FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: De meilleurs moyens…
De meilleurs moyens d'existence dans la zone du tsunami
Adapter savoir-faire et ressources
23 juin 2005, Rome - Six mois après la catastrophe du tsunami qui a dévasté les côtes de l'Océan Indien, une coordination étroite entre les gouvernements, les donateurs et les organisations humanitaires est essentielle pour garantir que les ressources engagées pour la reconstruction - un montant sans précédent- soient utilisées à bon escient et qu'elles offrent de meilleurs moyens d'existence aux sinistrés.

"Une aide inappropriée et non coordonnée ferait plus de mal que de bien", a affirmé Richard China, coordonnateur des activités de réhabilitation de la FAO.

La FAO travaille avec les ministères et les autorités locales afin de dégager un consensus avec les ONG sur ce qui devrait être fait, par qui et de quelle manière pour éviter la duplication et la fragmentation des actions et prévenir les pratiques non durables, a-t-il ajouté en substance.

A ce jour, la FAO dispose de 53 millions de dollars (financements approuvés) pour la réponse au tsunami. L'agence a déployé plus de 70 experts régionaux et internationaux pour aider les pays affectés à répondre aux besoins d'évaluation, de coordination, de planification et de distribution de l'aide au rétablissement rapide et de l'assistance à long terme pour la reconstruction.

Les contributeurs au programme de la FAO sont la Communauté européenne, l'Italie, la Norvège, le Japon, la Belgique, la Finlande, l'Espagne, la République populaire de Chine, le Royaume Uni, l'Allemagne, le Canada, la Zambie et les Etats-Unis.

Assistance directe

La FAO fournit une assistance directe aux pêcheurs et aux agriculteurs via des intermédiaires gouvernementaux et non gouvernementaux: livraison de matériel de réparation et de pièces de rechange pour les moteurs des bateaux de pêche, de filets de pêche et d'autres équipements, de semences, d'outils agricoles et de moyens motorisées pour les cultivateurs de riz. Outre la réparation des infrastructures d'irrigation et de drainage, la FAO fournit également conseil, formation et équipements pour faire face aux dégâts causés par l'eau salée aux terres agricoles.

Afin de fournir un revenu et des opportunités de moyens d'existence aux communautés et pour faciliter la reprise de la production alimentaire, la FAO soutient des programmes de travail contre de l'argent visant à la réhabilitation des champs de paddy jonchés de débris.

Le programme forêt de la FAO pour la réhabilitation après le tsunami, qui comprend une évaluation de l'offre et de la demande de bois pour la reconstruction des maisons et d'autres infrastructures, a eu des résultats positifs en ce qui a trait à l'action du gouvernement visant à protéger les forêts naturelles et les réserves d'animaux contre l'exploitation illégale et la déforestation.

La FAO a aussi développé un programme pour faciliter la planification de l'utilisation des terres au niveau du village et du district afin d'identifier les opportunités de réhabilitation de la forêt, de reforestation et d'agroforesterie dans le but de protéger les côtes tout en répondant aux besoins des populations locales.

De plus, la FAO fournit un soutien important aux ministères concernés et aux banques de développement pour la préparation des plans de reconstruction. En Indonésie, l'Agence de réhabilitation et de reconstruction d'Aceh et Nias a demandé, la semaine dernière, à la FAO de lui fournir des conseillers dans le domaine de la pêche, de l'agriculture et de la foresterie, afin d'aider le gouvernement à mieux gérer cette phase de reconstruction.

Effet multiplicateur

Le budget de la FAO est relativement faible en comparaison aux milliards de dollars qui ont été reçus par d'autres organisations, mais notre assistance technique et notre savoir-faire ont un effet multiplicateur, favorisant l'optimisation des résultats durables obtenus grâce aux ressources déployées pour la restauration des moyens d'existence des ruraux et des pêcheurs, a indiqué M. China.

Environ 40 % du budget de la FAO pour le tsunami ont été déjà engagés pour l'assistance technique et la livraison d'intrants aux pays sinistrés.

Les bailleurs de fonds doivent encore verser 22 millions de dollars à la FAO, mais l'Organisation aura besoin de 50 millions de dollars pour maintenir et élargir son assistance technique et son soutien direct aux pêcheurs et agriculteurs afin de leur restituer leur autonomie et leur dignité.

Contact:
Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146
(+39) 348 14 16 671

Suite du dossier…

De meilleurs moyens d'existence dans la zone du tsunami

Des solutions pour produire durablement

Le tsunami et les pêches: Entretien avec Lahsen Ababouch

Le tsunami et l'agriculture: Entretien avec Daniel Renault

Le tsunami et la foresterie: Entretien avec Susan Braatz

Contact:

Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146
(+39) 348 14 16 671

FAO

La FAO conseille les autochtones en matière de construction de bateaux de pêche

FAO

Des incitations sont également prodiguées aux cultivateurs de riz

Audio

Alex Jones, Coordinateur régional de la FAO pour les opérations après tsunami, sur l'assistance multisectorielle de la FAO (ram)

Qualité broadcast (mp3)

Vers une réhabilitation et un développement intégrés: explications avec Alex Jones (ram)

Qualité broadcast (mp3)

FAO

Les contributions des bailleurs de fonds

envoyer cette page
De meilleurs moyens d'existence dans la zone du tsunami
Adapter savoir-faire et ressources
23 juin 2005 -- Six mois après la catastrophe du tsunami qui a dévasté les côtes de l'Océan Indien, une coordination étroite entre gouvernements, donateurs et humanitaires est essentielle pour tirer le meilleur profit des ressources.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS