FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Parité hommes-femme…
Parité hommes-femmes, une question de démocratie
Le ministre suédois de l’agriculture souligne le rôle des femmes en agriculture
22 novembre 2005, Rome - “La parité hommes-femmes est essentiellement une question de démocratie”, a déclaré Mme Ann-Christin Nykvist, ministre suédois de l’agriculture, au cours d’une Table Ronde sur la parité hommes-femmes en matière d’accès aux ressources productives, organisée à Rome dans le cadre de la 33e session de la Conférence générale de la FAO (19-26 novembre 2005).

Soulignant le lien entre parité hommes-femmes et réduction de la faim et de la pauvreté, Mme Nykvist a affirmé que l’accès des femmes à la terre, au crédit, aux marchés, aux technologies appropriées et aux autres facteurs de production était “vital pour les tirer de la pauvreté”.

Le ministre suédois a ajouté que si les jeunes filles bénéficiaient du même accès à l’éducation que les garçons, on obtiendrait de bien meilleurs résultats en matière de sécurité alimentaire mondiale.

“Les femmes ont un rôle de premier plan dans la production vivrière dans toutes les régions du monde”, a déclaré, pour sa part, M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO.

En Afrique subsaharienne et dans les Caraïbes, au moins 80 pour cent des denrées alimentaires de base sont produites par les femmes. En Asie du Sud et du Sud-Est, les femmes sont responsables de près de 60 pour cent de l’agriculture et de la production vivrière.

“Mais les femmes sont privées d’accès aux instruments indispensables à leur travail, notamment les facteurs de production comme la terre, le crédit, l’information, la formation et le pouvoir décisionnel”, a ajouté M. Diouf.

Invitant toutes les parties concernées à placer l’accès des femmes à la terre au cœur des politiques nationales et internationales de développement, M. Diouf a souligné que les programmes de développement social et économique ne réussiront que lorsque les femmes auront un accès égal aux facteurs de production, notamment la terre.

L’autre moitié

Mme Marcela Villarreal, Directeur de la Division de la parité hommes-femmes et de la population de la FAO, a expliqué, de son côté, que le développement économique, de nos jours, dépendait de la capacité d’innover, de générer le savoir et d’adopter de nouvelles technologies.

“Pour un pays, ne pas investir dans l’autre moitié de sa population c’est se priver de la contribution de la moitié de ses propres ressources humaines, lesquelles sont indispensables pour son développement, son efficacité économique et sa compétitivité au plan international”, a affirmé Mme Villarreal.

Et d’ajouter que les pays ne pourront réduire la pauvreté et la faim sans l’accès de l’ensemble de leurs ressources humaines aux ressources productives.

Le but de la Table Ronde sur la parité hommes-femmes était de sensibiliser au problème de l’accès des femmes aux ressources productives en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.

Outre les ministres de l’agriculture et de la parité hommes-femmes ainsi que des délégués des pays membres de la FAO participaient à la réunion des représentants du Fonds international de développement agricole (FIDA), de milieux universitaires et d’organisations gouvernementales et non gouvernementales.

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 25 23807

Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 252 3807

FAO/I. Balderi

Une vue de la réunion sur la parité hommes-femmes

envoyer cette page
Parité hommes-femmes, une question de démocratie
Le ministre suédois de l’agriculture souligne le rôle des femmes en agriculture
22 novembre 2005 - Mme Ann-Christin Nykvist, ministre suédois de l'agriculture, a affirmé que l’accès des femmes à la terre, au crédit et autres facteurs de production était “vital pour les tirer de la pauvreté”.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS