p

p

VIH/SIDA: un problème rural

Sur les 36,1 millions de personnes infectées par le VIH/SIDA, une écrasante majorité (95 pour cent) vit dans les pays en développement. Et dans ces pays, le SIDA est en train de devenir une menace plus grave dans les zones rurales que dans les villes. Dans l'absolu, il y a plus de ruraux que d'urbains infectés par le virus. L'épidémie se propage à un rythme alarmant jusque dans les villages les plus reculés, réduisant la production vivrière et menaçant la survie des communautés rurales.

  • L'Afrique ne représente qu'un dixième de la population mondiale mais 9 nouveaux cas sur 10 d'infection par VIH y sont concentrés. 83 pour cent de tous les décès dûs au SIDA sont en Afrique, où la maladie a tué dix fois plus d'êtres humains que la guerre.
  • Dans neuf pays d'Afrique subsaharienne, plus de 10 pour cent de la population adulte est séropositive. Au Botswana, en Namibie, au Swaziland et au Zimbabwe, 20 à 26 pour cent de la population âgée de 15 à 49 ans est porteuse du VIH ou du SIDA (voir carte de l'Afrique).

Cependant, le reste du monde n'est guère épargné. En Inde, environ 4 millions de personnes sont infectées par le virus. L'incidence de la maladie est élevée dans plusieurs pays des Caraïbes, même si l'épidémie en Amérique latine s'est propagée plus lentement que dans d'autres régions, et est concentrée dans les zones urbaines.

Une menace pour l'agriculture et la sécurité alimentaire des ménages
Le SIDA déstabilise les systèmes agricoles et affecte la situation nutritionnelle et la sécurité alimentaire des familles rurales. Lorsque des adultes tombent malades et meurent, leurs familles doivent faire face à une baisse de productivité et perdent des connaissances sur les méthodes d'exploitation indigène, ainsi que des actifs.

  • La FAO a estimé que dans les 25 pays africains les plus touchés, le SIDA a provoqué la mort de 7 millions de travailleurs agricoles depuis 1985. Il pourrait en tuer 16 autres millions au cours des 20 prochaines années.

p

Cliquer ici pour agrandir l'image
En outre, le VIH/SIDA impose une plus lourde charge aux communautés rurales, car de nombreux résidents urbains et travailleurs migrants rentrent dans leur village d'origine lorsqu'ils tombent malades (Pour en savoir plus sur le SIDA et le développement rural, cliquer ici). En même temps, les ménages dépensent davantage pour payer les frais médicaux et les obsèques, et tandis que le nombre de membres de la famille productifs diminue, le nombre de personnes à charge augmente. Ces réalités mettent en péril la sécurité alimentaire des ménages aussi bien à court qu'à long terme.

Un péril pour les femmes et les jeunes filles
Des facteurs biologiques et sociaux rendent les femmes et les filles plus vulnérables au VIH/SIDA que les hommes et les garçons. Des études ont montré que les taux d'infection par VIH chez les jeunes femmes peuvent être 3 à 5 fois supérieurs. Par ailleurs, certains des mécanismes traditionnels visant à assurer l'accès des femmes à la terre en cas de veuvage contribuent à la propagation du SIDA - comme la coutume qui oblige un homme à épouser la veuve de son frère. Des études ont montré qu'une veuve qui perd l'accès aux biens de son époux peut être forcée de se prostituer pour subsister.

Les femmes et les filles ont, en outre, un surcroît de travail car elles sont normalement chargées de cultiver la nourriture et s'occupent des malades et des mourants. Dans maintes communautés durement touchées, on retire les filles de l'école pour aider aux soins du ménage.

L'impact du SIDA sur les communautés agricoles varie d'un village à l'autre et d'un pays à l'autre. Cependant, il est clair que l'épidémie anéantit les progrès des 40 dernières années en matière de développement agricole et rural. Ceci pose d'énormes problèmes aux gouvernements, aux organisations non gouvernementales et à la communauté internationale. La maladie n'est plus un simple problème de santé: c'est devenu un grand problème de développement. (Pour en savoir plus sur le rôle de la FAO, cliquer ici)

 

Interview de Marcela Villarreal, chargée de liaison de la FAO pour le VIH/SIDA (2'34") - en Mp3 (1211Kb), en RealAudio (320Kb)

VIH/SIDA et agriculture: point de vue de la FAO (en anglais)
La FAO et l'impact socio-économique du VIH/SIDA sur l'agriculture (en anglais)
Pour de plus amples renseignements s'adresser a: Marcela Villarreal (marcela.villarreal@fao.org), chargée de liaison de la FAO pour le VIH/SIDA
Archive des dossiers de fond de la FAO



Pour écouter nos enregistrements, vous avez besoin de
pour RealPlayer
pour QuickTime et mp3