FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Priorité à la forma…
Priorité à la formation des orphelins du Sida en Afrique subsaharienne
Le savoir-faire agricole prodigué dans des écoles rurales de fortune
1er décembre 2005, Rome -- En cette Journée mondiale du Sida, la FAO présente une de ses initiatives visant à réduire l'impact du VIH/SIDA sur les communautés rurales.

Cette initiative cible les besoins des orphelins du Sida pour les préparer à leurs futures tâches d'agriculteurs. A cet égard, la méthodologie pédagogique - basée sur l'observation et l'analyse - des écoles rurales pour agriculteurs adultes est combinée aux programmes scolaires de prévention et de comportement.

Une école pour la vie

Le VIH/SIDA a privé ces enfants non seulement de leurs parents mais aussi du savoir faire et de l'expérience que ceux-ci auraient pu leur transmettre s'ils étaient restés en vie. Les écoles mises sur pied par la FAO dans les zones rurales d'un certain nombre de pays sont destinées à corriger ce handicap.

A ce jour, 34 écoles de ce genre prodiguent un tel enseignement à un millier d'enfants au Kenya, au Mozambique, en Namibie et en Zambie.

La crise du Sida

Sur les 34 millions d'orphelins que compte l'Afrique subsaharienne, plus de 11 millions sont des orphelins du Sida. D'ici à 2010, on estime que jusqu'à 20 millions d'enfants pourraient perdre l'un de leur parent ou les deux à la fois du fait de la maladie. Ces enfants constituent une population à risque qu'il convient de protéger contre la sous-alimentation, les maladies et l'exploitation sexuelle.

Le risque d'exploitation sexuelle est particulièrement élevé chez les enfants abandonnés à eux-mêmes et qui, pauvreté aidant, sont forcés de gagner de l'argent par n'importe quel moyen pour aider leur famille. Après le décès de leurs parents, les enfants, métamorphosés du jour au lendemain en soutiens de famille, doivent affronter une dure réalité: se procurer des revenus dans un monde rural où les emplois sont rares, les services quasi-inexistants et les infrastructures évanescentes.

L'apprentissage

En collaboration avec le Programme alimentaire mondial (PAM), d'autres agences des Nations Unies, des ONG et des institutions locales, la FAO développe les écoles rurales pour jeunes agriculteurs en réponse au nombre croissant d'orphelins du Sida.

Ces écoles servent à inculquer aux orphelins du Sida et à d'autres jeunes vulnérables (âgés de 12 à 18 ans) le savoir-faire agricole, le sens des affaires et les règles élémentaires de survie. Cela devrait également leur permettre d'acquérir le sens des valeurs en ce qui a trait à la parité hommes-femmes et aux droits de l'homme.

Les écoles dispensent les techniques agricoles aussi bien traditionnelles que modernes. Les enfants apprennent à préparer les champs, à labourer, à transplanter, à sarcler, à irriguer, à lutter contre les nuisibles, à bien utiliser et conserver les ressources disponibles, à moissonner, à transformer leurs récoltes, à les stocker et à les écouler sur les marchés.

Le savoir traditionnel relatif aux cultures indigènes, aux plantes médicinales et à la biodiversité des cultures est également enseigné dans ces écoles.

L'enseignement porte également sur la sensibilisation et la prévention contre le VIH/SIDA, sur la parité hommes-femmes, sur la protection de l'enfance et sur la santé sexuelle. Le programme inclut aussi un soutien psychologique et social. En fait, ces écoles offrent aussi aux jeunes un espace où ils ont la possibilité de développer leur confiance en eux-mêmes.

"Le savoir et l'estime de soi sont des éléments essentiels de la sécurité alimentaire à long terme. Les cours dispensés dans ces écoles sont un point de départ important pour libérer les orphelins de la faim et de la pauvreté, car ils leur offrent des stratégies de survie dans des environnements souvent extrêmement difficiles", a déclaré Mme Marcela Villarreal, Directrice de la Division de la parité hommes-femmes et de la population à la FAO.

Au Mozambique

Le projet se concentre sur le Mozambique où 28 écoles rurales existent déjà dans les provinces centrales. Jusqu'ici, environ 120 orphelins ont achevé leur formation et 840 autres écoliers suivent en ce moment des cours pratiques de techniques agricoles, de nutrition et de plantes médicinales.

En outre, des leçons de danse et de chant insufflent aux enfants une plus grande confiance en soi et affinent leur sociabilité. Des mises en scène et des discussions de groupe permettent de leur faire assimiler plus facilement les notions de survie, les mesures de prévention contre le VIH/SIDA, les questions de parité hommes-femmes et les droits de l'enfant.

Ce programme est financé par la Finlande, la Norvège, la FAO et le PAM.


Contact:
Bureau des relations avec les médias, FAO
(+39) 06 570 53625
FAO-Newsroom@fao.org

Contact:

Bureau des relations avec les médias, FAO
FAO-Newsroom@fao.org
(+39) 06 570 53625

FAO/M. Fioravanti

D'ici à 2010, 20 millions d'enfants pourraient voir l'un de leurs parents, ou les deux à la fois, emportés par le Sida

Vídeo

La danse, un moyen de conserver le moral [00:37] (mpg)

Une leçon de chant dans une école rurale de Chimoio [00:45] (mpg)

FAO/M. Fioravanti

Dans les écoles rurales, les jeunes orphelins apprennent sur le tas

envoyer cette page
Priorité à la formation des orphelins du Sida en Afrique subsaharienne
Le savoir-faire agricole prodigué dans des écoles rurales de fortune
1er décembre 2005 - La FAO aide les orphelins du Sida pour les préparer à leurs futures tâches d'agriculteurs.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS