FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Education pour les …
Education pour les populations rurales: les ONG en première ligne
Le fossé s'élargit entre analphabétisme urbain et rural
17 novembre 2004, Rome - Pour répondre aux besoins en matière d'éducation des ruraux pauvres, qui représentent la frange la plus négligée de la population mondiale, des représentants de plus de 100 organisations non gouvernementales et de la société civile du nord comme du sud, des responsables de la Coopération italienne et des experts de la FAO et de l'UNESCO ont décidé de renforcer leur collaboration dans le cadre d'un nouveau projet de partenariat.

Ce projet vise à susciter une prise de conscience plus vive au niveau européen de l'importance de l'éducation pour les populations rurales des pays pauvres.

Au niveau mondial, plus de 70 pour cent des pauvres vivent en milieu rural. Il convient de les cibler en priorité afin de les sortir du cercle vicieux de la pauvreté et de l'impossibilité d'avoir accès à des services, des prestations ou à des possibilités qui pourraient les tirer de la misère.

Le projet de partenariat a été examiné au cours d'un atelier de trois jours qui s'est achevé aujourd'hui au siège de la FAO, à Rome. Il est financé par la Commission européenne, des ONG européennes, la FAO et l'UNESCO.

"L'éducation est un droit fondamental de l'être humain et une condition essentielle pour atteindre les Objectifs du Millénaire, notamment les deux premiers qui visent à l'éradication de la pauvreté extrême et de la faim et à la divulgation universelle de l'éducation", a souligné M. John Monyo, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département du développement durable.

"Le fossé s'élargit entre l'analphabétisme urbain et rural. Dans beaucoup de pays, le taux d'analphabétisme est deux ou trois fois plus important dans les campagnes que dans les villes", a-t-il affirmé, ajoutant qu'au niveau mondial, la grande majorité des 2,8 milliards de personnes qui survivent avec moins de deux dollars par jour vivent en milieu rural.

Du sable à la place des cahiers

A Wikihi, un village dans la région rurale du lac Niassa, au Mozambique, les écoliers et les instituteurs n'ont ni livres ni cahiers. Les enfants reproduisent sur le sable les lettres et chiffres que l'enseignant gribouille non sans peine, à l'aide de petits bouts de manioc séché, sur un vieux tableau décati et bosselé.

"A Wikihi, tout comme dans beaucoup d'autres villages en Afrique, en Asie et en Amérique latine, il convient de répondre de toute urgence aux besoins élémentaires des populations rurales en matière d'éducation. Des systèmes éducationnels efficaces, bien structurés et généralisés doivent absolument être mis en place", a déclaré M. Monyo.

Au cours de la dernière décennie, l'aide internationale a souligné la nécessité de cibler les pauvres, mais elle a négligé les régions rurales, autrement dit la majorité des populations démunies.

Dans beaucoup de pays en développement, les zones rurales n'ont pas connu de croissance économique alors que les ressources agricoles et l'environnement naturel sont de plus en plus menacés par la pression démographique, selon la FAO.

Ce phénomène est particulièrement vrai en ce qui concerne l'éducation. Dans les régions rurales, l'accès des enfants à l'éducation reste très faible comparé à la situation en zones urbaines. En outre, les taux d'analphabétisme chez les adultes y sont beaucoup plus élevés et la qualité de l'enseignement est bien plus médiocre.

L'analphabétisme en augmentation

"L'analphabétisme, qui est en augmentation dans le monde en développement, signifie également que de plus en plus d'agriculteurs seront incapables de lire le mode d'emploi sur les sacs d'engrais ou le message d'avertissement sur les fûts de pesticides. Sans une éducation de base, les populations rurales ne peuvent ni adopter de nouvelles technologies ni améliorer leurs moyens d'existence", a souligné l'experte de la FAO Lavinia Gasperini.

Elle a fait observer que le problème de la pauvreté est d'abord un problème de pauvreté rurale et de sécurité alimentaire. "Cela a incité la FAO à relever le défi: celui de se poser en chef de file du projet de partenariat pour l'éducation des populations rurales et leur sécurité alimentaire."

Plus de 30 ONG européennes doivent contribuer au projet en partageant avec la FAO et l'UNESCO leurs expériences, leurs connaissances, leurs méthodologies et leurs compétences en matière d'éducation en faveur des populations rurales.

"Une campagne de sensibilisation lancée par un groupe d'ONG italiennes et d'autres pays européens doit cibler les gouvernements, les ministères, les administrations publiques, les décideurs régionaux et locaux, les organisations de la société civile, les écoles et les médias. L'objectif est de susciter, en Europe, une prise de conscience, un éveil sur les besoins des populations rurales en matière d'éducation et sur la nécessité d'initiatives visant à gommer les disparités entre régions urbaines et rurales", a déclaré Ada Civitani de l'ONG italienne Associazione di Cooperazione Rurale in Africa e America Latina (ACRA).

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473

Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473

FAO/G. Bizzarri

Dans les zones rurales reculées du Mozambique, les enfants reçoivent peu d'éducation, voire pas du tout.

envoyer cette page
Education pour les populations rurales: les ONG en première ligne
Le fossé s'élargit entre analphabétisme urbain et rural
17 novembre 2004 - Grâce à un projet de partenariat financé par la Commission européenne, des ONG européennes, la FAO et l'UNESCO, des populations rurales des pays pauvres recevront une éducation de base.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS