FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: La production mondi…
La production mondiale de thé a atteint des sommets
Réunion à Bali du Groupe intergouvernemental sur le thé
14 juillet 2005, Rome - La production mondiale de thé a, encore une fois, atteint des sommets en 2004, passant à 3,2 millions de tonnes, soit une hausse de 2 pour cent, selon un rapport de la FAO préparé pour la réunion du Groupe intergouvernemental sur le thé qui se tiendra du 20 au 22 juillet 2005 à Bali (Indonésie) pour passer en revue la situation actuelle du marché du thé et les perspectives à moyen terme.

Cette expansion résulte principalement de la hausse enregistrée en Turquie, en Chine, au Kenya, au Malawi, à Sri Lanka et en Indonésie. L'accroissement de la production dans ces pays a largement compensé les baisses enregistrées par d'autres grands producteurs, notamment l'Inde et le Bangladesh.

En Chine, la production a atteint près de 800 000 tonnes en 2004, ce qui représente un tournant pour ce pays où la filière commence à ressentir les effets des politiques de promotion de la production et du commerce du thé.

A Sri Lanka, la production a légèrement augmenté (+ 1,3 %), s'établissant à 309 000 tonnes en 2004, ce qui indique une reprise après les pertes de récolte dues aux inondations catastrophiques qui ont dévasté les zones de production de thé de basse altitude en 2003. En Indonésie aussi, la production a augmenté (+ 1,2 %), atteignant 170 000 tonnes en 2004.

En Turquie, la production a connu une croissance exponentielle; elle a augmenté de 32 pour cent, pour atteindre environ 205 500 tonnes grâce à une hausse des rendements.

Au Kenya, la production de thé a augmenté de plus de 11 pour cent en 2004, s'établissant à 328 000 tonnes, en raison d'une part, des conditions météorologiques favorables dans la plupart des régions de production et, d'autre part, de l'expansion des capacités de transformation. Le Malawi a également bénéficié d'une hausse considérable de sa production (+ 19 %) en 2004, avec 50 000 tonnes.

En Inde, en revanche, la production de thé a chuté de 4,3 pour cent, régressant à environ 820 200 tonnes, en raison à la fois de conditions météorologiques défavorables et de la fermeture de 70 plantations dans l'Assam.

Exportations, importations

Les exportations mondiales de thé ont augmenté de 4,4 pour cent en 2004, pour s'établir à 1,47 million de tonnes, les volumes de tous les grands pays exportateurs ayant progressé au cours de l'année.

Le plus grand exportateur a été le Kenya, qui surclasse à nouveau le Sri Lanka. Grâce à une hausse de 8,9 pour cent des exportations, le total de ce pays était de près de 293 000 tonnes. Une hausse analogue (+ 8,9 %) a été enregistrée en Indonésie.

Les exportations de la Chine ont augmenté de plus de 7 pour cent, s'établissant à 282 000 tonnes. Elles ont été dominées par le thé vert qui représentait plus de 75 pour cent du total des exportations.

Les importations mondiales nettes de thé ont poursuivi leur ascension en 2004, avec une hausse de 1,5 pour cent et un volume de 1,42 million de tonnes. Cette tendance correspond aux hausses des marchés traditionnels des pays développés de la Communauté européenne (+ 2,4 %), des Etats-Unis (+ 5,3 %) et du Japon (+ 2 %), où les importations ont respectivement atteint 215 000 tonnes, 99 000 tonnes et 56 000 tonnes.

Pour ces marchés, la croissance serait principalement due aux retombées des activités de promotion qui soulignent l'effet bénéfique du thé pour la santé. Selon la recherche médicale, une consommation modérée de thé offre une protection contre les risques d'incident coronaire, certaines formes de cancer et les infections bactériennes.

Les prix

En 2004, les prix du thé sur le marché mondial s'établissaient à 1,56 dollar/kg à l'ouverture en janvier et à 1,73 dollar/kg à la clôture en décembre, reflétant une hausse de la demande, selon la FAO.

Une récente étude sur l'évolution du marché du thé entre 1993/1995 et 2001/2003 indique que, sur 27 matières premières agricoles, le thé est le deuxième sur la liste des variabilité des prix les plus faibles, avec une baisse des cours de 2 pour cent, contre 39 pour cent pour le cacao et 38 pour cent pour le café.

Les développements récents sur le marché mondial du thé laissent à penser que les principaux acteurs ont réussi à instaurer un certain équilibre, a déclaré en substance M. David Hallam, responsable du Service matières premières et produits tropicaux et horticoles à la FAO.

"Les principaux pays producteurs sont parvenus à stimuler la demande chez eux, notamment pour le thé noir, alors que l'offre a été adaptée aux opportunités offertes par le marché", a ajouté M. Hallam.

La réunion du Groupe intergouvernemental sur le thé sera précédée de la Conférence internationale sur le commerce du thé qui se tiendra les 18 et 19 juillet 2005 au Centre des conventions internationales de Bali.

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 25 23807

Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 25 23807 (cell.)

FAO/11804/F. Botts

Collecte du thé au Kenya où la production a augmenté de 11 % en 2004

envoyer cette page
La production mondiale de thé a atteint des sommets
Réunion à Bali du Groupe intergouvernemental sur le thé
14 juillet 2005 -- La production mondiale de thé a, encore une fois, atteint des sommets en 2004, passant à 3,2 millions de tonnes, soit une hausse de 2 pour cent.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS