FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Le Comité de la séc…
Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale adopte des directives sur le droit à l'alimentation
Percée dans les négociations
24 septembre 2004, Rome-- Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale de la FAO a adopté hier des directives volontaires "à l'appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le cadre de la sécurité alimentaire nationale".

Considérée par de nombreux observateurs comme une percée, l'adoption de ces directives intervient après deux années de négociations constructives.

Selon la FAO, ces directives constituent des points de repère lorsque les Etats veulent s'acquitter de leurs obligations relatives au droit à une alimentation suffisante.

En outre, les chances d'atteindre l'objectif du Sommet mondial de l'alimentation de 1996 - réduire de moitié le nombre de sous-alimentés d'ici à 2015 - s'en trouvent améliorées.

Plusieurs principes

Les directives volontaires tiennent compte de plusieurs principes et considérations, notamment l'égalité, la non discrimination, la participation, la non exclusion, le respect des obligations, la primauté du droit, ainsi que le principe selon lequel tous les droits de l'homme sont universels, indivisibles, interdépendants et étroitement liés.

Selon la FAO, de nombreuses organisations non gouvernementales et intergouvernementales ont apporté des contributions significatives lors de l'élaboration de ces directives.

A cet égard, citons le Bureau du Haut-Commissaire aux droits de l'homme, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à l'alimentation, le Comité des droits économiques, sociaux et culturels, ainsi que l'Alliance Nord-Sud qui regroupe un grand nombre d'ONG.

Les droits de l'homme

Les directives volontaires, indique la FAO, sont "un instrument pratique fondé sur les droits de l'homme, destiné à tous les Etats". Elles incluent toute une série d'actions à prendre au niveau national afin d'assurer un environnement permettant aux populations de "se nourrir dans la dignité", tout en faisant bénéficier de filets de protection "ceux qui ne peuvent pas assurer leur propre subsistance".

"L'adoption de ces directives volontaires est une percée importante. C'est la première fois qu'un organisme intergouvernemental nous renseigne sur la véritable signification du droit à l'alimentation", selon M. Giuliano Pucci, Conseiller juridique de la FAO.

Les organismes de la FAO n'avaient jamais auparavant discuté en détail de la question des droits de l'homme. Les négociations ont permis de surmonter plusieurs obstacles.

Le président du groupe de travail intergouvernemental, M. Saeed Noori Naeini, indique: "Ces directives permettent aux pauvres et aux affamés de faire valoir leurs droits. Nous disposons à présent d'un instrument supplémentaire pour mieux subvenir aux besoins des personnes qui souffrent de la faim et de la sous-alimentation."

De son côté, M. Hartwig de Haen, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département économique et social, souligne que le défi consiste maintenant à mieux faire connaître et appliquer ces directives. "Il est temps de passer à l'action", lance-t-il.

Rappel de la Déclaration du Sommet

Dans la Déclaration du Sommet mondial de l'alimentation : cinq ans après (juin 2002), les chefs d'etat et de gouvernement avaient réaffirmé "le droit de chaque être humain d'avoir accès à une nourriture saine et nutritive, conformément au droit à une nourriture adéquate et au droit fondamental de chacun d'être à l'abri de la faim".

La Déclaration invitait le Conseil de la FAO d'établir un groupe de travail intergouvernemental chargé "d'élaborer des directives volontaires à l'appui des efforts déployés par les Etats Membres pour assurer la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate, dans le cadre de la sécurité alimentaire nationale".

Cet objectif a donc été atteint et le Comité de la sécurité alimentaire mondiale a adopté les directives qui seront soumises en novembre prochain au Conseil de la FAO. Celle-ci a assuré le Secrétariat du groupe intergouvernemental qui a adopté les directives.


Selon la FAO, la sécurité alimentaire est concrétisée lorsque tous les êtres humains ont, à tout moment, un accès physique et économique à une nourriture suffisante, saine et nutritive leur permettant de satisfaire leurs besoins énergétiques et leurs préférences alimentaires pour mener une vie saine et active.

Toujours selon la FAO, la sécurité alimentaire repose sur quatre piliers: la disponibilité, la stabilité de l'approvisionnement, l'accès et l'utilisation.

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
(+39) 06 570 53259
John.Riddle@fao.org

Liliane Kambirigi
Chargée d'information, FAO
(+39)06 570 53223
Liliane.Kambirigi@fao.org

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
John.Riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Liliane Kambirigi
Chargé d'information, FAO
Liliane.Kambirigi@fao.org
(+39) 06 570 3223

FAO/20945/L. Dematteis

Le droit à se nourrir triomphe, enfin, après deux années de négociations

envoyer cette page
Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale adopte des directives sur le droit à l'alimentation
Percée dans les négociations
24 septembre 2004 -- Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale de la FAO a adopté hier des directives volontaires "à l'appui de la concrétisation progressive du droit à une alimentation adéquate dans le cadre de la sécurité alimentaire nationale".
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS