FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Mesures prioritaire…
Mesures prioritaires pour aider les petites îles à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement
Le Sommet appuie la sécurité alimentaire durable pour promouvoir la résilience des îles
24 novembre 2005, Rome - Sept chefs d’Etat et de gouvernement et une soixantaine de ministres de l’agriculture et de responsables gouvernementaux représentant 30 pays ont émis aujourd’hui une déclaration à l’appui des Petits Etats insulaires en développement (PEID).

La Déclaration de Rome a estimé que le développement de l’agriculture, des forêts et des pêches avait une «importance vitale» pour la croissance économique, la stabilité sociale, la résilience environnementale et l’élimination de la pauvreté, de la faim et de la malnutrition dans les PEID.

A l’issue d’un Sommet d’une journée organisé au siège de la FAO, les hauts responsables se sont déclarés fermement convaincus que les PEID ont le droit de recevoir un «traitement spécial et différencié».

Les dirigeants ont invité la sixième Conférence ministérielle de l’OMC à Hong Kong à accorder une plus grande attention aux «besoins spéciaux et aux spécificités des petits Etats». Ils ont déclaré que la hâte d’introduire des réductions tarifaires importantes et l’appui insuffisant à la capacité de réaction et d’ajustement en matière d’approvisionnements intérieurs constituaient des problèmes très délicats pour ces pays. Tant que ces problèmes ne seront pas résolus de façon adéquate, les PEID peineront à s’engager dans des processus importants de libéralisation du commerce.

Inquiétude quant à l’intention de l’Europe de réduire les prix du sucre

Tous les chefs d’Etat, ministres et hauts fonctionnaires présents, tant des pays producteurs de sucre que des pays non producteurs, ont exprimé une inquiétude commune au sujet de la proposition de la Commission européenne de réduire les prix du sucre perçus actuellement par les PEID, car cela aurait un effet dévastateur sur leurs économies et leurs moyens d’existence. Ils ont aussi fait appel à la solidarité des producteurs et non producteurs de sucre et ont souligné la situation critique de Saint-Kitts-et-Nevis.

Les participants ont reconnu à l’unanimité que la réduction des prix du sucre devrait être plus modérée et que la réduction globale devrait être échelonnée sur un laps de temps plus long.

En outre, reconnaissant l’appui donné aux agriculteurs et aux manufacturiers de l’UE, ils ont demandé une aide financière comparable pour aider les PEID à faire face aux difficultés auxquelles leurs économies sont confrontées.

Les dirigeants ont noté que le changement climatique, y compris les catastrophes naturelles plus fréquentes et la montée du niveau des mers sur le long terme, ont de graves répercussions sur l’agriculture et la survie des PEID, en particulier dans les atolls du Pacifique et les pays côtiers de faible altitude.

Ils ont aussi exprimé la nécessité d’un appui soutenu et élargi aux institutions qui aident les PEID à faire face au changement climatique. Ils ont exhorté la FAO à aider à renforcer la capacité des PEID à s’adapter aux menaces, y compris la capacité d’analyser et de prévoir les problèmes ainsi que de planifier et gérer des modèles de systèmes de production capables de résister à des conditions météorologiques adverses.

Nécessité de renforcer les programmes de sécurité alimentaire

La Déclaration de Rome insiste sur «la nécessité de parvenir à une plus grande résilience socio-économique, étant donné la vulnérabilité particulière des PEID au changement climatique, aux conditions météorologiques exceptionnelles et aux chocs économiques extérieurs, source d’instabilité dans la production et le commerce alimentaires et qui peuvent influer sur les stratégies de réduction de la pauvreté, la dépendance à l’égard des importations alimentaires, les maladies d’origine nutritionnelle et la dégradation de l’environnement».

Il est demandé un renforcement des programmes de sécurité alimentaire par le biais de mesures visant à renforcer les capacités de ces pays à mieux faire face aux difficultés de taille qu’ils rencontrent chaque jour et à soutenir la sécurité alimentaire à long terme.

La Déclaration a également préconisé plus de cohérence entre les politiques commerciales et les politiques nationales de développement.

Les dirigeants ont appelé l’attention sur le besoin de revitaliser les systèmes alimentaires traditionnels et indigènes et de promouvoir la pêche responsable et l’aménagement forestier durable afin d’accroître la résilience économique, sociale et environnementale.

Soutien aux programmes de sécurité alimentaire pour les PEID de l’océan Indien et de l’atlantique Est

Les dirigeants se sont penchés sur les liens du secteur agricole avec d’autres secteurs de l’économie, en particulier le tourisme, et se sont engagés à intégrer les objectifs de sécurité alimentaire dans les stratégies nationales de réduction de la pauvreté et dans les plans de développement durable. Ils ont poussé à l’accélération et à l’expansion de programmes spéciaux régionaux dans les Etats des Caraïbes et du Pacifique.

Ils ont également avalisé la proposition de mettre en place un Programme régional pour la sécurité alimentaire dans les PEID de l’océan Indien et de l’atlantique Est.

Les participants ont souligné la vulnérabilité croissante des PEID au changement climatique et à la libéralisation du commerce. Ils ont invité la communauté internationale à renforcer son partenariat avec les PEID et à investir dans les programmes portant sur la sécurité alimentaire durable, la nutrition et les moyens d’existence.

Ces programmes devraient renforcer et étendre la coopération des PEID avec la FAO et d’autres partenaires.
Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

FAO/I. Balderi

Soutien accru aux petites îles, plaide la FAO

envoyer cette page
Mesures prioritaires pour aider les petites îles à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement
Le Sommet appuie la sécurité alimentaire durable pour promouvoir la résilience des îles
24 novembre 2005 - Sept chefs d’Etat et de gouvernement et une soixantaine de ministres de l’agriculture et de responsables gouvernementaux représentant 30 pays ont émis aujourd’hui une déclaration à l’appui des Petits Etats insulaires en développement.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS