L'USAID aide à l'élimination des pesticides en Ethiopie


L'USAID a annoncé un financement d'un million de dollars pour aider à se débarasser des pesticides périmés en Ethiopie. Avec 1 500 tonnes de pesticides obsolètes, périmés et interdits, l'Ethiopie est le deuxième pays le plus contaminé d'Afrique. Le Maroc, avec près de 3 000 tonnes, détient la palme du continent.

 

Ethiopie: 1 500 tonnes de pesticides interdits, décomposés ou périmés ont été abandonnés dans tout le pays


Fuyant de vieux conteneurs métalliques en cours de désagrégation, ces produits toxiques sont absorbés par le sol, s'infiltrent dans la nappe phréatique et s'écoulent dans les fleuves, les lacs et autres masses d'eau, altérant les écosystèmes; ils ont un effet nocif sur les êtres humains et les végétaux même éloignés de la source de contamination.

"Le risque pour l'environnement et les risques pour la santé humaine sont nettement supérieurs au seuil minimum de sécurité, a déclaré l'expert de la FAO, Alemayehu Wodageneh. Les sites et les entrepôts les plus concernés se trouvent dans des zones peuplées, ce qui fait qu'il est impossible d'empêcher l'intoxication et la mort des gens".

Il y a plus de 400 sites gravement contaminés en Ethiopie. Durant la première phase de l'opération de nettoyage, les pesticides seront éliminés de ces sites et stockés en sécurité dans huit sites centraux.

Le Programme collaborateur de la FAO sur l'élimination des pesticides périmés du Service de protection des végétaux, qui coordonne le projet, reconnaît que si on ne met pas fin à la contamination par pesticides obsolètes, le nettoyage des sites pollués est une tâche sans fin qui n'a aucun sens. En conséquence, le projet éthiopien s'attachera, pour une large part, à sensibiliser davantage l'opinion publique sur les dangers des pesticides et à dispenser une formation en matière de gestion et de stockage adéquats de ces produits mortels.

Le projet formera également un grand nombre d'agents techniques et de contrôleurs de divers ministères afin d'empêcher l'accumulation d'autres stocks obsolètes, en leur faisant prendre conscience des dangers du recours excessif aux pesticides à la place d'autres méthodes, comme la lutte intégrée contre les ravageurs.

Même si les fonds de l'USAID servent à faire démarrer l'opération d'élimination des pesticides en Ethiopie, ils ne représentent qu'une partie des fonds nécessaires pour achever le travail. Le coût total de cette initiative - y compris l'acheminement des pesticides dans les pays développés pour être incinérés à haute température dans les usines de destruction des déchets dangereux - est estimé à 4,6 millions de dollars E.-U. Le gouvernement des Pays-Bas, qui finance le Programme collaborateur de la FAO sur l'élimination des pesticides périmés, a promis une contribution de 2 millions de dollars E.U. Il reste donc encore une importante somme à trouver.

La contamination par pesticides n'est jamais un problème local ou national. Les pesticides ne distinguent pas les frontières internationales. Une fois qu'ils ont été relâchés dans la nature, ils sont absorbés dans l'atmosphère et les océans, et se répandent dans le monde entier. Il a été montré que des polluants organiques persistants (POP), dont beaucoup sont des pesticides, ont perturbé les ours polaires de l'Arctique. Si des mesures ne sont pas prises et des efforts faits sans relâche pour traiter les milliers de tonnes de pesticides abandonnés dans les pays en développement, les générations futures courent le risque de devoir vivre sur une planète saturée de produits chimiques toxiques.

 

Pour plus ample information, contacter:
Alemayehu.Wodageneh@fao.org

23 juin 1999

  

Autres liens:


Page d'accueil de la FAO

 Cherchez  

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 1999