FAO :: Salle de presse :: Projets sur le terr… :: :: Une affaire de gagn…
Une affaire de gagnant
Les foires aux intrants dopent les récoltes au Swaziland
Rome/Mbabane – Face à la flambée des prix des denrées alimentaires, la FAO participe, dans les pays les plus éprouvés, à la mise en œuvre de mesures d’urgence visant à l’accroissement de la production alimentaire. A titre d’exemple, au Swaziland, des foires commerciales d’intrants permettent aux agriculteurs pauvres d’obtenir de meilleures récoltes.

Les vastes champs cultivés qui s’étendent dans les plaines centrales du Swaziland laissent à penser que l’agriculture, dans ce petit royaume d’Afrique australe, est prospère et qu’elle procure non seulement assez de nourriture à la population mais permet aussi d’exporter en abondance certaines cultures comme le maïs ou la canne à sucre.

Mais plus à l’ouest, dans le Lowveld aride, de telles divagations s’effacent vite devant l’amère réalité, à savoir des étendues stériles résultant des conditions climatiques adverses et des conséquences de l’épidémie du VIH/sida. A cette situation s’ajoute la flambée des prix des produits alimentaires, des semences et des engrais, qui rend le défi encore plus difficile à relever pour les petits agriculteurs.

“Je crains que cela soit l’effet du changement climatique mondial,” affirme Ben Nsibandze, président de l’Autorité de gestion des catastrophes naturelles du Swaziland (National Disaster Management Authority, NDMA), montrant le panorama de désolation. “A présent, on ne sait jamais quand il se mettra à pleuvoir ou si ce sera la sécheresse”.

Une année catastrophique

L’an dernier, lors de la pire sécheresse en 15 ans et alors que le Swaziland enregistrait la plus basse récolte jamais connue, M. Nsibandze avait joué un rôle de taille en mobilisant une aide consistante en nature (nourriture, eau, services sanitaires et hygiéniques) pour 400 000 personnes.

La sécheresse avait également assombri le futur immédiat de milliers de petits agriculteurs. Leurs récoltes perdues, ils risquaient de commencer la nouvelle saison totalement démunis, sans réserves de semences et sans argent pour acheter d’autres intrants, notamment des engrais et des outils agricoles.

Aussi, la FAO a-t-elle aidé le gouvernement à organiser des foires commerciales pour fournir aux agriculteurs les intrants dont ils avaient un besoin urgent.

Depuis la fin des années 90, les foires commerciales d’intrants sont, pour la FAO, le moyen privilégié de stimuler la production agricole locale. Les agriculteurs y reçoivent des bons qui leur permettent d’acheter semences, engrais, outils et autres intrants disponibles. Les foires offrent, en fait, aux producteurs locaux un marché de semences de qualité et encouragent ainsi le commerce de détail agricole.

Cette initiative est financée par les Nations Unies à hauteur de 1,5 million de dollars, prélevés sur les ressources du Fonds central de réponse aux urgences (CERF), et par le Département de l’aide humanitaire de la Commission européenne (ECHO) pour un montant égal de 1,5 million de dollars.

En temps opportun

“En rendant autosuffisants les petits agriculteurs, nous leur permettons de se prémunir contre les effets des catastrophes, notamment les sécheresses”, indique Jacqueline Chinoera, chargée de programme ECHO. “Notre but est d’assurer à chaque agriculteur la possibilité de cultiver pour sa propre subsistance.”

Avec le soutien d’ECHO, la FAO a organisé 25 foires commerciales dans le centre et l’est du Swaziland entre octobre et novembre 2007, juste avant les semis. Sélectionnées par le gouvernement, quelque 20 000 familles éprouvées ont reçu des bons délivrés par la FAO pour acheter des semences, des engrais, des outils et d’autres intrants de leur choix.

Selon John Weatherson, coordonnateur des activités d’urgence de la FAO au Swaziland, cela a très bien fonctionné. “Les intrants étaient là au moment opportun et comme cela ne représentait aucun coût pour les agriculteurs, ces derniers étaient réellement soulagés.” Les agriculteurs ayant participé à cette initiative auraient récolté quelque 10 000 tonnes de maïs.

Bombe atomique

“C’est une affaire de gagnant. Si vous suivez, vous gagnez aussi”, affirme M. Weatherson pour qui la route à suivre est toute tracée. Il faut organiser davantage de foires commerciales aux intrants, dit-il, cette fois dans le cadre de l’Initiative contre la flambée des prix lancée par la FAO en décembre 2007.

Cette initiative aide les petits agriculteurs à accroître leur production agricole dans les pays importateurs de produits alimentaires et vulnérables aux hausses des prix. Ceux-ci ayant atteint des sommets historiques, il est à craindre que les agriculteurs pauvres du Swaziland ne se retrouvent démunis comme l’an dernier et incapables d’acheter le minimum d’intrants pour travailler leurs terres.

“Beaucoup de facteurs sont réunis, capables de provoquer l’effet d’une bombe atomique”, met en garde M. Weatherson à propos de la crise alimentaire complexe qui secoue le monde entier. “Prenons les choses en main et vite, à commencer par ce pays.”

Juillet 2008

Suite du dossier…

Une affaire de gagnant

La photo de Mkhulu

Contact:

Maarten Roest
Relations presse, FAO
maarten.roest@fao.org
(+ 39) 06 570 56524
(+ 39) 346 501 0574

FAO/Nhlanhla Dlamini

Doper la production agricole au Swaziland

La récolte au Swaziland

Selon une mission d’évaluation FAO/PAM des récoltes (CFSAM), effectuée au Swaziland du 5 au 16 mai 2008 la récolte de maïs 2008 atteindrait environ 64 000 tonnes. Elle représente plus du double de la mauvaise récolte précédente (due à la sécheresse) mais elle reste inférieure aux récoltes successives des quatre années précédentes. Après un bon début, la récolte 2007-2008 a souffert du manque de pluies, de longues périodes sèches et de températures anormalement élevées en janvier, février et mars. La mission FAO/PAM recommande la livraison d’intrants agricoles pour la prochaine campagne et préconise la diversification des cultures, notamment des cultures tolérantes à la sécheresse comme manioc, sorgho ou pois cajan.

Audio

Martin Roest, chargé d'information à la FAO. Propos recueillis par Maha Fayek, Radio des Nations Unies (44") (unk)

Vídeo

Les foires aux intrants dopent les récoltes au Swaziland (unk)

FAO/Nhlanhla Dlamini

Offrir aux paysans les semences de leur choix

envoyer cette page
Une affaire de gagnant
Les foires aux intrants dopent les récoltes au Swaziland
Face à la flambée des prix des denrées alimentaires, la FAO participe, dans les pays les plus éprouvés, à la mise en œuvre de mesures d’urgence visant à l’accroissement de la production alimentaire. A titre d’exemple, au Swaziland, des foires commerciales d’intrants permettent aux agriculteurs pauvres d’obtenir de meilleures récoltes.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS