FAO :: Salle de presse :: Dossiers de fond :: 2006 :: Forêts et changemen…
Forêts et changement climatique
L’aménagement des forêts joue un rôle clé
Le changement climatique et les forêts sont indissolublement liés. D’une part, les forêts subissent déjà les conséquences de la modification du climat de la planète par un accroissement des températures annuelles moyennes, une altération des régimes de précipitations et des phénomènes météorologiques extrêmes plus fréquents.

D’autre part, les forêts et le bois qu’elles produisent piègent et stockent le dioxyde de carbone, jouant un rôle essentiel dans l’atténuation du changement climatique. Revers de la médaille: lorsqu’elles sont détruites ou surexploitées et incendiées, les forêts peuvent devenir des sources de gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone.

Selon la FAO, il faut prendre dès maintenant des mesures pour gérer ces liens complexes dans une optique holistique.

“Nous devons assurément arrêter la déforestation et accroître la superficie des terres émergées boisées”, affirme Wulf Killmann, qui préside le groupe de travail interdépartemental de la FAO sur le changement climatique. "Mais il nous faut aussi remplacer les combustibles fossiles par des biocarburants – comme les combustibles ligneux de forêts gérées rationnellement – afin de réduire les émissions de carbone. Nous devrions aussi utiliser plus de bois dans des produits durables pour éliminer le carbone de l’atmosphère pendant des périodes plus longues".

Comment piéger mille milliards de tonnes de carbone

Lorsque les combustibles fossiles brûlent, ils émettent du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, contribuant ainsi au réchauffement de la planète et au changement climatique.

Les arbres et les forêts aident à atténuer ces changements en prélevant le dioxyde de carbone de l’atmosphère et en le convertissant durant la photosynthèse en carbone qu’ils emmagasinent ensuite sous la forme de bois et de végétation, un processus connu sous le terme de "piégeage du carbone".

Les arbres sont généralement constitués d’environ 20 pour cent de carbone et la biomasse totale des forêts fait fonction également de "puits de carbone". Par exemple, la matière organique présente dans les sols des forêts, tel l’humus produit par la décomposition des matières végétales, sert aussi de réservoir à carbone.

En conséquence, les forêts emmagasinent d’énormes quantités de carbone: au total, les forêts et les sols forestiers mondiaux stockent plus de mille milliards de tonnes de carbone – deux fois plus que le volume présent dans l’atmosphère – d’après les études de la FAO.

La destruction des forêts, en revanche, injecte près de six milliards de tonnes de dioxyde de carbone dans l’atmosphère chaque année. Empêcher ces stocks de carbone d’être relâchés est important pour le bilan du carbone et vital pour la conservation de l’environnement, déclare l’Organisation des Nations Unies.

Mieux utiliser les forêts

Les forêts pourraient être mieux utilisées dans la lutte contre le changement climatique non seulement en empêchant l’abattage mais aussi par des programmes de boisement (nouvelles plantations) et de reboisement (replantation des zones déboisées).

En particulier sous les tropiques, où la végétation pousse vite et absorbe donc le carbone plus rapidement, la plantation d’arbres prélève de grandes quantités de carbone en un laps de temps relativement bref; les forêts peuvent stocker jusqu’à 15 tonnes de carbone par hectare et par an dans leur biomasse et leur bois.

La FAO et d’autres experts ont estimé que la rétention mondiale de carbone dérivant d’une baisse de la déforestation, de l’accroissement du recrû forestier et de l’expansion de l’agroforesterie et des plantations pourrait compenser environ 15 pour cent des émissions de carbone des combustibles fossiles au cours des 50 prochaines années.

Le bois récolté constitue également un puits de carbon; le bois utilisé dans l’industrie du bâtiment ou en ameublement stocke le carbone efficacement des siècles durant. La fabrication des matériaux de construction énergivores utilisés à la place du bois – tels que plastique, aluminium et ciment – requièrent des quantités considérables de combustibles fossiles. Les remplacer par du bois porterait d’autres avantages en termes de réduction des émissions de carbone.

De même, l’utilisation des combustibles ligneux à la place du pétrole, du charbon et du gaz naturel peut véritablement atténuer le changement climatique. Le bois et la biomasse qui brûlent relâchent effectivement du dioxyde de carbone dans l’atmosphère, mais si ces combustibles viennent d’une forêt gérée dans une optique durable, les émissions de carbone peuvent être compensées par de nouvelles plantations d’arbres. D’ailleurs, si elles sont bien gérées, les forêts peuvent fournir une énergie biologique quasiment sans apport de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

27 mars 2006
Pour en savoir plus sur la manière dont le changement climatique nuit aux forêts et le point de vue de la FAO sur les mesures à prendre, lire les articles ci-contre.
Dossier de fond: Forêts et changement climatique

Suite du dossier…

Forêts et changement climatique

La hausse des températures modifiera la répartition des forêts

Les forêts, victimes des phénomènes climatiques extrêmes et de l’intensification des feux

Contact:

Bureau relations médias
FAO-Newsroom@fao.org
(+39) 06 570 53625

Crédit: United States Fish and Wildlife Service

En stockant le dioxyde de carbone, les forêts contribuent à atténuer les effets du réchauffement de la planète et du changement climatique

envoyer cette page
Forêts et changement climatique
L’aménagement des forêts joue un rôle clé
Changement climatique et forêts sont indissolublement liés, et il faut prendre dès maintenant des mesures pour gérer ces liens complexes dans une optique holistique, selon la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS