imprimer | retour au site
Veterinarian recording animal health status. ©FAO/Ishara Kodikara

Systèmes de surveillance de santé animale basés sur le risque (RISKSUR)

Le projet RISKSUR Œuvrer pour la prochaine génération d'outils de surveillance dans le domaine de la santé animale

Le projet de recherche RISKSUR vise à développer des outils d'aide à la décision pour la conception de programmes de surveillance dans le secteur de la santé animale, qui soient rentables et basés sur le risque, dans le cadre du septième programme-cadre de l'Union européenne (7e PC). La recherche est effectuée en utilisant les données de surveillance des programmes de prévention et de contrôle des maladies animales mis en œuvre dans les pays européens.


La première décennie du XXIème siècle a été marquée par plusieurs événements dans le domaine de la santé animale qui ont eu un impact mondial, notamment les épidémies de grippe H5N1, H1N1 et H7N9. L'émergence et la propagation de ces zoonoses avaient coïncidé avec l'augmentation de la mondialisation et de l'intensification de la production animale, en réponse à une demande accrue en protéines animales, en particulier dans les économies émergentes. Suite à la crise financière mondiale en 2007-2008, les budgets pour les activités publiques de surveillance ont dû être réduits en raison des politiques d'austérité financière adoptées dans de nombreux pays. Compte tenu de cette situation, l'efficacité de la surveillance doit être améliorée de toute urgence afin que nous soyons en mesure de faire face aux prochains foyers épidémiques, car la vraie question n’est pas de savoir si ces foyers risquent d’apparaître mais de savoir quand ils vont apparaître. Afin d’assurer une meilleure protection de la santé publique il faut relier plus efficacement les données de surveillance de la santé publique et celles de la santé animale en suivant l'approche « Une seule santé ». Etant donné la portée plus large de cette approche, le projet de recherche RISKSUR apportera sa contribution à la mise en œuvre d’une surveillance rentable de la santé animale en utilisant de nouvelles méthodes scientifiques et en intégrant des approches épidémiologiques et des méthodes socio-économiques et qualitatives.


Le projet de trois ans mené par le Royal Veterinary College (RVC) a commencé en novembre 2012, et implique un consortium transdisciplinaire de 12 partenaires provenant de 10 pays différents avec une expertise reconnue internationalement dans l'évaluation économique et les méthodes de surveillance des maladies animales. Le consortium est également spécialiste de la mise en œuvre pratique de programmes de surveillance dans une variété de contextes socio-économiques, avec des perspectives nationales et mondiales. Il maîtrise également le passage  des activités de recherche aux applications pratiques.

 

LE CONSORTIUM RISKSUR

 

  • The Royal Veterinary College (RVC, Royaume-Uni)
  • Accelopment Inc. (la Suisse)
  • Animal Health and Veterinary Laboratories Agency (AHVLA, Royaume-Uni)
  • Arcadia International (Belgique)
  • Centre de Cooperation International en Recherche Agronomique pour le Developpment (CIRAD, France)
  • Food and Agriculture Organisation of the United Nations (FAO, Italie)
  • Friedrich Löffler Institut – Bundesforschungsinstitut für Tiergesundheit (FLI, Allemagne)
  • Gezondheidsdienst voor dieren bv (GD, les Pays-Bas)
  • SAFOSO Inc (la Suisse)
  • Statens Veterinaermedicinska Anstalt (SVA, la Suède)
  • Tracetracker AS (TT, La Norvège)
  • Universidad Complutense de Madrid (UCM, Espagne)

 

La recherche porte sur le développement d'un cadre conceptuel d'évaluation qui examine les objectifs de la surveillance de la santé animale grâce à une approche systémique holistique, en insistant sur les aspects économiques. Les méthodes de surveillance épidémiologique sont classées en trois catégories:

  • 1) la détection des maladies exotiques, nouvelles ou ré-émergentes;
  • 2) la démonstration de l'absence de maladie; et
  • 3) l'estimation de la prévalence et la détection des cas des maladies endémiques.

Les activités de chaque catégorie seront intégrées dans un cadre d'évaluation épidémiologique et éc nomique commun. Ce cadre sera ensuite traduit en un ensemble d'outils pratiques d'aide à la décision dans le domaine de la surveillance destinés aux décideurs politiques.


RISKSUR est organisé en différents axes de travail (Work package = WP) bien définis. Le WP 1 élaborera un cadre conceptuel générique pour concevoir des systèmes de surveillance fondés sur les risques, y compris de nouvelles méthodes scientifiques. Les WP 2 à 4 développeront ces méthodes pour chacune des trois catégories citées ci-dessus. Au cours du WP5, les résultats de ces WP seront évalués pour les systèmes de surveillance à un seul ou plusieurs objectifs, en se penchant plus particulièrement sur leur efficacité. Le transfert des connaissances et de la technologie aux principales parties prenantes de la politique et de l'industrie sera facilité par le développement d’outils d'aide à la mise en œuvre des systèmes dans le cadre du WP 6, ainsi que de la communication et la formation dans le WP 7. La FAO contribue au WP 5 (évaluation de l'efficacité épidémiologique et économique des systèmes de surveillance), WP 6 (outils de prise de décision pour la mise en œuvre de la surveillance fondée sur le risque) et WP 7 (formation, diffusion et communication).


Les résultats de la recherche de RISKSUR intégreront des approches épidémiologiques et des approches économiques et, grâce au développement d'un cadre d'évaluation commun pourront, pour la première fois, pourront être appliqués à un large éventail de maladies animales et d’objectifs de surveillance. En tant qu'organisation internationale et partenaire de RISKSUR, la FAO s'est engagée à adapter certains des outils développés pour les pays européens dans le cadre de RISKSUR au contexte socio-économique des pays en développement et d'offrir une formation spécifique aux services vétérinaires.