FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: La FAO souligne l'i…
La FAO souligne l'importance des forêts dans la lutte contre la pauvreté et la protection de l'environnement
Les forêts devraient être pleinement intégrées aux autres secteurs
16 février 2004, Rome/Accra (Ghana) -- «La foresterie a besoin d'être pleinement intégrée aux autres secteurs dans les politiques du développement, en particulier l'agriculture», selon M. Hosny El-Lakany, Sous-Directeur général de la FAO, responsable du Département des forêts.

Commentant la 14ème session de la Commission des forêts et de la faune sauvage en Afrique de la FAO qui se tiendra à Accra, au Ghana, du 18 au 21 février 2004, M. El-Lakany souligne la nécessité de «mettre un terme à l'isolement de la foresterie au sein des principales initiatives de développement».

Bien que l'importance du rôle des forêts dans la lutte contre la pauvreté et la protection de l'environnement soit de plus en plus reconnue, la déforestation et la dégradation des forêts se poursuivent dans des proportions alarmantes, affirme M. El-Lakany.

«En Afrique, 60 pour cent de la déforestation qui a eu lieu entre 1990 et 2000 était le résultat direct de la transformation des forêts en petites parcelles agricoles» indique M. El-Lakany.

15 pour cent des forêts du monde

L'Afrique possède 15 pour cent des forêts du monde et près de 5 pour cent des plantations forestières mondiales, réparties sur 520 millions d'hectares ou environ 18 pour cent des terres.

Dans le domaine des forêts comme dans d'autres domaines, l'Afrique est le continent de la diversité. Certains pays africains possèdent une grande partie des richesses forestières mondiales. D'autres sont pauvres en espèces précieuses ou bien encore sont totalement démunis de couvert forestier.

La réunion d'Accra insistera sur le rôle des forêts et de l'eau dans la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté, sur la coopération régionale et sous-régionale ainsi que sur la place des forêts dans la mise en œuvre du Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD).

Les participants vont aussi étudier les points marquants de l'Etude Prospective du Secteur Forestier en Afrique récemment rédigée par la FAO et qui fait un état des lieux de la situation actuelle dans ce secteur et des prévisions à 2020, fournissant des bases essentielles à l'inclusion de la foresterie dans les initiatives de développement.

Les experts en foresterie et en faune sauvage ainsi que les ministres discuteront des orientations et des moyens de développer la coopération en vue de parvenir à une gestion durable des forêts au double plan national et régional.

Evénements parallèles

Des réunions parallèles informeront les décideurs politiques et les experts techniques venus de toute des derniers développements en matière de foresterie et de faune sauvage.

Seront présentées les contributions actuelles et futures de la FAO aux forêts du Bassin du Congo, la situation de la recherche et de l'éducation forestière en Afrique, les questions du commerce dans le secteur forestier, et la récente publication d'un code régional de récolte pour les forêts tropicales denses de l'Afrique centrale.

Les délégués auront aussi l'opportunité d'échanger les expériences réalisées dans leurs pays en matière de gestion durable des forêts.

En préalable à la réunion d'Accra, experts et organisations concernées par la gestion et la conservation de la faune sauvage se rassembleront pour la 15ème session de la Séance de Travail sur la Gestion de la Faune sauvage et la Protection des Zones Protégées.

Au même moment, la FAO tiendra un atelier sur le renforcement de la collaboration régionale dans le but de parvenir à une gestion forestière durable et proposera des axes d'actions au groupe intergouvernemental sur les forêts et le Forum intergouvernemental sur les forêts - un pas important dans la mise en oeuvre dans les pays africains des résultats des discussions internationales.

L'atelier portera particulièrement sur le commerce des produits forestiers et sur la réhabilitation des zones forestières dégradées.

La Commission des forêts et de la faune sauvage en Afrique de la FAO est l'une des six commissions régionales à travers le monde qui offrent des discussions de haut niveau dans la préconisation de solutions quant à la question des forêts en associant des partenaires clés tant internes qu'externes aux gouvernements.

Contact:
Bureau des relations médias de la FAO
Media-office@fao.org
(+ 33) 06 57 05 36 25

Contact:

Bureau des relations médias, FAO
media-office@fao.org
(+39) 06 5705 3625

P. Antonios

Tout en protégeant l'environnement, les forêts de cèdres au Liban apportent une contribution significative à l'économie de ce pays

envoyer cette page
La FAO souligne l'importance des forêts dans la lutte contre la pauvreté et la protection de l'environnement
Les forêts devraient être pleinement intégrées aux autres secteurs
16 février 2004 -- Commentant la 14ème session de la Commission des Forêts et de la Faune sauvage en Afrique de la FAO (Accra, Ghana, 18 - 21 février 2004), M. Hosni El-Lakany, Sous-Directeur général de la FAO, responsable du Département des forêts, souligne la nécessité de «mettre un terme à l'isolement de la foresterie au sein des initiatives de développement».
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS