FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Progrès dans la lut…
Progrès dans la lutte contre l’exploitation forestière illégale
Nouvelle publication sur les stratégies mises en oeuvre dans certains pays
1er décembre 2005, Rome – Une nouvelle recherche conduite par la FAO et l’Organisation internationale du bois tropical (OIBT) montre que les gouvernements adoptent désormais des techniques innovantes et plus efficaces face au problème de la coupe illégale.

La recherche est résumée dans un rapport conjoint FAO-OIBT publié récemment, Best Practices for Improving Law Compliance in the Forest Sector, qui met en exergue les efforts de lutte contre l’exploitation illégale des forêts entrepris dans 11 pays: Bolivie, Cambodge, Cameroun, Équateur, Honduras, Indonésie, Italie, Malaisie, Mozambique, Nicaragua et Pérou.

"Le rapport fournit des exemples de certaines approches innovantes déjà utilisées avec succès par les Gouvernements. C’est la première étude de ce genre à évoquer véritablement des actions correctrices plutôt que de se contenter d'étudier le problème de la coupe illégale", a déclaré Eva Muller, expert forestier de la FAO.

Même s’il est trop tôt pour quantifier la réussite des mesures présentées dans le rapport, a ajouté l’expert de l’OIBT Steven Johnson, certaines d’entre elles portent des fruits manifestes. "En partageant ces succès, l’OIBT et la FAO espèrent aider d’autres pays en butte au problème de la coupe illicite", a-t-il ajouté.

Des pertes énormes

Le dernier rapport de la FAO Evaluation des ressources forestières mondiales 2005 a constaté que si le taux de pertes nettes dans le monde ralentit, la déforestation se poursuit à un rythme alarmant - quelque 13 millions d’hectares par an.

Ces pertes sont dues pour la plupart à la conversion des forêts en terres agricoles, mais la coupe illégale continue à avoir ses responsabilités.

Selon les estimations de la Banque mondiale, la coupe illégale entraîne un manque à gagner d’environ 5 milliards de dollars par an pour les Gouvernements – tandis que les pertes totales pour les économies nationales des pays producteurs de bois s’élèvent à 10 autres milliards de dollars par an.

Au-delà de l'impact financier, la coupe illégale entraîne une gestion des forêts non durable, des distorsions des marchés de bois d’oeuvre, et peut aggraver les disparités de revenus, selon le rapport.

Quelles mesures fonctionnent?

Best Practices for Improving Law Compliance in the Forest Sector met en exergue toute une série d’approches auxquelles ont recours les Gouvernements face au problème de l’exploitation forestière illicite.

Par exemple, en 2000, l’Equateur a institué un mécanisme baptisé “Regencia forestal”, dans le cadre duquel des forestiers professionnels indépendants effectuent des contrôles pour veiller au respect des lois et des réglementations par les opérateurs forestiers.

Les infractions sont passibles de la révocation des licences d’exploitation ou d’autres peines.

L’Equateur a, en outre, mis en place des check-points entre ses forêts et les sites où le bois est transformé et commercialisé. Cette mesure s’est traduite par une multiplication par six des saisies par le Gouvernement de bois illégal durant sa première année d’entrée en vigueur.

Au Cambodge, la promotion de l’aménagement forestier communautaire, un système où les communautés locales sont propriétaires et responsables de la gestion des forêts, a aidé à limiter le crime forestier.

Le Gouvernement de Gambie a simplifié ses principes d’exploitation forestière et reconnu des règles d’aménagement local des forêts, facilitant ainsi la tâche aux petits opérateurs forestiers qui peuvent mieux respecter les règlements et la loi.

Le rapport fournit de nombreux autres exemples de mesures propres à mettre fin à la coupe illégale, et insiste en particulier sur quatre grands domaines intéressant tous les pays, où les réformes de politique peuvent aider:

- rationaliser les lois et politiques forestières en les rendant plus simples, plus équitables et plus transparentes;

- améliorer la surveillance et la collecte d’informations;

- renforcer les capacités coercitives nationales;

- veiller à la prise en compte par les politiques des dynamiques économiques et sociales à l’origine de la coupe illégale.

Le manuel Best Practices for Improving Law Compliance in the Forest Sector est disponible en ligne (en anglais uniquement) à: http://www.fao.org/docrep/008/a0146e/a0146e00.htm

Contact:
George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802

Contact:

George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802

FAO/R. Faidutti

Les Gouvernements innovent pour contrer la coupe illicite

FAO/18515/P. Cenini

La coupe illégale est une des causes de la perte du couvert forestier

envoyer cette page
Progrès dans la lutte contre l’exploitation forestière illégale
Nouvelle publication sur les stratégies mises en oeuvre dans certains pays
1er décembre 2005 - Des avancées sont signalées au plan de la lutte contre la coupe illégale en forêt.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS