pesca y Alimentación
c/Ortega y Gasset, 57
Madrid

Susana JUNQUERA (Ms)
Ministerio de Ciencia y Tecnologia
Instituto Español de Oceanografia
Apdo. 1552
36390 Vigo
Email: susana.junquera@vi.ieo.es

Santiago LENS
Instituto Español de Oceanografia
Laboratorio de Vigo
Apdo. 1552
36390 Vigo
Email: santiago.lens@vi.ico.es

Francisco SANCHEZ DELGADO
Instituto Español de Oceanografia
Ministerio de Ciencia y Tecnologia
P.O. Box 240
Santander
Email: f.sanchez@st.ieo.es

Pilar PEREDA PÉREZ (Ms)
Investigadora Jefe de Programa
Ministerio de Ciencia y Tecnología
c/Varadero 1
30740 San Pedro des Pinatar
Murcia
Email: pilar.pereda@mu.ieo.es

SOUDAN

Mohamed ABDEL RAHMAN
Director
Fisheries Conservation
Ministry of Animal Resources
P.O. Box 293
Khartoum

SUÈDE

Rolf AKESSON
Deputy Director
Ministry of Agriculture, Food and Fisheries
Drottninggatan 21
10333 Stockholm
Email:
rolf.akesson@agriculture.ministry.se

Arne ANDRÉASSON
Director
Department of Marine Resources
National Board of Fisheries
Ekelundsgatan 1
Box 423
SE-401 26 Goteborg
Email: arne.andreasson@fiskeriverket.se

Maggi MIKAELSSON
Riksdagsledamot
10012, Stockholm
Email: maggi.mikaelsson@riksdagen.se

TANZANIE, RÉPUBLIQUE-UNIE DE

Thomas Wanyika MAEMBE
Director of Fisheries
Ministry of Natural Resources & Tourism
Fisheries Division
P.O. Box 2462
Dar-es-Salaam
Email: fisheries@twiga.com

Valeria Emil MUSHI (Ms)
Senior Fisheries Officer
Ministry of Natural Resources & Tourism
Fisheries Division
PO Box 2462
Dar-es-Salaam
Email: fisheries@twiga.com

THAÏLANDE

Anant SARAYA
Director
Marine Fisheries Division
Department of Fisheries
Kasetsart University Campus
Paholyothin Rd.
Bangkok
Email: anants@fisheries.go.th

TONGA

'AKAU'OLA
Secretary for Fisheries
Ministry of Fisheries
P.O. Box 871
Nuku'alofa

UGANDA/OUGANDA

Fabius M. BYARUHANGA
Minister of State for Fisheries
Ministry of Agriculture, Animal Industry and Fisheries
P.O. Box 102
Entebbe

Dick NYEKO
Commissioner for Fisheries
Ministry of Agriculture, Animal Industry and Fisheries
P.O. Box 4
Entebbe
Email: whc@imul.com

ROYAUME-UNI

Christopher TOMPKINS
Adviser
Marine Policy
Department of Environment, Food and Rural Affairs
Zone 3B7
Ashdown House
123 Victoria Street
London SW1E 6DE
Email: chris.tompkins@defla.gef.gov.uk

David FORD
Head
Fisheries Strategy Branch
Scottish Executive Rural Affairs Dept.
Sea Fisheries Division
Pentland House
47 Robb's Load
EH14 1TY Edinburgh
Email: david.ford@scotland.gsi.gov.uk

John LOCK
Fisheries Research Manager
DEFRA
Chief Scientist's Group
Room 404, Cromwell House
Dean Stanley St.
London SW1P 3JH
Email: johnlock@maff.gsi.gov.uk

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE

William FOX
Director
Office of Scie nce and Technology
NOAA
National Marine Fisheries Service
1315 East-West Highway
Silver Spring, MD 20910
Email: william.fox@noaa.gov

Pamela MACE (Ms)
Fisheries Scientist
National Marine Fisheries Service
166 Water Street
Woods Hole
MA 02543

Steven MURAWSKI
Chief
Population Dynamics Branch
NOAA/NMFS
166 Water St.
Woods Hole, MA 02543

Sally COCHRAN (Ms)
International Relations Officer
US Department of State
Office of Marine Conservation, Rm 5806
2201 C. St., NW
Washington, DC 20520
Email: cochransa@state.gov

Stephen K. BROWN
Biological Oceanographer
NOAA
National Marine Fisheries Service
1315 East-West Highway
Silver Spring, MD 20910
Email: stephen.k.brown@noaa.gov

Magnea Kristin MARINOSDOTTIR (Ms)
Political and Environmental Assistant
US Embassy
Laufasnegur 21
101 Reykjavik
Email: magnea@usa.is

Dean SWANSON
Chief
International Fisheries Division
International Affairs
National Marine Fisheries Service, F/SF4
1315 East-West Highway
Silver Spring, MD 20910
Email: dean.swanson@noaa.gov

Jean-Pierre PLÉ
Ocean Affairs Officer
US Department of State
2201 C St. NW, Rm 5805
Washington, DC 20520
Email: plejp@state.gov

Colin McIFF
Foreign Trade Officer
US Department of State
OES/OMC, rm.5806
2201 C. St., NW
Washington, DC 20520
Email: mciffcl@state.gov

Melissa A. HALTUCH (Ms)
Knauss Sea Grant Fellow
US Department of State
Office of Marine Conservation, rm. 5806
2201 C. Street, NW
Washington, DC 20520
Email: haltuchma@state.gov

Michael SISSENWINE
Director
Northeast Fisheries Science Center
National Marine Fisheries Service
166 Water Street
Woods Hole, MA 025403

Mary Beth WEST (Ms)
Deputy Assistant Secretary for Oceans and Fisheries
US Department of State
2201 C St. NW
Washington, DC 20520

Sonja FORDHAM (Ms)
Fish Conservation Project Manager
The Ocean Conservancy
1725 De Sales St. NW#600
Washington, DC 20036
Email: sfordham@oceanconservancy.org

VIET NAM

Ngoc TA QUANG
Minister
Ministry for Fisheries
No. 10 Nguyen Cong Hoan
Hanoi
Email: htat@hn.vnn.vn

Long NGUYEN
Vice Director of Research Institute of Marine Products
Ministry of Fisheries
170 Lelai str.
Haiphong City

Trieu VU VAN
Vice Director General
Ministry of Fisheries
No. 10 Nguyen Cong Hoan St.
Badinh District
Hanoi

ZAMBIE

Teddy SIMAKUNGWE
Embassy of Zambia
Engelbreksgatan 7
Box 26013
S-100 41, Stockholm
Sweden
Email: info@zambiaembassy.se

OBSERVATEURS D'ÉTATS MEMBRES DES NATIONS UNIES

FÉDÉRATION DE RUSSIE

Leonid KHOLOD
Deputy Chairman
State Committee for Fisheries of the Russian Federation
12, Rozhdestvenskii Blvd.
103031 Moscow
Email: kholod@fishcom.ru

Kamel Abdulovich BEKIASHEV
Adviser to Director
State Committee for Fisheries of the Russian Federation
17 V. Krasnoselskaya
107140 Moscow

Louri RIAZANTSEV
Senior Scientist
Fisheries Committee of the Russian Federation
17 v. Krasnoselskaya
107140 Moscow

Sergey SIMAKOV
Chief
International Department
State Committee for Fisheries of the Russian Federation
12, Rozhdestvenskii blvd
103031 Moscow
Email: simakov@fishcom.ru

UKRAINE

Petro DMYTRYSHYN
Manager
Administration of Fleet, Ports, Safety of Navigation and Labour Protection
State Department for Fisheries
45a Artema Str.
Kyiv 04053

Volodymyr HERASYMCHUK
Head of Division
International Fisheries Policy of the State Department of Fisheries of Ukraine
82a Turhene vska str.
Kiev 04050
Email: ffish@fm.com.ua

Alexander BOLTACHEV
Deputy Director
Institute of Biology of Southern Seas
2 Nakhimov ave.
Sevastopol 99011
Crimea
Email: boltach@ibss.iuf.net

OBSERVATEUR PERMANENT AUPRÈS DE LA FAO

SAINT-SIÈGE

Vincenzo BUONOMO
Mission Permanente du Saint-Siège auprès de la FAO
Palazzo S. Callisto
00120 Cité du Vatican
Rome
Italy
Email: osserfao@mhsfao.va

REPRÉSENTANTS DES NATIONS UNIES ET INSTITUTIONS SPÉCIALISÉES

NATIONS UNIES

André TAHINDRO
Senior Law of the Sea Officer
Division for Ocean Affairs/Law of the Sea (DOALOS)
Office of Legal Affairs
2 United Nations Plaza
New York, NY 10017
USA
Email: tahindro@un.org

CONVENTION SUR LA DIVERSITÉ BIOLOGIQUE

Marjo VIERROS
Programme Officer
UNEP
Secretariat of the Convention on Biological Diversity (SCBD)
393 St. Jacques, Suite 300
Montreal, QC
H24 1N9 Canada
Email: marjo.vierros@biodiv.org

COMMISSION OCÉANOGRAPHIQUE INTERGOUVERNEMENTALE

Umit UNLUATA
Head
Ocean Sciences
IOC/UNESCO
1 rue Miollis
75015 Paris
France

GROUPE DE LA BANQUE MONDIALE

David FREESTONE
Chief Counsel
The World Bank
1818 H Street, NW
Washington, DC 20433
USA

Elly K.J. GUDMUNDSDOTTIR
Counsel
The World Bank
1818 H Street NW
Washington, DC 20433
USA

OBSERVATEURS DES ORGANISATIONS INTERGOUVERNEMENTALES/

BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMEN

A. Kader DIA
Expert Pêche
ADB
B.P. 3894
Abidjan
Cote d'Ivoire

CONVENTION SUR LE COMMERCE INTERNATIONAL DES ESPÈCES DE FAUNE ET DE FLORE SAUVAGES MENACÉES D'EXTINCTION

Malan LINDEQUE
Chief
Scientific Coordination Unit
CITES Secretariat
International Environment House
15, chemin des Anémones
Châtelaine
CH-1219 Geneva
Switzerland
Email: cites@unep.ch

CONSEIL DE L'EUROPE

Wolfgang BEHRENDT
Vice President
Platz der Republik
11011 Berlin
Germany
Email: wolfang.behrendt@bundestag.de

Francis AGIUS
Chairman
Sub-Committee on Fisheries
The Munibles
34 Joseph Street
Zabbar
Malta

EASTERN CARIBBEAN CETACEAN COMMISSION

Horace WALTERS
Executive Director
P.O. Box 3074 Castries
Saint Lucia

COMMISSION INTERAMÉRICAINE DU THON TROPICAL

Robin L. ALLEN
Director
IATTC
8604 La Jolla Shores Drive
La Jolla
California 92037-1508
USA
Email: rallen@iattc.org

CONSEIL INTERNATIONAL POUR L'EXPLORATION DE LA MER

Keith BRANDER
Fisheries Scientist
ICES
Palaegade 2-4
DK-1261 Copenhagen K
Denmark
Email: deith@ices.dk

COMMISSION BALEINIÈRE INTERNATIONALE

Nicky GRANDY
Secretary
The Red House
135 Station Road
Impington
CB4 9NP Cambridge
UK
Email: secretariat@iwcoffice.org

LAKE VICTORIA FISHERIES ORGANIZATION

William Michael KUDOJA
Senior Scientist
PO Box 1625
Jinja
Uganda
Email: lvfo@source.co.ug

ORGANISATION LATINO-AMÉRICAINE DE DÉVELOPPEMENT DES PÊCHES

Carlos MAZAL
Director Ejecutivo
OLDEPESCA
Las Palomas 422
Urbanizaci ón Limtambo
Lima 34
Peru
Email: cmazal@terra.com.pe

NORTH ATLANTIC MARINE MAMMAL COMMISSION

Grete HOVELSRUD-BRODA (Ms)
General Secretary
NAMMCO
Polar Environmental Centre
N-9296 Tromso
Norway
Email: nammco-sec@nammco.no

ORGANISATION POUR LA CONSERVATION DU SAUMON DE L'ATLANTIQUE NORD

Malcolm L. Windsor
NASCO
Secretary
11 Rutland Square
EH1 2AS Edinburgh
UK
Email: hq@nasco.int

COMMISSION DES PÊCHES DE L'ATLANTIQUE NORD-EST

Kjartan HOYDAL
Secretary
NEAFC
22 Berners Street
W1T 3DY London
UK
Email: info@neafc.org

ORGANISATION POUR LA COOPERATION ECONOMIQUE

Carl-Christian SCHMIDT
Head of the Fisheries Division
Directorate of Food, Agriculture and Fisheries
OECD
2, rue André-Pascal
75775 Paris
France
Email: carl-christian.schmidt@oecd.org

LE SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DE LA COMMUNAUTÉ DU PACIFIQUE

Valérie ALLAIN (Ms)
SPC
B.P. D5
98848 Noumea Cedex
New Caledonia
Australia
Email: valeriea@spc.int

CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DES PÊCHES DE L'ASIE DU SUD-EST

Panu TAVARUTMANEEGUL
Secretary-General
SEAFDEC Secretariat
Suraswadi Building
Kaselsart University Campus
P.O. Box 1046 Kasetsart Post Office
Bangkok 10903
Thailand
Email: sg@seafdec.org

Yasuhisa KATO
Special Adviser
SEAFDEC
Suraswadi Building
Department of Fisheries Compound
Kasetsart University
Main Campus Chatuchak
Bangkok 10900
Thailand
Email: kato@seafdec.org

OBSERVATEURS DES ORGANISATIONS NON GOUVERNEMENTALES

BUREAU EUROPÉEN POUR LA CONSERVATION ET LE DÉVELOPPEMENT

Despina SYMONS PIROVOLIDON (Ms)
Director
EBCD
Rue de la Science, 10
1000 Brussels
Belgium
Email: despina.symons@ebcd.org

LES AMIES DE LA TERRE

Gunnar ALBUM
Fisheries Campaigner
Barentshavkontoret
8285 Leines
Norway
Email: album@online.no

GREENPEACE INTERNATIONAL

Xavier PASTOR
Fisheries Advisor
Greenpeace International
Keizersgracht 176
1016 DW Amsterdam
Netherlands
Email: xavier.pastor@diala.greenpeace.org

Mark SIMMONDS
Director of Science
WDCS
Alexander House
James St West
Bath BA1 2BT
UK
Email: marks@wdcs.org

COLLECTIF INTERNATIONAL D'APPUI À LA PÊCHE ARTISANALE

Sebastian MATHEW
Executive Secretary
ICSF
27 College Road
Chennai 600 006
India
Email: icsf@vsnl.com

INTERNATIONAL FISHMEAL AND OIL MANUFACTURERS ASSOCIATION

Stuart M. BARLOW
Chief Executive Officer
IFFO
2 College Yard
Lower Dagnall St.
UK
Email: secretariat@ifoma.org

INTERNATIONAL WILDLIFE MANAGEMENT CONSORTIUM

Jaques BERNEY
Executive Vice-President
IWMC
3, passage de Montriond
CH-1006 Lausanne
Switzerland
Email: iwmcch@iwmc.org

MARINE STEWARDSHIP COUNCIL

Duncan LEADBITTER
International Fisheries Director
119 Altenburg Gardens
SW11 1JQ London
UK

SEAS AT RISK

Christien ABSIL
Northsea Foundation/SAR
3511 BH Utrecht
Netherlands
c.absil@nordzee.nl

FONDS MONDIAL POUR LA NATURE

Arni FINNEISSON
Chairman
Iceland Nature Conservation
Thverholt 15
105 Reykjavik
Iceland

Katherine M. SHORT (Ms)
Fisheries Officer
WWF
GPO Box 52-8
Sidney NSW 2049
Australia

INDIVIDUAL CAPACITY

Tom ABBORS
T&E Keskus
FIN-00241 Helsinki
Finland

Mohsen AL-HUSAINI
Research Associate Scientist
Kuwait Institute for Scientific Research
P.O. Box 1638 Salmyiah
22017 Kuwait
Email: mhusaini@kisr.edu.kw

Franco ANDALORO
ICRAM
00166 Rome, Italy

M. Gabriella ANDREOLI (Ms)
Scientist
University of Palermo
Viale delle Science
Palermo, Italy

Ragnar ARNASON
Ministry of Fisheries
Reykjavik
Iceland
Email: kilbeinn@hafro.is

Thor ASGEIRSSON
Deputy Director
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Anibal AUBONE
Ministry of Economy
Mar del Plata
Argentina

Wijayaratne BADULLAGE
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Colin BANNISTER
Senior Fisheries Advisor
CEFAS
Lowestoft
UK

Manuel BARANGE
GLOBEC International Project Office
Plymouth
UK
Email: m.barange@pml.ac.uk

Christopher BARKER
Technical Manager
Waltham
UK

Brynhildur BENEDIKTSDOTTIR (Ms)
Fisheries Association of Iceland
105 Reykjavik
Iceland

Gabriella BIANCHI (Ms)
Research Director
Institute of Marine Research
Bergen, Norway

Petur BJARNASON
Fisheries Association of Iceland
105 Reykjavik
Iceland

Bjorn BJORNSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Hoskuldur BJORNSSON
Scientist
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Arthur BOGASON
National Association of Small Boat Owners
Reykjavik
Iceland

Ray BOWERING
Fisheries Research Scientist
NW Atlantic Fisheries Center
P.O. Box 5667
ATC 5X1
St. John's NF
Canada
Email: boweringr@dfo-mpogc.ca

Edwin BROWN
US Embassy
Laufasvegur 21
101 Reykjavik
Iceland
Email: brown@usa.is

Magese BULAYI
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Dieter N. BUSCH
Director
Atlantic States Marine Fisheries Commission
Washington, D.C. 20005
USA
Email: dbusch@asmfc.org

Phil CADWALLADER
Director
Great Barrier Reef
Marine Park Authority
Queensland
Australia
Email: p.cadwallader@gbrmpa.gov.au

Nick CAPUTI
Supervising Scientist
Department of Fisheries (Western Australia)
W.A. Marine Research Laboratories
North Beach W.A. 6020
Australia
Email: ncaputi@fish.wa.gov.au

Pierre CHAVANCE
Fisheries Biologist
Institut de Recherche pour le
Developpement (IRD-France)
BP 1386
Dakar, Senegal

Villy CHRISTENSEN
University of British Columbia
Vancouver B.C.
V6T 1Z4 Canada

Ratana CHUENPAGDEE
Assistant Professor of Marine Science
VIMS
Virginia 23062
USA
Email: ratana@vims.edu

Jason COPE
Moss Landing Marine Labs
Moss Landings, CA 95039
USA

Parzival COPES
Emiritus Professor of Economics
Simon Fraser University
Canada
Email: copes@sfu.ca

Steve COUSINS
Associate Professor
Cranfield University
Bedford MD43 0AL
UK
Email: s.cousins@cranfield.ac.uk

Wenda DAI (Ms)
Dalian Fisheries University
China

Asgeir DANIELSSON
National Economics Institute
Reykjavik
Iceland

Kristjan DAVIDSSON
Islandsbanki
Reykjavik
Iceland

Cynthia DECKER (Ms)
Director
Census of Marine Life Secretariat
Consortium for Oceanographic Research and Education, Suite 800
1755 Massachusetts Ave., NW
Washington, DC 20036-2102
USA
Email: cdecker@coreocean.org

Juanjo DE LA CERDA
PESCANOVA
36320 Chapela
Pontevedra, Spain

Maria Álvaer DONGALA BOMBAXE (Ms)
Haskoli Islands
Hringbraut
Iceland

Agust EINARSSON
University of Iceland
Reykjavik
Iceland

Petur EINARSSON
Islandsbanki
Reykjavik
Iceland

Hrafnkell EIRIKSSON
Ministry of Fisheries
Reykjavik
Iceland

Margrét EINARSDOTTIR (Ms)
Programme-Coordinator
ICEIDA
Reykjavik
Iceland

Helga EYJOLFSDOTTIR (Ms)
Icelandic Fisheries Laboratories
Reykjavik
Iceland

Tryggvi FELIXSON
Reykjavik
Iceland

Mario FERRETTI
FEDERCOOPESCA
Via De' Gigli d'Oro, 21
00186, Rome
Italy

John G. FIELD
Scientific Committee on Oceanic Research
7700 Rondebosch
South Africa

Ray FINN
Division Manager
Habitat Management
DFO
Canada

Guy FONTENELLE
Professor
Ecole Nationale Supérieure Agronomique
35042 Rennes
France

Eilif GAARD
Faroese Fisheries Laboratory
Faroe Islands
Email: eilifg@frs.fo

Guangzhi GAO
Professor
Dalian Fisheries University
China

Julio GARCIA
INIDEP
Mar del Plata
Argentina

Otello GIOVANARDI
ICRAM
30015 Chioggia
Italy

Agusta GISLADOTTIR (Ms)
Specialist
ICEIDA
Reykjavik
Iceland

Astthor GISLASON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Henrik GISLASON
Professor
Danish Institute for Fisheries Research
DK2920 Charlottencuno
Denmark

Silvestro GRECO
ICRAM
Via di Casalotti, 300
Rome, Italy

Sigmar GUDBJORNSSON
Reykjavik
Iceland

Einar Kristinn GUDFINNSSON
Icelandic Parliament
Reykjavik
Iceland

Hafsteinn GUDFINNSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Asta GUDMUNDSDÓTTIR (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Elena GUIJARRO GARCIA (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland
Email: elena@hafro.is

Cástor GUISANDE
Professor
Universidad de Vigo
Vigo
Spain

Gudmundur GUNNARSSON
Marketing and Development Director
Reykjavik
Iceland

J. A. HEDINSSON
Reykjavik
Iceland

María Rita HERNANDEZ PALACIOS (Ms)
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Daniel HOWELL
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Arni ÍSAKSSON
Freshwater Fisheries
Reykjavik
Iceland

Astrid JARRE (Ms)
Greenland Institute of Natural Resources
3900 Nunk
Greenland

Simon JENNINGS
Senior Scientist
CEFAS
Suffolk NR33 0HT
UK
Email: s.jennings@cefas.co.uk

Einar JULIUSSON
Dosent
Reykjavik
Iceland

Arni Steinar JOHANNSSON
Hafnarstraetti 79
600 Akureyr
Iceland

Svanfridur JONASDOTTIR (Ms)
Parliament of Iceland
Reykjavik
Iceland

Sigurdur Thor JONASSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Einar JONSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Ingibjorg JONSDOTTIR (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Sujatha KANDULA
Department of Marine Living Resources
Andhra University, Waltair
Visakhapatnam - 530003
India
Email: kandulasujatha@mailcity.com

Gudmundur KARLSSON
Fiskistofa
Reykjavik
Iceland
Claire Jane KEENAN (Ms)
University of Strathclyde
Glasgow G4 0NG
UK

Boaz Blackie KEIZIRE
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Trevor J. KENCHINGTON
Gadus Associates
Nova Scotia
Canada
Email: gadus@istar.ca

Darren KINDLEYSIDES
Royal Society for the Protection of Birds
Edinburgh, EH4 3TP
UK
Email: darren.kindleysides@rspb.org.uk

Aslak KRISTIANSEN
R&D Coordination
Norwegian Fishermen's Association
Norway

Jón KRISTJÁNSSON
Fisheries Consultant
Reykjavik
Iceland

Volker KUNTZSCH
Frozen Fish International GmbH
27572 Bremerhaven
Germany
Email: volker.kuntzsch@unilever.com

Raymond LAE
Marine Biologist
Institute de Recherche pour le Développement (IRD-France)
BP 1386 Dakar
Senegal

Thor J. LASSEN
Ocean Trust
Arlington, Virginia 22209-3199
USA
Email: tjlassen@oceantrust.org

Don LAWSETH
Regional Selective Fisheries Coordinator
Fisheries and Oceans
Canada
Email: lawsethd@pac.dfo-mpo.gc.ca

Dino LEVI
Director
IRMA/CNR
Via Vaccari, 61
91026 Mazara del Vallo
Italy
Email: levi@irma.pa.cnr.it

Kristen LILLIENDAHL (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Kristján LOFTSSON
Hafnarfjordur
Iceland
Email: kl@hvalur.is

Silvia LUCATO (Ms)
SOC-SOES
Southampton
UK
Email: shbl@soc.soton.ac.uk

Arní MAGNUSSON
Seattle, WA 98105
USA

Evagelia MAKRIGIANAKI (Ms)
Ipsilanyou 100
Piraeus
Greece

Marcus MALLIKAGE
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Caroline McGILLIURAY (Ms)
University of Strathclyde
Glasgow G4 0NG
UK

Jan MEES
Director
VLIZ
B-8400 Oostende
Brussels, Belgium
Email: jan.mees@vliz.be

Richard MIDDLETON
Associated Press
Reykjavik
Icela nd

Toby MIDDLETON
UNED Forum
London SW1A 2EL
UK

Erik Jaap MOLENAAR
Research Associate
Netherlands Institute for the Law of the Sea
Achter Sint Pieter 200
3512 HT Utrecht
Netherlands
Email: e.molenaar@law.uu.nl

Walter R. MONROE
IFCNR
P.O. Box 1019 Podesville
Vienna, Virginia 22180 MD 20837
USA
Email: ifcnr@cs.com

Cliff MORRISON
Young's Bluecrest Seafood Ltd.
Grimsby DN31 3SR
UK
Email:
cliff_morrison@youngsbluecrest.com

Prisna NEUNGSIGKAPIAN (Ms)
Earth Negotiations Bulletin
New York
USA
Email: prisna@iisd.org

Klaus NIELSEN
President
ESPERSEN
Ronne
Denmark
Email: klaus.nielsen@espersen.dk

Friday NJAYA
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Giuseppe NOTARBARINO DI SCIARA
ICRAM
00166 Rome
Italy

Michael O'CONNOR
Highliner Foods
100 Battery Point
P.O. Box 910
Lunenburg, Nova Scotia
Canada B0J 2C0

Geir ODDSSON
Landmat International
Reykjavik
Iceland

Ignatius ODONGO
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Droplaug OLAFSDOTTIR (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Magnús Freyr OLAFSSON
VST Consulting Engineers
Reykjavik
Iceland

Gudmundar OSKARSSON
Fishery Scientist
Iceland

Wilfred OSUMO
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Olafur PALSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Thorgeir PALSSON
ICECON
Reykjavik
Iceland
Email: thorgeir@icecon.is

M. H. PAPST
Division Manager
Freshwater Institute
Winnipeg, Canada

Graham PATCHELL
Resource Manager
Sealord Group
Nelson
New Zealand

Andrew PAYNE
Science Area Head
CEFAS
Lowestoft
Suffolk, NR33 0HT
UK

Groa PETURSDOTTIR (Ms)
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Gudrun PETURSDOTTIR (Ms)
University of Iceland
Reykjavik
Iceland

Sigurdur PETURSSON
SIF Group
222 Hafnarfjordur
Iceland

John K. PINNEGAR
Fisheries Ecologist
CEFAS
Lowestoft
Suffolk NR33 0HT, UK
Email: j.k.pinnegar@cefas.co.uk

José QUEVEDO
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Stefan Aki RAGNARSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland
Email: steara@hafro.is

Marie-Joelle ROCHET (Ms)
IFREMER
Nantes
France

Birane SAMB
CRUDT
Senegal

Martin SAYER
Scottish Association for Marine Science
Argyll DA34 4AD
UK

Sigfus SCHOPKA
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Lynne SHANNON (Ms)
Marine and Coastal Management
Cape Town
South Africa

Yunne SHIN
Marine Biologist
Institute de Recherche pour le Développement (IRD-France)
34203 Sète
France
Email: shin@ird.fr

Thorsteinn SIGURDSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Matti SIPPONEN
Fisheries Manager
40101 Jyvaskyla
Finland
Email: matti.sipponen@te-kcskms.fi

Tony SMITH
CSIRO
Marine Research
Hobart Tasmania
7001 Australia
Email: tony.smith@marine.csiro.au

Jon SOLMUNDSSON
Biologist
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Chris SPENCE
Earth Negotiations Bulletin
New York
USA
Email: chris@iisd.org

Richard STEAD
Research Technician
Dept. Fisheries and Oceans
Canada

John STEELE
W.H.O.I.
Woods Hole, MA 02543
USA

Gunner STEFANSSON
Associate Professor
University of Iceland
Reykjavik
Iceland

Bjorn STEINARSSON
Senior Scientist
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Sigmar Arnar STEINGRIMSSON
Ministry of Fisheries
Reykjavik
Iceland

Pernilla STRID (Ms)
Miljoaktuellt
10648 Stockholm
Sweden

Ussif Rashid SUMAILA
Senior Research Fellow
Vancouver, BC
Canada

Jon SUTINEN
Professor
University of Rhode Island
Kingston, RI 02881
USA

Petri SUURONEN
Research Director
Finnish Game and Fish Research Institute
Finland

Lorna TAYLOR (Ms)
MRI
Iceland

Kristjan THORARINSSON
Ecologist
Reykjavik
Iceland

Halldor THORGEIRSSON
Director
Ministry for the Environment
Reykjavik
Iceland

Vilhja lmur THORSTEINSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Robert M. THORSTEINSON
Icicle Seafoods, Inc.
Seattle, WA 98199
USA

Ross TOCKER
General Manager
Sealord Group
Nelson
New Zealand

Tumi TOMASSON
Director
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Luong TRANDUC
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Philip TRATHAN
Marine Ecologist
British Antarctic Survey
Cambridge
UK

Lucia TUDINI (Ms)
Istituto Nazionale di Economia Agraria
Firenze
Italy
Email: inea.fi@libero.it

Benedikt VALSSON
FFSI
Reykjavik
Iceland
Email: ffsi@netheimar.is

Hreidar VALTYSSON
Reykjavik
Iceland

Gert VAN SANTEN
Consultant
Bethesda, MD 20817
USA
Email: gvansanten@starpower.net

Nelson VELHO
UNU/FTP
Beira
Mozambique

Gísli VÍKINGSSON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Thithu Huong VO
UNU/FTP
Reykjavik
Iceland

Lars WALLOE
Professor
Institute of Physiology
P.O. Box 1103
Blindern
Norway
Email: lars.walloe@basalmed.uio.no
Vidar WESPESTAD
Chief Scientist
Pacific Whiting Conservation Coop
Lynnwood, WA 98036
USA

David WILLS
Peat Institute
P.O. Box 27
Beallsville, MD 20839
USA
Email: peatins@cs.com

Eva YNGVADOTTIR (Ms)
Icelandic Fisheries Laboratories
Reykjavic
Iceland

Halldór ZOEGA
Head of Department
Directorate of Fisheries
Reykjavik
Iceland

SPEAKERS

Tundi AGARDY
Executive Director
Sounds Seas
6620 Broad Street
Bethesda, MD 20816
USA
Email: tundiagardy@earthlink.net

*Transform AQORAU
South Pacific Forum Fisheries Agency
P.O. Box 629
Honiara
Solomon Islands
Email: transform.agorau@ffa.int

* Unable to attend. Presentation made on his behalf

Bernt O. BODAL
American Seafoods Group LCC
2025 1st Ave. suite 1200
Seattle WA 98121
USA
Email: bernt.bodal@americanseafoods.com

Douglas BUTTERWORTH
Professor
Department of Mathematics and Applied Mathematics
University of Cape Town
Rindebosch 7701
South Africa
Email: dll@maths.uct.ac.za

Robin COOK
Marine Fisheries Adviser
FRS Marine Laboratory
P.O. Box 101
Victoria Road
Aberdeen AB11 9DB
UK
Email: r.cook@marlab.ac.uk

Philippe CURY
Oceanography Department
University of Cape Town
7701 Rondebosch
South Africa
Email: curypm@uctvms.uct.ac.za

Serge M. GARCIA
Director
Fishery Resources Division
FAO

Astthor GISLASON
Marine Research Institute
Reykjavik
Iceland

Michel KAISER
Senior Lecturer
Marine Benthic Ecology
School of Ocean Sciences
Universityof Wales Bangor
Menai Bridge
Anglesey LL59 5EY
UK
Email: m.j.kaiser@bangor.ac.uk

Ellen L. KENCHINGTON (Ms)
Research Scientist
Maritimes Region
Bedford Institute of Oceanography
P.O. Box 1006
Dartmouth, NS B2Y 4A2
Email: kenchingtone@mar.dfo-mpo.gc.ca

Sebastian MATHEW
Executive Secretary
ICSF
27 College Road
Chennai 600 006
India
Email: icsf@vsnl.com

Daniel PAULY
Professer
Fisheries Centre
2204 Main Mall
University of British Columbia
Vancouver B.C. V6T 1Z4
Canada
Email: d.pauly@fisheries.ubc.ca

Katherine RICHARDSON (Ms)
Institute of Biological Sciences
Department of Marine Ecology
Finlandsgade 14
DK 8200 Aarthus N
Denmark
Email: richardson@biology.au.dk

Andrew ROSENBERG
Dean
College of Life Sciences
University of New Hampshire
354 Concord Street
Gloucester, MA 01930
USA
Email: andy.rosenberg@unh.edu

Keith SAINSBURY
CSIRO
Castry Esp.Hobart
Australia

Michael SISSENWINE
Director
Northeast Fisheries Science Center
National Marine Fisheries Service
166 Water Street
Woods Hole, MA 025403

Gunner STEFANSSON
Associate Professor
University of Iceland
Reykjavik
Iceland
Jon SUTINEN
Professor
University of Rhode Island
Kingston, RI 02881
USA

Tsutomu TAMURA
Ecosystem Section
The Institute of Cetacean Research
Tokyo Suisan Bldg, 4-18
Toyomi-Cho Chuo-Ku
Tokyo 104-0055
Tokyo

Andrew TRITES
Director
Marine Mammal Research Unit
Vancouver, B.C.
Canada
Email: trites@zoology.ubc.ca

John W. VALDEMARSEN
Chief
Fishery Technology Service
FAO

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L'ALIMENTATION ET L'AGRICULTURE
Viale delle Terme di Caracalla
00100 Rome
Italy

DÉPARTEMENT DES PÊCHES

Ichiro NOMURA
Sous-Directeur général
(Département des pêches)

Serge M. GARCIA
Directeur
Division des ressources halieutiques

Ulf WIJKSTRÖM
Chef
Service de la planification du développement

Jorge CSIRKE
Chef
Service des ressources marines

Kevern L. COCHRANE
Fonctionnaire principal (ressources halieutiques)
Service des ressources marines

Eric REYNOLDS
Chargé de la planification des pêches
Service de la planification du développement

BUREAU JURIDIQUE

William EDESON
Juriste principal

SECRÉTARIAT

Grimur VALDIMARSSON
Secrétaire de la Conférence
Directeur
Division des industries de la pêche

Janet C. WEBB (Ms)
Chargé des réunions
Service des institutions internationales et de liaison

Joanne ANTONELLI (Ms)
Secrétaire administrative
Division des industries de la pêche

Marianne GUYONNET (Ms)
Secrétaire
Service des institutions internationales et de liaison

Tanya ALEXANDER (Ms)
Secrétaire
Division des industries de la pêche

Barbara VERMEIL (Ms)
Division des industries de la pêche

Wolfgang KRONE
Consultant

Thorgeir LAWRENCE
Consultant

SECRÉTARIAT ISLANDAIS

Möller Alda
Comité exécutif de Reykjavik

Gudmundsdóttir Helga Lára
Iceland Travel

Hjaltason Lene
Iceland Travel

C. Liste des documents[3]

Reykjavik 2001/1 Rev.1

Ordre du jour provisoire annoté et calendrier



Reykjavik 2001/2

Résumé des documents devant être présentés à la première séance plénière - Cadre général



Reykjavik 2001/3

Résumé des documents devant être présentés au Colloque scientifique




· Première séance

Dynamique des écosystèmes marins





· Deuxième séance

Rôle de l'homme dans les écosystèmes marins





· Troisième séance

Intégrer des considérations concernant les écosystèmes dans l'aménagement des pêches



Reykjavik 2001/4

Vers un aménagement des pêches fondé sur les écosystèmes



Reykjavik 2001/Inf.1

Liste provisoire des documents



Reykjavik 2001/Inf.2

Liste provisoire des participants



Reykjavik 2001/Inf.3

Discours d'ouverture du Ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur d'Islande



Reykjavik 2001/Inf.4

Déclaration du Directeur général de la FAO



Reykjavik 2001/Inf.5

Déclaration du Ministre des pêches de la Norvège



Reykjavik 2001/Inf.6

Non publié

D. Déclaration prononcée par Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture

Monsieur le Président de la Conférence,
Monsieur le Président de l'Islande,
Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs,

C'est un plaisir pour moi d'être parmi vous dans ce grand pays qu'est l'Islande pour l'ouverture d'une Conférence qui vise à renforcer les efforts faits sur le plan international pour garantir une utilisation responsable des ressources marines et une bonne gestion de l'écosystème océanique.

Pour commencer, je voudrais exprimer ma profonde gratitude au Gouvernement islandais qui accueille la Conférence et au Gouvernement norvégien qui a fourni un soutien très apprécié, qui témoigne de l'engagement de ces pays en faveur d'une utilisation responsable des ressources marines naturelles.

Mesdames et Messieurs,

Au cours de sa visite à la FAO en 1998, le Président islandais a prononcé un discours mémorable devant le personnel de la FAO. Évoquant son enfance, il nous a rappelé qu'il n'y a pas si longtemps, ses compatriotes avaient du mal à se procurer les provisions nécessaires pour tenir jusqu'à la prochaine récolte. Il est bien nécessaire, en effet, de rappeler à ceux qui vivent dans les grandes villes du monde développé et pour qui il est tout naturel de se rendre au supermarché du coin pour faire leurs provisions que, malheureusement, la sécurité alimentaire pose encore un problème majeur à un trop grand nombre de personnes. Il convient également de rappeler à ces mêmes citadins que cette nourriture ne sort pas des usines, mais pousse dans les champs grâce au travail des agriculteurs ou est puisée dans l'océan par un pêcheur qui risque souvent sa vie pour ramener le poisson. Pour la plupart des pauvres de ce monde, la vie est une lutte constante pour se procurer la nourriture dont ils ont besoin pour eux-mêmes et pour leur famille. Mahatma Gandhi disait: "Pour les millions de personnes qui ne peuvent pas s'offrir deux repas par jour... Dieu ne peut apparaître que sous forme de pain".

La FAO s'emploie à garantir la sécurité alimentaire et à lutter contre la faim. Près de 800 millions de personnes souffrent encore du manque de nourriture et 300 millions d'enfants au moins sont mal nourris. Il s'agit d'un échec tragique qui pèse sur la conscience de l'humanité, d'autant plus qu'il existe des remèdes à cette situation. En 1996, les dirigeants nationaux parmi lesquels M. Davíd Oddsson, Premier Ministre islandais, réunis à Rome pour le Sommet mondial de l'alimentation, se sont engagés à réduire de moitié le nombre de personnes sous-alimentées avant 2015. En novembre prochain, cinq ans après le Sommet, la FAO tient un nouveau Sommet pour examiner les progrès accomplis dans la lutte contre la faim.

Les pêches de capture, et en particulier la façon dont elles sont gérées, jouent un rôle considérable dans la sécurité alimentaire. La survie de centaines de millions de personnes dans le monde dépend des pêches et dans de nombreux pays, le poisson constitue la principale source de protéines animales. Après des décennies d'améliorations apportées aux pêches dans la plupart des zones côtières et océaniques du monde, le taux d'accroissement de l'offre de poisson dépasse de loin celui de la population mondiale. Il s'agit d'un succès remarquable, puisque la consommation de poisson par habitant n'a jamais été aussi élevée qu'aujourd'hui.

Les captures actuelles provenant des océans, soit quelque 100 millions de tonnes par an, rejets compris, ont atteint, de l'avis de la FAO, le niveau maximal que l'on puisse espérer prélever des stocks de poisson de l'océan. Toutefois, cela ne veut pas dire que nous ne puissions pas tirer des océans davantage de nourriture. Nous pouvons, en effet, faire un bien meilleur usage des ressources de l'océan en laissant les stocks surexploités se reconstituer, en réduisant les rejets et, surtout, en nous efforçant de mieux gérer les pêches. Après des décennies de développement des pêches océaniques, nous avons besoin de consacrer nos efforts à la gestion efficace de ces pêches. Il convient, en particulier, d'améliorer la capacité de recherche et de gestion halieutiques, d'allouer des droits de pêches spécifiques et de renforcer le suivi, le contrôle et la surveillance des pêches, y compris les rapports sur les captures. De nombreux pays s'emploient à atteindre cet objectif et les données d'expérience recueillies devraient être mises à la disposition de tous les pays pratiquant la pêche. La FAO est bien entendu prête à fournir une assistance dans ce domaine.

La véritable raison pour laquelle les pays hésitent à adopter des régimes de gestion efficaces tient probablement à ce que, d'une part, il faut du temps pour comprendre qu'un système donné n'est pas assez efficace et d'autre part, la transition vers de nouveaux systèmes peut être coûteuse. Pendant longtemps, les principaux océans ont été considérés comme inépuisables et tout contrôle a été jugé pratiquement superflu. Toutefois, lentement et souvent avec douleur, l'humanité commence à comprendre que tel n'est pas le cas. Les ressources des grands océans sont en fait épuisables. Bien que la majorité des ressources océaniques soient désormais pleinement exploitées, l'accès à ces ressources demeure ouvert, ou pratiquement ouvert, dans de nombreuses pêches partout dans le monde. On constate donc qu'aujourd'hui les bateaux de pêches sont trop nombreux à poursuivre des poissons trop rares. Cette situation est attribuable au surinvestissement dans les pêches, qui a conduit à une pêche excessive, qui à son tour a accentué la pression pour investir davantage dans la pêche afin de pêcher davantage de poissons. En utilisant les technologies de pointe qui, en raison de leur faible coût, sont désormais à la portée des petits exploitants, l'homme ne laisse pratiquement aucune chance aux poissons d'échapper aux engins de pêche et de grandir et de se reproduire. La nécessité de gérer la capacité de pêche est reconnue dans le Plan d'action international pour la gestion de la capacité de pêche, adopté par le Comité des pêches de la FAO en 1999, qui prône la mise au point de plans et de politiques nationaux et l'établissement de rapports à l'intention de la FAO. Il en va de même du Plan d'action international visant à prévenir, contrecarrer et éliminer la pêche illicite, non signalée et non réglementée non seulement en haute mer, mais aussi dans les zones placées sous la juridiction nationale, qui a été adopté par le même Comité cette année. Ces mesures résultent d'une meilleure compréhension de la situation et d'un engagement à conserver les ressources et à utiliser des méthodes de pêche plus responsables.

Ces dernières années, de nombreux instruments ont été élaborés dans le cadre établi par le Code de conduite pour une pêche responsable et des accords ont été conclus pour mettre définitivement au point la Convention sur le droit de la mer. Quant à l'Accord de 1993 sur le respect par les navires de pêche en haute mer des mesures internationales de conservation et de gestion et à l'Accord des Nations Unies de 1995 sur les stocks de poissons, ils n'ont pas encore été ratifiés ni appliqués par tous les pays pratiquant la pêche.

Mesdames et Messieurs,

La Conférence qui s'ouvre aujourd'hui constituera une étape marquante vers une utilisation plus responsable des ressources vivantes des océans. L'approche par écosystème reconnaît que l'homme fait partie de l'écosystème et que le prélèvement de nourriture sur un écosystème naturel comporte des obligations claires tout autant que des droits. En outre, à long terme, l'approche de gestion fondée sur l'écosystème a toute chance d'accroître la productivité des océans et par conséquent la quantité et la qualité de la production alimentaire disponible de manière durable. Elle reconnaît, en outre, l'obligation de limiter dans toute la mesure possible les effets négatifs des activités humaines sur les ressources biologiques marines. Notre tâche consiste à examiner l'approche à adopter pour gérer les pêches de façon à assurer l'utilisation durable des aliments disponibles dans les océans au profit des générations actuelles et futures sans nuire à la capacité de l'écosystème de nourrir l'humanité.

J'attends avec intérêt l'émergence d'un consensus mondial sur les pêches qui annoncera au monde que les pays pratiquant la pêche ont décidé conjointement de relever le défi d'une gestion des pêches fondée sur l'écosystème.

Je voudrais une fois encore remercier les Gouvernements islandais et norvégien d'avoir respectivement accueilli la Conférence et d'en avoir facilité la tenue.

Mesdames et Messieurs,

Je vous souhaite des délibérations fructueuses et attends avec intérêt vos conseils sur la façon dont nous pourrions ensemble parvenir à une gestion plus responsable des pêches de capture océaniques.

E. Déclaration prononcee par Son Excellence Monsieur Otto Gregussen, Ministre, Ministère royal norvégien de la pêche

Excellences, Mesdames et Messieurs les participants, Mesdames, Messieurs,

C'est un grand plaisir pour moi et un grand honneur pour la Norvège et la délégation norvégienne qu'il m'ait été donné l'occasion de prononcer cette allocution d'ouverture.

Cette Conférence a l'ambition de devenir la première manifestation d'importance mondiale qui fixera les orientations futures d'une approche à la gestion des pêches basée sur l'écosystème.

La Norvège se félicite de la tenue de cette conférence et remercie la FAO de l'avoir organisée et l'Islande de lui offrir l'hospitalité et de lui accorder un soutien important, notamment financier. La Norvège est heureuse d'avoir pu s'associer au coparrainage qui a permis que cette conférence ait lieu.

Notre pays vit essentiellement de l'exploitation durable des ressources marines biologiques. Les poissons, les phoques, les baleines et toutes les autres sources de nourriture, d'échange et de subsistance que fournit la mer, sont à l'origine du peuplement de la côte norvégienne. Ces traditions, ces connaissances et ces implantations côtières sont donc la pierre angulaire de notre économie actuelle basée sur le pétrole, le gaz, le transport maritime, la pêche et l'aquaculture. Tout indique que l'importance des activités maritimes dans l'économie nationale augmentera à l'avenir. Les enjeux que cela représente sont immenses.

Pour que notre objectif se concrétise, nous devrons parvenir à équilibrer croissance, utilisation et protection des ressources.

Notre programme, intitulé "Richesses de l'océan. L'avenir de la Norvège" nécessite des décisions prudentes mais courageuses. La Norvège, tout comme plusieurs autres pays, développe l'aquaculture à des niveaux sans précédent. La demande accrue de produits de la mer et les avancées technologiques exercent une pression accrue sur les ressources marines biologiques, sur la zone côtière et sur l'écosystème marin dans son ensemble.

C'est pourquoi cette conférence revêt une telle importance. C'est aussi pourquoi elle a été organisée aujourd'hui.

La sensibilisation à l'écosystème et l'élaboration de directives de portée internationale, aux niveaux mondial et régional, nécessiteront des décisions courageuses et des actions décisives de la part de nos gouvernements. Pour obtenir des résultats, il nous faudra agir de concert.

Par conséquent, la présence de nombreux pays à cette conférence est une grande chance qui nous est offerte. Tous les grands producteurs mondiaux des secteurs des pêches et de l'aquaculture sont représentés ici, souvent au plus haut niveau. Cela nous donnera la possibilité d'ouvrir des voies nouvelles.

Cette Conférence est pour nous l'occasion - une occasion que nous devons saisir - d'établir ensemble une structure pour la gestion de nos ressources biologiques dans le cadre de l'écosystème.

La Norvège a l'espoir et l'ambition que cette Conférence permette de formuler:

Je tiens à vous assurer que la Norvège interviendra de manière positive et constructive dans les débats des jours à venir pour aider à promouvoir tous ces objectifs.

La délégation norvégienne fonde de grands espoirs sur les quatre prochaines journées de dur labeur, au cours desquelles le Colloque scientifique permettra de mieux comprendre la dynamique de l'écosystème marin, le rôle de l'homme dans l'écosystème marin et ce qui importe le plus aux gestionnaires: l'incorporation de considérations sur l'écosystème dans la gestion des pêches. D'éminents scientifiques guideront nos travaux durant ces sessions.

Ces séances plénières nous permettront de tirer profit des compétences spécialisées qui nous seront fournies pour mettre au point une déclaration qui jettera les bases de la mise en oeuvre future, aux niveaux national et international, des principes d'une gestion des ressources biologiques marines basée sur l'écosystème.

Je souhaiterais rendre hommage aux efforts du Comité directeur de la Conférence, du Comité scientifique, du Comité exécutif de Reykjavik, du personnel de la FAO et de tous les spécialistes qui ont présenté des communications et préparé des affiches. Ils ont ouvert la voie à nos travaux.

Il nous incombe à présent de recueillir les fruits de ces efforts en faisant de cette Conférence une manifestation de première importance qui débouchera sur des résultats concrets. Elle revêtira une importance capitale non pas nous, mais pour nos océans et pour nos ressources marines biologiques.

J'exhorte donc tous les pays présents, par l'intermédiaire de leurs représentants, ainsi que les organisations intergouvernementales et non gouvernementales, à apporter leur participation et leur contribution à un résultat dont nous serons fiers et dont nous pourrons tirer parti à l'avenir.

Excellences, Mesdames et Messieurs les participants, Mesdames, Messieurs, je sais d'expérience que nos hôtes islandais sont les plus hospitaliers et les plus généreux que l'on puisse imaginer. Nous pouvons donc compter sur quatre journées de travail intensifs, mais aussi de plaisir. La Norvège est heureuse de pouvoir répondre aux manifestations d'amitié de l'Islande en invitant tous les participants à une réception mercredi soir.

Je me prépare avec joie aux travaux qui nous attendent.

Merci de votre attention.

F. Déclaration prononcée par Son Excellence Monsieur Halldór Ásgrímsson, Ministre des affaires étrangères et du commerce extérieur d'Islande

M. le Président de l'Islande, M. le Directeur général de la FAO, Mesdames et messieurs les Ministres, Mesdames et messieurs,

J'ai le plaisir de vous souhaiter la bienvenue en Islande et à cette conférence essentielle sur la pêche responsable dans les écosystèmes marins. Pour de nombreuses raisons, l'Islande est le lieu rêvé pour une telle conférence. L'océan, dont les vagues battent nos côtes, joue un rôle central dans notre existence, et, pendant les sombres années des XVIIe et XVIIIe siècles, alors que les éruptions volcaniques ravageaient nos terres agricoles, la pêche a sans doute permis à la nation islandaise de ne pas être définitivement rayée de la carte. Aujourd'hui encore, notre richesse dépend de la pêche, puisque 60 à 70 pour cent de nos exportations sont des produits de la mer. C'est dire si la situation de la pêche nous tient spécialement à cœur. En outre, dans le village planétaire qui est le nôtre, nous sommes conscients que nos préoccupations doivent aller au-delà de nos frontières nationales.

Monsieur le Président,

Dans le monde entier, la surpêche et l'état des stocks de poisson sont des sujets de préoccupation toujours plus présents à nos esprits. On peut comprendre ces inquiétudes à la lumière de l'importance des pêches pour la sécurité alimentaire mondiale. Car la pêche permet à des millions de personnes, voire des nations entières, d'assurer leur subsistance, et pour de nombreux pays, l'exportation de poisson et de produits dérivés est vitale pour l'économie nationale.

Cependant, il est important de mettre en garde contre les généralisations et les simplifications excessives. Certes, l'état des pêches est alarmant dans certaines régions, mais dans d'autres, il est très satisfaisant. En effet, la pêche peut être durable, et plusieurs pays assurent d'ores et déjà une gestion durable et efficace de la pêche. Il faut que ces cas soient révélés au grand jour à titre d'exemple à suivre.

En Islande, l'expérience nous a montré qu'une gestion durable des ressources était une condition indispensable à notre prospérité et à notre bien-être. Nous ne pouvons pas nous permettre de faire des erreurs.

En Islande, le système de gestion des pêches ne date pas d'hier et il reste un processus en mutation constante. Notre système est né des efforts constants de la communauté scientifique et politique, et de nombreuses décisions difficiles ont dû être prises en cours de route. Grâce à des méthodes empiriques, nous avons mis au point un système de gestion durable des pêches qui, à l'aune des normes internationales, doit être considéré à la fois comme étant perfectionné, novateur et probant. Mais il nous reste encore à faire face à de nouveaux défis.

Grâce à la technologie moderne, à la gestion et aux méthodes scientifiques, nous avons été en mesure de tirer parti de nos fonds de pêche de manière durable. Et c'est cela qui nous a placé parmi les premières nations pratiquant la pêche du monde et qui nous a permis de façonner, au sein d'un environnement naturel pourtant rude, une société prospère fondée sur des normes modernes en matière de logement, de santé et d'éducation.

Nous avons également voulu faire en sorte que d'autres bénéficient de nos connaissances dans le domaine de la pêche. L'un des principaux piliers du programme d'aide au développement de l'Islande est l'aide au développement d'une pêche durable. En outre, les institutions publiques islandaises ont aidé les pays en développement à jeter les bases scientifiques et juridiques de leurs systèmes de gestion de la pêche. Les entreprises islandaises ont également investi dans des activités de pêche et des industries de transformation dans le monde entier et se sont impliquées dans de nombreux projets de développement, dans l'objectif de mettre sur pied des industries régionales de la pêche.

Permettez-moi ici de mentionner le Programme de formation des pêcheurs de l'Université des Nations Unies, créé ici, en Islande, en 1998. Ce programme propose une formation universitaire de deuxième cycle à des professionnels en exercice du secteur des pêches de pays en développement. Ce programme sera présenté dans le hall, et je vous encourage vivement à le découvrir.

Monsieur le Président,

Il va sans dire qu'il est absolument nécessaire de jeter les bases d'une coopération internationale visant à promouvoir une pêche durable. J'espère de tout mon cœur que cette Conférence sera l'occasion d'apporter une pierre tangible à cet édifice.

Je partage les préoccupations de nombreux pays en ce qui concerne l'état des stocks de poisson et la gestion des pêches dans certaines régions. Avant d'assurer les fonctions de Ministre des Affaires étrangères, j'ai été Ministre de la pêche pendant huit ans et, à ce titre, j'ai été confronté aux nombreux problèmes socio-économiques épineux qu'il a fallu prendre en compte lors des bouleversements radicaux que nous avons apportés à notre système de gestion des pêches en vue de garantir des opérations durables.

Je comprends également la position des pays qui demandent que les enceintes internationales telles que les Nations Unies jouent un rôle plus actif dans le secteur des pêches. Je vais être franc avec vous. La plupart de ces pays sont hautement industrialisés. Certains ont détruit leurs stocks de poisson en raison de la surpêche. D'autres ont chassé les mammifères marins quasiment jusqu'à l'extinction. Dans d'autre pays, la surcapacité des flottes est telle qu'ils se voient obligés de les envoyer pêcher dans des eaux éloignées. Mais tous ces pays ne devraient pas pour autant tenter d'exporter leurs problèmes à l'étranger, ni présumer que d'autres pays feront inévitablement les mêmes erreurs. Que ces pays aient connu des difficultés ne veut pas dire que les ressources biologiques marines ne font pas l'objet d'une gestion durable dans d'autres régions du globe.

Il ne faut pas oublier que, pour de nombreux pays, la pêche est un secteur clé de l'économie. Nous ne pouvons pas attendre de ces pays qu'ils tolèrent que la communauté mondiale assure la micro-gestion de leur économie. Toute coopération internationale dans le domaine des pêches doit être compatible avec la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Cela dit, quels doivent être les grands axes de la coopération internationale sur la pêche? À mon avis, il est possible de définir quatre domaines critiques.

Premièrement, la coopération technique et scientifique sur les problèmes communs est décisive si l'on veut accroître nos connaissances des ressources océaniques et définir la meilleure façon de les gérer. Cette conférence illustre bien une telle coopération. La communauté internationale comprend désormais l'intérêt commun que nous avons à améliorer l'approche axée sur les écosystèmes en matière de gestion des pêches. Par conséquent, nous sommes réunis ici pour écouter ce qu'ont à nous dire les scientifiques et tirer les leçons de nos propres expériences sur les façons d'agir et les écueils à éviter lorsque l'on tente d'intégrer le volet écosystème à la gestion des pêches. Nous sommes également réunis pour identifier des actions de coopération grâce auxquelles nous pourrons promouvoir une gestion des ressources biologiques marines axée sur les écosystèmes et tenter d'améliorer cette gestion.

Deuxièmement, il est nécessaire de faire en sorte que le marché mondial encourage la pêche durable. Les règles régissant le commerce international peuvent aussi bien faciliter qu'entraver la gestion durable des pêches. L'expérience nous a montré que les distorsions du marché, telles que la progressivité tarifaire et les subventions, ont pour effet de stimuler la surpêche. Les subventions et tarifs élevés pratiqués dans les pays de l'OCDE ont notamment des effets néfastes sur les pays en développement, aussi bien en ce qui concerne leurs intérêts commerciaux que pour l'utilisation qu'ils font de leurs ressources halieutiques.

Plus de la moitié du total des exportations mondiales de poisson et de produits dérivés provient des pays en développement. La plupart de ces exportations ont pour destination des pays de l'OCDE. Dans leur ensemble, ces derniers importent environ 75 pour cent des produits de la pêche échangés à l'échelle internationale. Or ce sont ces pays importateurs qui sont responsables de la majeure partie des subventions à la pêche octroyées de par le monde et qui imposent des tarifs douaniers aux produits originaires des pays en développement.

Troisièmement, nous devons impérativement renforcer l'aide apportée par la communauté internationale aux pays en développement dans le secteur des pêches.

Pour un milliard d'habitants des pays en développement, le poisson est la principale source de protéines animales. Sur les 30 pays les plus dépendants du poisson comme source de protéines, tous, à l'exception de quatre, sont des pays en développement. Or les pays en développement représentent plus de la moitié du total des exportations mondiales de poisson et de produits dérivés. En outre, il ne faut pas oublier que la pêche est cruciale pour certains pays à faible revenu et à déficit vivrier et pour des petits États insulaires en développement.

J'estime qu'il est de notre responsabilité à nous, nations pratiquant la pêche, à la FAO et aux institutions financières internationales, d'établir un partenariat avec les pays en développement et j'estime que nous devons les aider à mettre en place leur propre système de gestion durable des pêches, adapté à leur cas de figure et à leurs propres besoins.

Il y a quelques années, les principaux bailleurs de fonds du secteur des pêches ont créé le concept de Forum pour une pêche durable, justement dans l'intention d'établir ce type de partenariat. Il faut impérativement donner à cette initiative un nouvel élan et nous, États membres de la FAO, enjoignons la Banque mondiale de poursuivre sa collaboration avec la FAO sur cette question essentielle.

Enfin, nous nous devons de promouvoir, au sein des gouvernements, de l'industrie de la pêche, des ONG œuvrant dans le domaine de l'environnement et du public, une meilleure compréhension de l'importance qu'il y a à préserver une utilisation durable des ressources biologiques marines pour les générations présentes et futures. Dans ce contexte, je souligne notamment la nécessité d'une participation active de l'industrie de la pêche.

Monsieur le Président,

Notre Conférence est la seule réunion liée à la FAO sur la pêche avant le Sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg, lors duquel les dirigeants du monde réitéreront l'engagement de la communauté internationale vis-à-vis du développement durable. Reykjavik se doit d'envoyer un message énergique à Johannesburg sur le partenariat mondial en faveur d'une utilisation durable des ressources biologiques marines.

Je voudrais maintenant remercier le gouvernement de la Norvège pour son aide généreuse, ainsi que Monsieur le Directeur général de la FAO, pour sa coopération fructueuse lors de la préparation de cette réunion. Bon séjour en Islande.

Monsieur le Président, je vous remercie.

G. Déclaration prononcée par Son Excellence Monsieur Árni M. Mathiesen, Ministre islandais des pêches

Mesdames et Messieurs,

Depuis quelques dizaines d'années, les nations du monde entier ont pris conscience de la nécessité de gérer les pêches. Les autorités se sont efforcées avec plus ou moins de succès de répondre à cette nécessité du mieux qu'elles ont pu en procédant à un type de gestion fondé sur l'aménagement de tel ou tel stock. Ces dernières années, la nécessité d'inscrire la gestion dans une perspective plus large en considérant l'ensemble de l'écosystème marin s'est peu à peu imposée, d'autant que, parallèlement, la société civile revendique avec de plus en plus d'insistance une utilisation rationnelle des ressources et des mesures en faveur de la préservation de l'environnement.

Compte tenu des modalités d'organisation de la Conférence, nous allons tout d'abord entendre des exposés exprimant divers points de vue sur l'importante question dont nous sommes appelés à débattre. Cet après-midi, le Colloque scientifique traitera des différents aspects d'une gestion des pêches fondée sur la prise en compte de l'écosystème. À l'issue du Colloque, la Conférence intergouvernementale reprendra ses travaux. Nous pourrons alors, je l'espère, débattre de questions d'orientation d'importance essentielle, à la lumière de ce qui nous aura été donné d'entendre et de l'expérience qu'a pu acquérir chacun de nos pays.

J'espère que nous pourrons définir d'un commun accord à Reykjavik:

L'objectif est d'adopter à la fin de la Conférence une déclaration qui sera mise au point par un comité de rédaction à composition non limitée. Je vous invite à vous interroger plus particulièrement sur le sens que vous souhaitez donner à cette déclaration. La rédaction du document commencera dès aujourd'hui; elle prendra corps au fur et à mesure que nous acquerrons de nouvelles informations à la lumière du débat général et des exposés scientifiques.

Je formule l'espoir que cette Conférence fera date et que nous pourrons montrer au monde que nous agissons de façon responsable en œuvrant pour une utilisation durable des ressources biologiques marines, afin d'assurer des approvisionnements adéquats en produits de la mer et d'en garantir la qualité. Nous franchissons un nouveau pas important en montrant la direction dans laquelle doit s'orienter la gestion des ressources biologiques marines.

Je souhaite que nous ayons un débat fructueux et que votre séjour en Islande soit le plus agréable possible.

H. Observations Emises par le colloque scientifique par MM. Michael Sinclair et Jóhann Sigurjónsson, Vice-Présidents[4]

Les observations ci-après s'apparentent davantage à des réflexions des participants qu'à des conclusions officielles du Colloque.

1. La première séance a été consacrée à un examen succinct de l'état des connaissances concernant la structure et la fonction des écosystèmes marins, des réseaux trophiques en milieu marin et des chaînes alimentaires et à une analyse de notre capacité à établir des modèles pour les pêches portant sur une seule espèce ou sur plusieurs espèces.

2. Au cours de la deuxième séance, il a été procédé à une synthèse des conséquences de la pêche, et d'autres formes d'utilisation des océans, sur les écosystèmes marins.

3. Au cours de la troisième séance, l'analyse à porté sur les moyens de mieux intégrer les considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches, ainsi que sur les changements qui s'imposent en matière de gouvernance.

4. Lors d'un débat, des représentants de l'industrie de la pêche ont exprimé leur point de vue sur les changements qui sont actuellement opérés dans la gestion des pêches pour en améliorer la viabilité. Tout en se déclarant convaincus d'une manière générale de la nécessité d'incorporer davantage de considérations relatives à l'écosystème, ils se sont inquiétés des délais nécessaires à la réalisation de ces changements et de leurs coûts.

5. Tout au long des trois séances et du débat des professionnels du secteur de la pêche, deux questions fondamentales ont été mises en relief:

- la surpêche imputable à la surcapacité

- es incitations en faveur d'une meilleure rationalisation au titre de la pêche fondée sur l'attribution de droits.

De l'avis général, il paraît très illusoire de prétendre progresser sur la voie d'une pêche responsable dans l'écosystème marin si l'on ne se préoccupe pas d'urgence de réduire la surcapacité.

Il a été indiqué qu'en l'absence d'une certaine forme de pêche fondée sur l'attribution de droits une réduction de la surcapacité était peu probable.

Il est à noter qu'en marge du Colloque, les scientifiques ont, dans le cadre de conversations informelles, souligné l'urgente nécessité de régler le problème de la surcapacité et de limiter la surpêche, conditions nécessaires à une amélioration de la gestion fondée sur l'écosystème.

6. Pour le Colloque, l'enjeu consistait à définir les prochaines mesures d'ordre pratique nécessaires pour progresser sur la voie d'une pêche responsable dans l'écosystème marin. Comment passer du mode actuel de gestion des pêches à une gestion fondée sur l'écosystème? Et que doit-on entendre exactement par "gestion fondée sur l'écosystème"(GFE)?

7. Bien qu'il n'ait pas été possible de s'entendre sur une définition officielle, il nous a semblé que les caractéristiques de la GFE sont les suivantes:

- Gestion intégrée de la pêche portant sur plusieurs espèces et d'autres utilisations de l'océan dans un contexte géographique donné.

- Incorporation d'un ensemble d'objectifs de conservation de portée plus large par rapport à la plupart des plans de gestion actuels. En ce qui concerne le secteur de la pêche, les objectifs seraient d'assurer la viabilité des composantes de l'écosystème, ainsi que des espèces cibles.

- Nécessité de gérer les activités humaines, et non l'écosystème.

8. Tout en admettant qu'une bonne gestion des pêches portant sur plusieurs espèces pouvait contribuer dans une large mesure à la réalisation des objectifs de la GFE, les participants ont reconnu la nécessité d'adopter des mesures complémentaires pour régler les nouveaux problèmes que pose l'écosystème.

9. Tout donne à penser que la GFE doit devenir la règle dès à présent. S'il est certain que des recherches complémentaires sur l'écosystème marin sont souhaitables, elles ne constituent cependant pas une condition préalable à l'adoption d'un mode de gestion fondé sur l'écosystème. Les connaissances et les instruments de gestion disponibles sont suffisants pour lancer le processus.

10. Un mode de gestion fondé sur l'écosystème peut être adopté dès à présent dans les pays en développement et dans les pays développés.

11. La première étape consiste à définir la gamme élargie des objectifs de conservation qu'il est souhaitable d'incorporer pour assurer la viabilité des espèces cibles, mais aussi les composantes de l'écosystème nécessitant une protection. Ces objectifs doivent porter en termes explicites sur la diversité biologique, la productivité et l'habitat.

12. Les objectifs en rapport avec l'écosystème, notamment les objectifs relatifs aux espèces cibles, devraient être incorporés dans les plans actuels de gestion des pêches portant sur une ou plusieurs espèces. De même qu'il existe des indicateurs et des points de référence pour arrêter des niveaux de mortalité par pêche et de biomasse du stock, il existerait des critères pour mesurer le degré de réalisation des objectifs élargis relatifs à l'écosystème, comme par exemple la superficie requise pour protéger les habitats tridimensionnels (coraux de profondeur par exemple) ou les prises accessoires des espèces particulièrement menacées (tortues luth par exemple). Il a été admis que certaines de ces mesures étaient déjà appliquées de façon ad hoc.

13. Les outils actuels de gestion des pêches existants seraient utilisés de façon différente pour l'incorporation de considérations relatives à l'écosystème. Ces outils sont le contingentement, la maîtrise de l'effort de pêche, la délimitation de périmètres interdits et la fixation de limites en ce qui concerne les engins. Ainsi, les périmètres interdits pourraient être utilisés pour l'habitat benthique parallèlement à la protection des segments de reproduction ou des juvéniles.

14. Il n'existe pas de consensus à propos des aires géographiques en fonction desquelles seraient évalués les plans de régulation en cas d'usages multiples par rapport aux objectifs relatifs à l'écosystème. Le choix des limites écologiques et des subdivisions administratives appropriées devra se faire sur le plan régional ou pays par pays. Indépendamment des aires de gestion des océans définies pour la mise en oeuvre d'une gestion fondée sur l'écosystème, certains plans comme ceux applicables aux homards ou aux coquilles Saint-Jacques relativement sessiles, pourraient être évalués dans le cadre d'une aire de gestion des océans unique. D'autres plans de gestion des pêches, tels que ceux applicables aux espèces de thons migrateurs et à certains encornets, devront être évalués dans le cadre de zones de gestion des océans contiguës.

15. Les dispositions institutionnelles en vigueur pour la mise en oeuvre des plans de gestion des pêches devront être complétées pour satisfaire aux nouvelles règles de gouvernance. Il conviendra d'évaluer les plans de gestion globaux des pêches, de même que les plans applicables à d'autres utilisations des océans, par rapport aux objectifs relatifs aux écosystèmes qui sont définis dans le cadre de la gestion fondée sur l'écosystème.

16. Les participants ont estimé que l'instauration d'un mode de pêche responsable dans l'écosystème marin, grâce à une gestion fondée sur l'écosystème, s'apparentait davantage à une évolution qu'à une révolution. Ils ont indiqué que certaines questions liées à l'écosystème présentaient un caractère urgent, comme la surpêche ou l'excès de capacité, et qu'elles devaient être traitées en temps opportun.

17. Il a été indiqué à maintes reprises que l'approche de précaution constituait une composante fondamentale de la gestion fondée sur l'écosystème.

En conclusion, nous formulons, au nom des personnes ayant participé au Colloque scientifique, l'espoir que nos observations vous aideront durant les débats qui auront lieu lors de la Conférence. Nous vous remercions de nous avoir permis d'exposer ces vues.

I. Déclaration de Reykjavik sur une peche responsable dans l'écosystème marin

Réunis pour la Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin qui s'est tenue du 1er au 4 octobre 2001,

Appréciant l'initiative prise par le Gouvernement islandais et par l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) d'organiser cette Conférence avec l'appui du Gouvernement norvégien,

Rappelant que cette initiative a été approuvée par le Comité des pêches de la FAO à sa vingt-quatrième session (26 février-2 mars 2001) et par le Conseil de la FAO à sa cent vingtième session (juin 2001),

Réaffirmant que la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer de 1982 (la Convention) établit les droits et les obligations des États en ce qui concerne l'utilisation et la conservation des océans et de leurs ressources, y compris la conservation et la gestion des ressources biologiques marines,

Rappelant que ces dernières années, la communauté internationale a approuvé plusieurs engagements juridiques et politiques supplémentaires qui complètent les dispositions de la Convention, y compris la Déclaration de Rio sur l'environnement et le développement et Action 21 (Chapitre 17),

Réaffirmant les principes du Code de conduite de la FAO pour une pêche responsable,

Rappelant en outre les quatre Plans d'action internationaux formulés conformément au Code de conduite, à savoir le Plan d'action pour la gestion de la capacité de pêche, le Plan d'action pour la conservation et la gestion des requins, le Plan d'action visant à réduire les captures accidentelles d'oiseaux de mer par les palangriers et le Plan d'action visant à prévenir, à contrecarrer et à éliminer la pêche illicite, non déclarée et non réglementée,

Réaffirmant qu'à sa cent vingtième session, le Conseil de la FAO a recommandé que les études sur la gestion des pêches fondée sur l'écosystème qui seraient menées par la FAO comme convenu à la vingt-quatrième session du Comité des pêches (paragraphe 39 du rapport de la session) reposent sur une approche équilibrée et intégrée,

Se félicitant et tenant compte du débat ayant eu lieu au Colloque scientifique de la Conférence,

Reconnaissant que la gestion durable de la pêche incluant des considérations relatives à l'écosystème implique de prendre en compte les répercussions de la pêche sur les écosystèmes marins et celles des écosystèmes marins sur la pêche,

Confirmant que l'objectif poursuivi en incluant des considérations relatives à l'écosystème dans la gestion de la pêche est de contribuer à la sécurité alimentaire à long terme et au développement humain et d'assurer une préservation et une utilisation efficace de l'écosystème et de ses ressources,

Se félicitant de ce que la Conférence représentait une occasion importante pour toutes les parties prenantes du secteur des pêches d'évaluer conjointement les moyens d'inclure des considérations liées à l'écosystème dans la gestion de la pêche,

Sachant que l'utilisation durable des ressources biologiques marines contribue largement à la sécurité alimentaire humaine ainsi qu'à la variété de l'alimentation, fournit un moyen de subsistance à des millions de personnes et constituent l'une des pierres angulaires de nombreuses économies nationales, en particulier des pays à faible revenu et à déficit vivrier et des petits États insulaires en développement,

Reconnaissant l'interaction complexe entre les pêches et les autres composantes de l'écosystème marin,

Convaincus que l'incorporation dans la gestion de la pêche des considérations relatives à l'écosystème fournit un cadre dans lequel les États et les organismes responsables de la gestion des pêches peuvent améliorer les performances du secteur,

Affirmant que l'incorporation des considérations relatives à l'écosystème implique une meilleure conservation et utilisation durable de l'écosystème, ainsi qu'une meilleure focalisation sur les interactions entre les différents stocks et espèces de ressources biologiques marines, telles que les relations entre proies et prédateurs, et qu'elle suppose, en outre, une compréhension de l'impact des activités humaines sur l'écosystème, notamment du déséquilibre structurel de l'écosystème qu'elles risquent d'entraîner,

Reconnaissant la nécessité de renforcer et d'appuyer la capacité de gestion, notamment les cadres scientifiques, juridiques et institutionnels, afin de promouvoir notamment l'incorporation des considérations relatives à l'écosystème,

Soulignant que la base scientifique sur laquelle appuyer l'intégration des considérations relatives à l'écosystème dans la gestion de la pêche a besoin d'être développée et que les connaissances scientifiques sur la structure, le fonctionnement, la composition et les propriétés de l'écosystème, ainsi que sur l'impact écologique de la pêche sont incomplètes,

Reconnaissant que certaines activités autres que la pêche affectent l'écosystème marin et ont des conséquences sur la gestion. Il s'agit d'activités terrestres et maritimes qui ont un impact négatif sur l'habitat, la qualité de l'eau, la productivité des pêches et la qualité et la sécurité sanitaire des aliments.

Reconnaissant également que la majorité des pays en développement font face à des défis majeurs pour incorporer les considérations relatives à l'écosystème dans la gestion de la pêche et qu'une coopération et une assistance internationales seront nécessaires à cet effet,

Déclarons que, pour renforcer la gestion responsable et durable de la pêche dans l'écosystème marin, nous nous efforcerons individuellement et collectivement d'incorporer les considérations relatives à l'écosystème dans cette gestion.

À cette fin, nous déclarons en outre ce qui suit:

1. Nous sommes résolus à poursuivre l'application effective du Code de conduite de la FAO, qui est notre guide commun et convenu pour renforcer et établir des systèmes de gestion des pêches, ainsi que les Plans d'action internationaux tels que formulés conformément à ce Code et la Déclaration de Kyoto et le Plan d'action sur la contribution des pêches à la sécurité alimentaire.

2. Il est nécessaire d'introduire immédiatement des plans de gestion efficaces comportant des incitations à une gestion responsable des pêches et à une utilisation durable des écosystèmes marins, et notamment des mécanismes visant à ramener les efforts de pêche excessifs à des niveaux durables.

3. Il est important de créer des organisations régionales et internationales de recherche et de gestion halieutiques, ou de renforcer et d'améliorer ces organisations lorsqu'elles existent, et d'incorporer dans leurs activités les considérations relatives à l'écosystème et d'améliorer la coopération entre ces organes et les organes régionaux chargés de la gestion et de la conservation de l'environnement marin.

4. La prévention des effets négatifs des activités autres que la pêche sur les écosystèmes marins et les pêches exige une action de la part des autorités compétentes et d'autres parties prenantes.

5. S'il est nécessaire d'agir sans délai pour résoudre des problèmes particulièrement urgents sur la base de l'approche de précaution, il est important d'améliorer la base scientifique qui permettra d'incorporer les considérations relatives à l'écosystème en s'appuyant sur les connaissances scientifiques existantes et futures. À cette fin, nous nous efforcerons:

a) de développer la base scientifique pour l'élaboration et la mise en œuvre de stratégies de gestion incorporant les considérations relatives à l'écosystème et qui assureront des rendements durables, tout en conservant les stocks et en préservant l'intégrité des écosystèmes et des habitats dont ils dépendent;

b) d'identifier et de décrire la structure, la composition et le fonctionnement des écosystèmes marins pertinents, la composition du régime alimentaire et les réseaux trophiques, les interactions entre espèces et les relations entre les prédateurs et leurs proies, le rôle de l'habitat et les facteurs biologiques, physiques et océanographiques affectant la stabilité et la résistance des écosystèmes;

c) d'assurer ou de renforcer le suivi systématique de la viabilité naturelle et de ses relations avec la productivité de l'écosystème;

d) d'améliorer le suivi des captures accessoires et des rejets de toutes les pêches, afin d'obtenir des données plus précises sur les quantités de poissons effectivement pêchées;

e) d'appuyer la recherche-développement sur les engins et les méthodes de pêche, afin d'améliorer la sélectivité des engins de pêche et de réduire l'impact négatif des pratiques de pêche sur l'habitat et la diversité biologique;

f) d'évaluer l'impact négatif des activités humaines autres que la pêche sur l'environnement marin, ainsi que les conséquences de cet impact sur une utilisation durable.

6. Les interactions entre le développement de l'aquaculture dans l'environnement marin et les pêches de capture doivent faire l'objet d'un suivi grâce à des arrangements institutionnels et réglementaires pertinents.

7. Nous sommes déterminés à renforcer la coopération internationale pour aider les pays en développement à incorporer les considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches et, en particulier, pour améliorer leurs connaissances par le biais de l'enseignement et de la formation aux fins de la collecte et du traitement des données biologiques, océanographiques, écologiques et halieutiques nécessaires pour concevoir, mettre en œuvre et améliorer leurs stratégies de gestion.

8. Nous nous engageons à créer un environnement plus favorable en encourageant les transferts de technologies contribuant à une gestion durable, le cas échéant, en introduisant des cadres réglementaires rationnels, en analysant les distorsions commerciales et, le cas échéant, en les supprimant, et en favorisant la transparence.

9. Nous prions instamment les organisations internationales techniques et financières compétentes et la FAO de coopérer pour faciliter l'accès des États aux conseils et à l'information techniques sur des modes de gestion efficaces et sur les leçons à en tirer, et sur d'autres éléments de soutien, en accordant une attention particulière aux pays en développement.

10. Nous encourageons la FAO à collaborer avec des experts scientifiques et techniques de toutes les régions du monde en vue de mettre au point des directives techniques pour l'adoption de pratiques optimales en ce qui concerne l'incorporation des considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches. Ces directives techniques devraient être présentées à la prochaine session du Comité des pêches de la FAO.

ET DEMANDONS au Gouvernement islandais de transmettre la présente Déclaration au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies, au Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture, au Président du Sommet mondial sur le développement durable qui doit se tenir à Johannesburg en septembre 2002 et aux organisations pertinentes de gestion des pêches, pour examen.

J. Déclaration prononcée par M. M. Komatsu au nom de la délégation japonaise

Je vous remercie Monsieur le Président,

Monsieur le Président, le Japon est déçu par la Déclaration qui a été adoptée en séance plénière.

Selon nous, la Déclaration passe sous silence plusieurs problèmes importants qui relevaient du thème de notre Conférence et que le Comité des pêches et le Conseil de la FAO nous avaient chargés d'examiner. En ce sens, et une telle situation est regrettable, elle marque un recul et constitue une occasion manquée, qui nous empêche de progresser en direction de l'objectif que nous nous étions fixé: incorporer des considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches.

Lors des débats qui ont eu lieu au sein du Comité de rédaction, l'un des principaux points de désaccord a porté sur l'utilisation de l'expression "ressources biologiques marines". Vous le savez, cette expression est utilisée dans plusieurs instruments, notamment ceux élaborés par la Conférence des Nations Unies sur le droit de la mer et la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement. Une expression similaire, "ressources bioaquatiques", est également employée dans le Code de conduite de la FAO, ainsi que dans la Déclaration et le Plan d'action de Kyoto. Or, quelques délégations, notamment celles des États-Unis d'Amérique, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, ont refusé d'en accepter l'utilisation dans l'actuel projet de déclaration. Selon nous, une telle position nous fait revenir 20 ans en arrière et nous éloigne incontestablement de l'objectif fixé, à savoir l'incorporation de considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches.

Je tiens à noter que le rôle des mammifères marins dans l'écosystème, et en particulier la consommation de poisson de ces animaux, a été l'objet de longs débats lors du Colloque scientifique. Bien que la question soit curieusement absente du sommaire du Colloque scientifique, il n'en demeure pas moins qu'elle a été débattue et qu'à ce titre il devait en être dûment fait état dans la Déclaration. Or, d'aucuns ont estimé au sein du comité de rédaction que l'expression "mammifères marins" ne devait apparaître nulle part dans le document.

Le refus d'employer l'expression dans la Déclaration, comme si les mammifères marins n'étaient pas une réalité ou un élément de l'écosystème, a transformé cette Conférence en une tribune politique, phénomène qu'on constate aussi avec la Commission baleinière internationale. Selon nous, cette situation est regrettable.

À sa trente-quatrième session, le Comité des pêches est convenu à l'unanimité que la FAO devrait réaliser des études sur l'interaction entre la pêche et les mammifères marins et, là encore, des membres du comité de rédaction ont refusé de citer textuellement le paragraphe 39 du rapport des pêches, comme si nous n'étions plus d'accord avec ce dont nous étions convenus au mois de mars dernier.

De surcroît, à sa cent vingtième session, le Conseil de la FAO a recommandé que les études concernant la gestion des pêches fondée sur l'écosystème devant être réalisées par l'Organisation, comme convenu au paragraphe 39 du rapport du Comité des pêches, devraient être fondées sur une approche équilibrée et holistique et il est convenu que la Conférence constituait une tribune appropriée pour débattre de ces questions. Il s'agit là, Monsieur le Président, d'une instruction à laquelle il nous est tout simplement impossible de nous soustraire.

Le Japon a tenté de faire figurer dans la Déclaration plusieurs autres questions de fond dont l'importance du point de vue de la pêche responsable nous paraît déterminante. Ces questions sont notamment le refus du libre accès au marché des captures réalisées par des embarcations pratiquant la pêche illicite, non déclarée et non réglementée, ainsi que les incidences négatives sur l'écosystème marin de la capture de juvéniles destinés à l'aquaculture. Selon nous, exclure ces questions de la Déclaration revient à admettre que la Conférence n'est pas parvenue à traiter de problèmes fondamentaux dont la résolution est nécessaire à l'application effective d'une gestion fondée sur l'écosystème.

Le Japon s'est engagé sur la voie de la pêche responsable et il est convaincu que l'incorporation de considérations relatives à l'écosystème dans la gestion des pêches est un important moyen de garantir une utilisation durable des ressources marines. Notre Conférence était l'occasion de faire un pas dans cette direction et nous nous félicitons des exposés et des débats qui ont eu lieu au cours du Colloque scientifique. Néanmoins, pour les raisons que j'ai dites, nous ne saurions être d'accord avec la Déclaration telle qu'elle se présente actuellement et nous ne pouvons l'accepter. Dans un souci de compromis, le Japon n'a cependant pas bloqué la réalisation d'un consensus.

K. Déclaration prononcée par Son Excellence Monsieur Cassius B. Elias, Ministre de l'agriculture, de la foresterie, des pêches et de l'environnement (Sainte-Lucie)

Monsieur le Président,

Sainte-Lucie tient à exprimer sa préoccupation au sujet de la Déclaration finale de la Conférence, dans la mesure où celle-ci ne semble pas refléter comme il se doit les exposés et les échanges qui ont dominé notre réunion cette semaine. Sainte-Lucie a toujours défendu le choix d'une approche globale pour aborder le problème de la gestion de l'écosystème, notamment lorsqu'il s'agit de considérer objectivement l'ensemble des espèces marines qu'il englobe.

Ma délégation est en outre troublée par la façon dont le Comité de rédaction a conduit ses travaux, agissant indépendamment de la Conférence elle-même.

Nous n'adhérerons pas au consensus auquel a donné lieu la Déclaration, mais nous ne nous y opposerons pas non plus. Sainte-Lucie est préoccupée par le mécanisme apparemment imaginé par plusieurs pays pour bloquer les questions qui n'ont pas la faveur des capitales concernées et qu'ils ont tendance à politiser, en dépit des incidences considérables qu'elles peuvent avoir, vu leur lien avec la sécurité alimentaire et le principe d'une utilisation durable des ressources biologiques marines.

J'ai beaucoup insisté ces quatre dernières années sur le moratoire qui a été institué à propos de la chasse aux cétacés et sur le refus de plusieurs membres de la communauté internationale de reconnaître que ces espèces n'ont cessé de se reconstituer et qu'elles causent des dégâts incalculables aux autres espèces marines dont elles se nourrissent et qu'elles les appauvrissent dangereusement.

Les petits États insulaires en développement, comme celui que je représente, auxquels incombe la responsabilité de nourrir leurs populations, doivent toujours se souvenir que nous sommes entourés d'eau et il incombe donc aux gouvernements de ne pas encourager un blocage de l'utilisation des ressources biologiques marines en donnant aux ressources le pas sur les personnes. Il importe de reconnaître que les cétacés consomment quotidiennement d'énormes quantités de poisson et des recherches appropriées doivent être encouragées pour créer un équilibre entre l'homme et la nature.

Lorsque j'ai indiqué que la Déclaration semblait inappropriée, je faisais spécifiquement référence aux dispositions qui ont d'ores et déjà été prises au sein de la Commission baleinière internationale pour convoquer au début de l'année prochaine une réunion à Sainte-Lucie sur la concurrence qui oppose les cétacés et les pêches. Même s'il s'agit là d'une réalité que plusieurs pays refusent de regarder en face, un fait demeure: les captures mondiales de poisson plafonnent selon la FAO aux environs de 100 millions de tonnes, alors que la consommation des cétacés représente jusqu'à cinq fois ce chiffre.

Je ne doute pas que, au moment où elle s'efforce d'adopter une approche de la gestion des ressources marines fondée sur l'écosystème, la FAO tiendra systématiquement compte de ces réalités et encouragera les membres de la respectable institution à coopérer pour tenir pleinement compte de cette nouvelle dimension de la recherche dans l'utilisation durable de l'ensemble des ressources biologiques marines.

COUVERTURE ARRIERE

La Conférence de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin s'est tenue à Reykjavik (Islande) du 1er au 4 octobre 2001. La Conférence a adopté la Déclaration de Reykjavik sur une pêche responsable dans l'écosystème marin, qui figure à l'Annexe I du présent rapport.


[3] Les documents du Colloque scientifique se trouvent sur la page web de la Conférence de Reykjavik.
[4] Document officieux n'ayant pas été soumis à la Conférence pour approbation.

Previous Page Top of Page Next Page