FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2004 :: Il faut plus d'inve…
Il faut plus d'investissements dans l'agriculture pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement
Le Centre d'investissement de la FAO fête ses 40 ans
14 décembre 2004, Rome - Il faut accroître les investissements dans l'agriculture et le développement rural pour stimuler la croissance économique dans les pays en développement et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, a déclaré aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) à l'occasion du 40ème anniversaire du Centre d'investissement qui fut fondé en 1964 en partenariat avec la Banque mondiale afin de renforcer le soutien à l'agriculture.

Pour marquer l'événement, la FAO organise un séminaire de deux jours à son siège, à Rome, qui examinera l'avenir des investissements dans l'agriculture et le développement rural, le rôle du Centre d'investissement et ses travaux avec d'autres divisions de la FAO, ainsi que les points de vue des institutions internationales de financement.

Catalyseur et partenaire

Durant les quarante dernières années, le Centre d'investissement a joué un rôle important de promotion des investissements dans l'agriculture et le développement rural en aidant les pays en développement à identifier et à formuler des politiques, programmes et projets d'investissement efficaces et durables. Pour cela, il s'appuie sur des financements des institutions multilatérales comme la Banque mondiale, les banques régionales de développement et les fonds internationaux, outre les ressources propres à la FAO.

A ce jour, la FAO et ses partenaires de financement ont approuvé plus de 1 400 projets préparés par le Centre dans plus de 140 pays en développement pour une valeur totale de quelque 76 milliards de dollars.

"Nous aidons à mobiliser les fonds et servons à la fois de catalyseur et de partenaire car nous travaillons aux côtés des gouvernements, des institutions internationales de financement et des bailleurs de fonds bilatéraux", explique Tesfai Tecle, Directeur du Centre d'investissement.

"Le Centre sert également de portail d'accès à la vaste expertise technique de la FAO en matière d'agriculture et de développement rural, de pêches, de foresterie, de relèvement en cas d'urgence et de remise en état du secteur rural. Ces compétences rendent les projets et programmes d'investissement techniquement et institutionnellement viables", ajoute-t-il.

Le Centre accorde une attention particulière à l'Afrique, où sont concentrés les problèmes de développement les plus ardus et où la majorité de la population vit de l'agriculture.

Outre la formulation de projets d'investissement en Afrique avec ses institutions partenaires, le Centre a récemment contribué, avec les fonds de la FAO, à la formulation de programmes nationaux d'investissement à moyen terme dans 49 pays africains, sous les auspices du Nouveau Partenariat pour le développement de l'Afrique de l'Union africaine (NEPAD).

L'avenir

La mission du Centre a toujours été d'accroître les investissements à l'agriculture et de promouvoir le développement rural. Toutefois, au sein de la communauté de développement, on a vu évoluer sensiblement la façon d'aborder la réduction de la pauvreté par l'aide au développement.

Le discours liminaire du séminaire de la FAO sur L'avenir de l'assistance au développement et de l'investissement dans l'agriculture de Lawrence Haddad, Directeur de l'«Institute of Development Studies» de l'Université du Sussex (Grande-Bretagne), portera sur cette question.

Selon M. Tecle, les problèmes du secteur agricole ont fait l'objet d'une réorientation des projets individuels au profit de démarches plus globales. Ces approches sectorielles (dénommées SWAps) qui emploient toute une série de mécanismes, y compris les investissements pour des projets traditionnels et l'assistance technique, visent à harmoniser l'assistance des donateurs.

Cette nouvelle approche a nécessité un changement de cap pour le Centre d'investissement. Les donateurs ont de plus en plus recours au soutien budgétaire direct: les fonds ne vont pas à un projet spécifique mais sont administrés par le Ministère des finances. Le Ministère de l'agriculture doit décider de la destination des fonds, et il a besoin d'un appui dans la conception des programmes d'investissement.

"Nous jouons déjà un rôle central en aidant les gouvernements à coordonner l'assistance de toute une gamme de donateurs dans un programme commun", souligne M. Tecle. "Dorénavant, notre collaboration avec les gouvernements sera encore plus étroite que par le passé, et nous aiderons les ministères de l'agriculture à mettre au point des stratégies bien fondées et à formuler leurs propres propositions d'investissement."

Le Centre d'investissement travaille avec les banques et les gouvernements à la formulation des composantes agricoles de leurs Documents stratégiques de réduction de la pauvreté, lesquels sont devenus un préalable pour les pays recherchant des prêts avantageux de la Banque mondiale, des dons et une aide du Fonds monétaire international, ainsi que pour infléchir les politiques de toutes les institutions de financement et des donateurs.

"Pouvant compter sur les vastes compétences techniques de la FAO dans tous les domaines d'activité agricole, le Centre d'investissement est bien placé pour aider les gouvernements à évaluer les contraintes et les opportunités du secteur agricole, à identifier les possibilités d'investissement individuel et à déterminer la façon dont elles s'imbriquent et complètent les réformes institutionnelles et les changements intervenant dans les politiques publiques", affirme M. Tecle.

Participeront au séminaire de hauts fonctionnaires de la Banque mondiale, de la Banque africaine de développement, du Fonds international pour le développement agricole et d'autres institutions de financement, ainsi que du Programme alimentaire mondial, des Représentants permanents des États membres auprès de la FAO et de hauts fonctionnaires et cadres de l'Organisation. Ils examineront les tendances et la marche à suivre pour l'avenir.

Restructuration du site Web

Dans le cadre des célébrations, le Centre d'investissement a refait à neuf son site Internet. Au cours des mois à venir sera ajoutée une section présentant les produits phares du Centre, qui permettra également aux lecteurs d'envoyer leurs commentaires.

Le site est actuellement disponible en anglais, en espagnol et en français. Les versions arabe et chinoise seront disponibles prochainement.

Contact:
Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146


Contact:

Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

FAO/A. Vitale

Le Centre d'investissement aide les pays en développement à formuler des stratégies agricoles viables.

FAO/18622/G. Bizzarri

Agriculteurs et autres groupes locaux jouent un rôle-clé dans l'identification et la mise en oeuvre des projets.

envoyer cette page
Il faut plus d'investissements dans l'agriculture pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement
Le Centre d'investissement de la FAO fête ses 40 ans
14 décembre 2004 - Il faut accroître les investissements dans l'agriculture et le développement rural pour stimuler la croissance économique des pays en développement et atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, a déclaré aujourd'hui la FAO à l'occasion du 40ème anniversaire de son Centre d'investissement.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS