FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Mots d'ordre au Cod…
Mots d'ordre au Codex : diligence et participation accrue des pays en développement
Approbation d'une vingtaine de normes sur la qualité et la salubrité des aliments
28 juin 2004, Genève -- La 27e session de la Commission du Codex Alimentarius se tient du 28 juin au 3 juillet 2004, au Centre international de conférences, pour mettre en application les dernières recommandations de la FAO et de l'OMS en matière de qualité et de salubrité des aliments.

La Commission du Codex Alimentarius a été créée au début des années 1960 par la FAO et l'OMS afin d'élaborer des normes alimentaires, des lignes directrices et d'autres textes, tels que des Codes d'usages, dans le cadre du Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires.

La Commission, qui se réunit habituellement tous les deux ans, a décidé de se réunir désormais tous les ans afin d'accélérer ainsi le rythme de ses travaux et de mieux répondre aux demandes croissantes des Etats membres.

En 2003, l'Assemblée Mondiale de la Santé a invité le Codex à faire preuve de plus d'efficience en matière de gestion des risques de santé.

La sécurité sanitaire des aliments étant inséparable de son contexte - la chaîne alimentaire qui commence à la ferme et finit dans l'assiette du consommateur - la FAO et l'OMS ont invité la Commission du Codex à trouver des moyens supplémentaires pour contrer les risques tout au long de cette chaîne.

L'alimentation animale

A cet égard, la Commission du Codex devrait approuver un Code de bonne conduite sur l'alimentation animale qui établirait un système de sécurité sanitaire pour les animaux destinés à l'alimentation.

Couvrant l'ensemble de la chaîne alimentaire, ce Code prendrait en compte les différents problèmes environnementaux et de santé animale afin de minimiser les risques sur la santé du consommateur.

La Commission du Codex devrait également approuver le démarrage des travaux de révision de la norme - vieille de 23 ans - sur le Code d'usages international recommandé pour les aliments pour nourrissons et enfants.

La révision devrait inclure des questions relatives à la contamination par Enterobacter sakazakii d'aliments pour nourrissons.

La Commission pourrait, par ailleurs, remettre sur pied le Groupe de travail intergouvernemental ad hoc sur les aliments dérivés des biotechnologies, au regard à la fois des changements technologiques rapides et de l'intérêt croissant des consommateurs en ce qui concerne le risque OGM.

Participation des pays en développement

La participation de tous les pays aux travaux du Codex, y compris les pays en développement, est essentielle dès lors qu'il s'agit d'établir des normes de sécurité et de salubrité des aliments.

Depuis mars 2004, le Fonds fiduciaire FAO/OMS pour le renforcement de la participation des pays au Codex a permis à neuf pays de participer aux réunions du comité technique et à plus de 30 pays de participer à la session actuelle de la Commission.

"L'amélioration du processus de prise de décision au sein du Codex ne consiste pas seulement à se rendre à des réunions. La participation doit être effective. En d'autres termes, il convient de renforcer les compétences afin que les pays soient en mesure d'élaborer et de gérer des systèmes de contrôle des aliments", a déclaré M. Hartwig de Haen, Sous-Directeur général de la FAO, Département économique et social.

Les programmes d'assistance technique de la FAO et de l'OMS appuient les efforts déployés par les pays en développement pour renforcer leurs systèmes nationaux de sécurité des aliments afin de protéger les consommateurs tout en participant sur un pied d'égalité au commerce mondial.

Les 170 pays membres du Codex Alimentarius sont également membres de la FAO et/ou de l'OMS. En outre, la Communauté européenne est une organisation membre du Codex.

L'établissement de normes est confié à plus de 20 comités et groupes de travail. La Commission du Codex, elle, adopte les normes proposées par les comités et groupes tout en fixant son propre programme de travail.

M. Kazuaki Miyagishima, qui participe pour la première fois à une session du Codex en qualité de Secrétaire de la Commission, a déclaré: "Nous oeuvrons afin que le Codex, en tant qu'institution, continue à améliorer les moyens dont il dispose en vue d'atteindre son double objectif.

"Il s'agit de protéger la santé du consommateur tout en assurant un commerce équitable grâce à des normes, des directives et des recommandations scientifiquement fondées en matière de qualité et de salubrité des aliments."

La 27e session de la Commission du Codex Alimentarius est ouverte aux journalistes.

Contacts:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
Pierre.Antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473

Liliane Kambirigi
Chargée d'information radio, FAO
Liliane.Kambirigi@fao.org
(+39) 06 570 53223

Gregory Hartl
Conseiller en communication, OMS
Hartlg@who.int
(+41) 22 791 4458
(+41) 79 203 6715 (portable)
(+41) 22 791 4725 (fax)

Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
Pierre.Antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473

Liliane Kambirigi
Chargée d'information radio, FAO
Liliane.Kambirigi@fao.org
(+39) 06 570 53223

Gregory Hartl
Conseiller en communication, OMS
Hartlg@who.int
(+41) 22 791 4458
(+41) 79 203 6715 (mobile)

envoyer cette page
Mots d'ordre au Codex : diligence et participation accrue des pays en développement
Approbation d'une vingtaine de normes sur la qualité et la salubrité des aliments
28 juin 2004 - La 27e session de la Commission du Codex Alimentarius se tient du 28 juin au 3 juillet 2004, au Centre international de conférences, à Genève, pour mettre en application les dernières recommandations de la FAO et de l'OMS en matière de qualité et de salubrité des aliments.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS