FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Experts marocains a…
Experts marocains au Niger pour améliorer la sécurité alimentaire
Deuxième accord de coopération Sud-Sud entre les deux pays
10 mars 2005, Rome - Le Maroc doit dépêcher au Niger 27 experts et techniciens agronomes pour travailler avec leurs homologues locaux dans le cadre d'un accord entre les deux pays, la Banque islamique de développement et la FAO.

Cet accord fait partie du Programme de coopération Sud-Sud de la FAO, une initiative mondiale visant au renforcement de la coopération entre pays en développement et pays moins avancés en vue d'améliorer la productivité agricole et d'assurer l'accès de tous à l'alimentation.

Les experts marocains travailleront au Niger pendant trois ans, offrant leur savoir-faire dans les domaines de la maîtrise de l'eau, de l'intensification durable des systèmes de cultures et de la diversification de la production, l'accent étant mis sur l'élevage et la pêche artisanale.

Histoire de la coopération

"Cet accord illustre, une nouvelle fois, l'engagement du gouvernement du Maroc à aider d'autres pays africains à améliorer leur sécurité alimentaire", a déclaré Monsieur Henri Carsalade, Sous-Directeur général de la FAO responsable du Département de la coopération technique, lors de la cérémonie de signature qui s'est déroulée hier au siège de la FAO en présence de Son Excellence Monsieur Tajeddine Baddou, Ambassadeur du Royaume du Maroc auprès des agences des Nations Unies à Rome, qui a paraphé l'accord au nom de son gouvernement.

L'Ambassadeur a souligné, en substance, qu'en partageant leur solide expérience avec les paysans et les pêcheurs du Niger, les experts marocains contribueront largement, tout comme ils l'ont fait par le passé, à accroître la productivité agricole et à améliorer l'accès à l'alimentation des communautés locales.

Le Maroc avait déjà dépêché des experts agronomes au Niger dans le cadre d'un accord de coopération Sud-Sud triennal lancé en 1998. Des experts marocains ont été également dépêchés au Burkina Faso dans le cadre d'un accord similaire.

Partage du savoir-faire et des coûts

Le Programme de coopération Sud-Sud fait partie du Programme spécial pour la sécurité alimentaire (PSSA) de la FAO. Il vise à améliorer les conditions de vie dans les pays les plus pauvres de la planète grâce à l'augmentation rapide de la production alimentaire, à l'amélioration de l'accès à la nourriture et à la réduction de la vulnérabilité face aux caprices du climat, notamment les sécheresses ou les inondations.

A ce jour, le PSSA est opérationnel dans plus de 100 pays alors que le Programme de coopération Sud-Sud est en cours d'exécution dans 31 pays avec plus de 700 experts et techniciens agronomes oeuvrant dans des communautés rurales.

Un des nombreux mérites du Programme est son faible coût. En effet, les dépenses sont partagées par le pays donateur, le pays bénéficiaire et les institutions de financement ou d'autres pays donateurs ainsi que par la FAO.

Monsieur Carsalade a rendu hommage à l'engagement permanent de la Banque islamique de développement en faveur du Programme de coopération Sud-Sud. En l'espèce, sa contribution en faveur du Niger se monte à 400 000 dollars.

De tels accords, a ajouté Monsieur Carsalade, permettent aux pays bénéficiaires de tirer profit de la compétence, de l'expertise et de l'expérience d'autres pays en développement d'une manière pragmatique et peu coûteuse. Ils remplissent, en outre, un rôle vital pour la promotion de la solidarité entre pays en développement.

Contact:
Bureau relations médias, FAO
media-office@fao.org
(+39) 06 570 53625

Contact:

Bureau relations médias (FAO)
media-office@fao.org
(+39) 06 570 53625

envoyer cette page
Experts marocains au Niger pour améliorer la sécurité alimentaire
Deuxième accord de coopération Sud-Sud entre les deux pays
10 mars 2005 - Le Maroc doit dépêcher au Niger 27 experts et techniciens agronomes pour travailler avec leurs homologues locaux dans le cadre d'un accord entre les deux pays, la Banque islamique de développement et la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS