Les pesticides périmés menacent les populations d'Ethiopie


Cette case est un dépôt de pesticides contenant 5,5 tonnes de produits dangereux (FAO/A. Proto)

Ce dépôt de pesticides se trouve en plein cœur du village d'Arjo en Ethiopie occidentale. Il est entouré de cases et tous les habitants sont exposés aux pesticides. (FAO/A. Proto)

-

Carte d'Ethiopie indiquant les dépôts de plus de 5 tonnes de pesticides périmés (FAO/A. Proto)

Une odeur nauséabonde se répand d'un dépôt de pesticides
qui se trouve en plein cœur du village d'Arjo, à l'ouest de l'Ethiopie. Les pesticides ont été portés ici il y a de nombreuses années pour lutter contre les acridiens et autres ennemis des cultures, mais n'ont jamais été utilisés.

Dans un bâtiment à un étage et dans une veille grange délabrée, quelque 5,5 tonnes de vieux pesticides (y compris DDT, malathion, méthylpirimiphos et phenitrothion) sont emmagasinés dans des bidons, des caisses et des sacs. Par endroits, les murs sont fissurés et les déchets toxiques s'infiltrent dans le sol. Un simple cadenas interdit l'accès aux dépôts et il n'existe aucune mesure de sécurité particulière.

Les cases des familles, à seulement quelques mètres de distance, entourent les deux dépôts. Les femmes préparent la nourriture, les enfants jouent, les chèvres et les moutons paissent autour des bâtiments. "Ces pesticides ont été livrés à Arjo par le Ministère de l'agriculture voici 20 ans", explique Gamada Binagde, chef du Service local de protection des cultures. "Nous avons identifié onze types de pesticides, mais il y en a d'autres dont nous n'avons aucune idée. Conserver ces pesticides au centre du village est dangereux et les habitants souhaitent les voir disparaître au plus vite."

Les villageois se plaignent de maux divers, du mal de tête aux nausées et à la toux. "Avant l'arrivée de ces produits chimiques, nous n'avions jamais eu autant de problèmes de santé", affirme une vieille femme de 90 ans qui habite juste derrière le dépôt.

L'Ethiopie détient un des stocks les plus importants de pesticides périmés de toute l'Afrique, dit la FAO, qui estime que près de 3 000 tonnes de résidus de pesticides dangereux sont stockés dans près de 1 000 sites dans l'ensemble du pays, menaçant la santé de milliers de personnes et polluant l'environnement. Une grande partie des stocks a plus de 20 ans.

Les pesticides périmés désignent des produits obsolètes, interdits ou non identifiables. Ils se sont probablement décomposés en autres substances chimiques, qui peuvent s'avérer plus toxiques que le produit original. La plupart des pesticides ont une durée de vie de 2 ans, ce qui veut dire qu'ils ne peuvent être utilisés sans que leur stabilité ait été testée et vérifiée.

"La bombe à retardement que constituent les stocks de pesticides périmés dans les pays en développement ne fait qu'aggraver les difficultés des populations pauvres en entraînant de graves risques pour leur santé," met en garde l'expert de la FAO, Alemayehu Wodageneh. "Ils menacent la sécurité alimentaire en polluant les nappes phréatiques et les sols, qui sont les ressources primordiales pour la production vivrière."

Un des dépôts les plus dangereux en Ethiopie se trouve au cœur de la capitale, Addis Abeba, à 500 mètres des 40 silos de l'Office national de céréales. Quelque 30 tonnes de produits hautement toxiques ont été déversées ici au cours des trente dernières années. Les résidus toxiques s'échappent des vieux fûts métalliques. Des travailleurs sans combinaison de protection montent la garde au site de stockage barricadé.

"Les sites d'Addis Abeba et du village d'Arjo présentent toutes les caractéristiques communes aux stocks de résidus de pesticides de tout le pays: installations de stockage précaires, très mauvaise gestion des stocks, grandes quantités de pesticides ne pouvant être identifiées, barils qui fuient et qui polluent la nappe phréatique et les sols", déclare Kevin Helps, responsable du projet de la FAO en Ethiopie.

Le Gouvernement éthiopien, avec le concours de la FAO, a récemment lancé une opération de nettoyage des résidus toxiques en Ethiopie, dans le cadre du plus grand projet jamais entrepris en Afrique subsaharienne. Jusqu'à présent, pour l'élimination de 1 500 tonnes (soit la moitié des pesticides totaux), les Pays-Bas ont offert 2,5 millions de dollars E.-U., les Etats-Unis un million de dollars et la Suède s'est engagée à hauteur de 1,25 million de dollars.

Les produits chimiques, sans compter plus de 1 000 tonnes de sol pollué et d'énormes quantités de conteneurs vides et de pulvérisateurs contaminés, seront ramassés et expédiés par bateau en Finlande, où ils seront incinérés à haute température. L'Ethiopie - comme d'autres pays africains - ne dispose pas d'installations d'incinération sans risques.

L'accumulation de pesticides dans des pays en développement comme l'Ethiopie est due en partie aux dons excessifs faits avec les meilleures intentions, explique le rapport de la FAO. Souvent, les insecticides étaient commandés à l'avance, en prévision d'infestations d'acridiens et de chenilles légionnaires, mais ne servaient pas toujours. En Ethiopie, où le recours aux pesticides est généralement faible, beaucoup des produits chimiques périmés se sont accumulés à l'époque de l'économie planifiée.

"Le gouvernement envisage de renforcer les contrôles sur les importations de pesticides, pour s'assurer qu'ils sont utilisés uniquement là où ils sont véritablement nécessaires", déclare le Vice-ministre éthiopien de l'agriculture, Belay Ejigu.

Le Projet des pesticides périmés de la FAO en Ethiopie aidera à instaurer un cadre national de protection intégrée contre les ravageurs. Grâce à cette initiative qui encourage l'application de méthodes de lutte contre les ravageurs acceptables pour l'environnement et un recours aussi limité que possible aux pesticides, les agriculteurs peuvent éviter d'accumuler des pesticides non utilisés.

Kevin Helps, responsable du projet de la FAO pour les pesticides périmés en Ethiopie, inspecte un dépôt de pesticides à Addis Abeba (QuickTime video, 1.3 mb, 51 sec.)

9 mai 2001

 

 Pour plus ample information

 


 
Pour télédécharger nos dossiers, vous avez besoin de
pour RealPlayer
pour QuickTime et mp3

Page d'accueil de la FAO

Cherchez  

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001