FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Nécessité de règles…
Nécessité de règles pour interdire les importations de volailles
La psychose relative à la consommation de poulets est largement infondée
27 octobre 2005, Rome - La FAO a manifesté aujourd'hui son inquiétude au sujet des interdictions préventives et généralisées d'importations de volaille adoptées face à l'influenza aviaire.

Les interdictions d'importations de volaille ne faisant pas la distinction entre les pays infectés et les pays non infectés sont contraires à l'esprit de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), aux normes énoncées par l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) et aux recommandations de la FAO, a déclaré l'Organisation des Nations Unies.

Alors que les pays mettent en place des mesures préventives interdisant les importations de volailles afin de conjurer tout foyer potentiel de grippe aviaire, la FAO a déclaré que dans certains cas, les interdictions portent sur la volaille, tous pays confondus, y compris ceux considérés comme exempts de l'influenza aviaire hautement pathogène et ceux qui n'ont jamais été victimes d'une flambée de H5N1.

Les pays qui interdisent arbitrairement l'importation de produits avicoles en provenance de pays non infectés ne font qu'exacerber la vulnérabilité des marchés internationaux à l'égard des chocs de prix, a indiqué la FAO.

L'Organisation a lancé une mise en garde: "Les restrictions du commerce visant à sauvegarder la santé humaine et animale ne devraient être imposées qu'en proportion du risque couru et devraient être levées dès qu'elles ne sont plus nécessaires."

Toutefois, les pays exportant des produits avicoles doivent également veiller à ce que toute incidence de la maladie soit immédiatement annoncée à tous les partenaires commerciaux et que les mesures nécessaires soient prises pour limiter la propagation de la maladie.

Inquiétudes croissantes

"Les interdictions de produits avicoles en provenance de pays exempts de la maladie renforcent l'incertitude régnant sur le marché mondial de la viande, déjà menacé de crise potentielle de l'offre et de hausse des prix de la viande à cause des restrictions liées à l'ESB persistant sur les expéditions de boeuf d'Amérique du Nord", a indiqué la FAO. "Les marchés ont également subi le contrecoup de récentes restrictions d'importation sur la viande du Brésil, premier pays exportateur de viande, dues aux cas récents de fièvre aphteuse."

D'après la FAO, les flambées récentes de maladies transfrontières et l'imposition de restrictions d'exportations ont eu un impact immédiat sur les échanges mondiaux de viande en 2004/2005. Les prix internationaux de la viande, d'après l'Indice FAO des prix de la viande, calculé sur la base de la moyenne pondérée par les échanges des cours mondiaux indicatifs, ont atteint leur niveau le plus élevé en 10 ans.

Selon la FAO, les répercussions du comportement des consommateurs face aux flambées potentielles de grippe aviaire se sont déjà fait sentir sur les industries d'Europe et d'autres pays. En Europe, la réaction a été mitigée; par exemple, en Allemagne, aucun changement n'a été observé, tandis qu'en Italie, la consommation de volaille a chuté de 40 pour cent.

La FAO a rappelé aux consommateurs que l'influenza aviaire n'est pas une maladie d'origine alimentaire et que le virus meurt à la cuisson à température normale. "Il n'y a aucun risque d'attraper la grippe aviaire en mangeant de la volaille et des oeufs bien cuits."

Il est instamment demandé aux entreprises de transformation de la viande d'appliquer les mesures de sécurité nécessaires pour prévenir les risques de transmission du virus aux humains.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

envoyer cette page
Nécessité de règles pour interdire les importations de volailles
La psychose relative à la consommation de poulets est largement infondée
27 octobre 2005 - La FAO a manifesté aujourd'hui son inquiétude au sujet des interdictions préventives et généralisées d'importations de volaille adoptées face à l'influenza aviaire.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS