FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: L'Afrique au rendez…
L'Afrique au rendez-vous de la sécurité des aliments
Des experts de 50 pays planchent sur des systèmes alimentaires plus sûrs
3 octobre 2005, Genève/Rome - Les toxi-infections alimentaires sont une grave menace en Afrique, surtout pour les personnes déjà affaiblies par des maladies dévastatrices comme le paludisme et le VIH/SIDA.

La FAO et l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) tirent aujourd'hui la sonnette d'alarme à la première Conférence régionale sur la sécurité sanitaire des aliments en Afrique qui se déroule pendant quatre jours sous leurs auspices.

Les quelque 200 responsables et spécialistes qui participent à la conférence devraient décider des moyens et des méthodes à employer pour renforcer les systèmes de sécurité sanitaire des aliments et, grâce à des produits alimentaires plus sains, améliorer la santé et développer le commerce des produits agricoles.

Synergie alimentation et santé

Vu que beaucoup de personnes pauvres en Afrique ont déjà du mal à se nourrir, elles doivent pouvoir consommer des aliments qui soient sans danger pour la santé.

D'après un rapport établi en vue de la conférence, la sécurité alimentaire n'est pas garantie dans nombre de pays africains, de sorte qu'au moins 60% des denrées alimentaires sont importées pour compléter la production locale.

La plupart des pays de la région n'ayant pas de dispositif efficace de contrôle, la salubrité des produits importés n'est pas toujours garantie, d'où un risque accru de contamination à grande échelle.

Actuellement estimé à 2000 par jour, le nombre de décès dus aux maladies d'origine alimentaire ou hydrique en Afrique diminuerait si les aliments étaient plus sûrs.

Dans ce rapport qui traite de la mondialisation du commerce des produits agricoles et du risque sanitaire de plus en plus important associé à la contamination des aliments, un appel est lancé aux gouvernements, au secteur privé, aux consommateurs et à tous les intéressés pour qu'ils s'attachent à garantir ensemble et de façon concertée la sécurité sanitaire des aliments depuis le lieu de production jusqu'à l'assiette du consommateur.

Plan d'action

C'est dans cette optique qu'il est prévu d'examiner, pendant la conférence, un plan d'action stratégique pour la sécurité sanitaire des aliments en Afrique qui devrait permettre de réduire le danger que présentent pour la santé publique et le commerce international les aliments contaminés et les produits alimentaires non conformes aux normes internationales de qualité et de sécurité.

Embrassant l'ensemble de la chaîne de production alimentaire, le plan privilégiera les domaines où il est possible de réduire considérablement le risque de toxi-infection alimentaire. Lors de la conférence, il sera question, entre autres, des moyens d'éviter la présence de mycotoxines dans les cultures de base en Afrique, notamment dans le maïs, l'arachide et les fruits secs.

"Les aliments et l'eau contiennent toutes sortes d'agents pathogènes qui sont à l'origine du nombre élevé de cas de diarrhée. D'après les estimations, on compte jusqu'à quatre épisodes diarrhéiques par enfant et par an en Afrique", déplore le Dr Chris Ngenda Mwikisa, Directeur de la Division Environnement sain et développement durable au Bureau régional OMS de l'Afrique.

"De graves flambées de maladies d'origine alimentaire comme le choléra, la salmonellose, l'infection entérohémorragique à Escherichia coli, l'hépatite A et l'aflatoxicose aiguë se sont produites dernièrement dans plusieurs pays africains. Depuis le début de l'année, on recense déjà 34 000 cas de choléra dus à la contamination de l'eau et des aliments dans 30 pays, dont plus de 1000 cas mortels. Et il ne faut pas oublier que les flambées épidémiques ne sont que la partie émergée de l'iceberg, car beaucoup de cas sporadiques ne sont pas enregistrés."

Il y a urgence

Il est devenu urgent de mettre en place en Afrique un système efficace pour veiller à la sécurité sanitaire et à la qualité des aliments afin de sauver des vies et d'offrir de nouvelles possibilités économiques sur tout le continent", estime M. Hartwig de Haen, Sous-Directeur général de la FAO.

"Le fait que de nombreux aliments produits en Afrique ne sont pas conformes aux normes internationales de salubrité et de qualité empêche le continent de développer le commerce des produits agricoles aux niveaux régional et international, et prive de nombreux exploitants des moyens d'améliorer leur situation économique. En instaurant des normes panafricaines de sécurité sanitaire des aliments, non seulement on sauvera des vies et on améliorera la situation sanitaire sur le continent, mais on aidera l'Afrique à participer au commerce international et à accroître le niveau de vie, en particulier dans les zones rurales où vivent la plupart des populations déshéritées."

L'échange d'informations courantes sur la sécurité sanitaire des aliments et l'accès rapide à l'information en cas d'urgence sont des impératifs, souligne l'un des rapports établis en vue de la conférence. Les systèmes mis en place dans ce but se sont révélés très utiles pour gérer correctement et sans tarder les risques alimentaires.

INFOSAN

D'après les deux institutions du système des Nations Unies, le Réseau international des autorités sanitaires des aliments (INFOSAN) récemment créé permet aux Etats Membres d'échanger des informations capitales et d'être alertés lorsque se produit un événement important concernant la sécurité sanitaire des aliments, tandis que, grâce au portail international sur la sécurité sanitaire des aliments, la santé animale et les questions phytosanitaires, ils peuvent se renseigner sur les normes en vigueur et obtenir des informations officielles sur les questions de salubrité des aliments.

Les participants à la conférence régionale sur la sécurité sanitaire des aliments organisée à Harare représentent en majorité les autorités de réglementation des aliments qui dépendent des ministères de la santé et de l'agriculture des pays membres de la FAO et de l'OMS.

Les organismes indépendants et les autres ministères concernés par les questions de salubrité des aliments, les organisations non gouvernementales internationales qui rassemblent industriels, producteurs, commerçants et détaillants, ainsi que les associations de consommateurs sont aussi représentés.

Contacts:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 348 257 2921
ou
Cristiana Salvi
Chargée d'information, OMS
cs@ecr.euro.who.int
(+39) 348 019 2305

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
Harare, Zimbabwe
john.riddle@fao.org
(+39) 348 257 2921

Cristiana Salvi
Chargée d'information, OMS
Harare, Zimbabwe
csa@ecr.euro.who.int
(+39) 348 019 2305

FAO/M. Namundjebo

Améliorer la sécurité des aliments c'est sauver des vies et créer plus de possibilités économiques en Afrique

FAO/G. Bizzarri

Aliments vendus dans la rue à Dar-Es-Salaam (Tanzanie)

envoyer cette page
L'Afrique au rendez-vous de la sécurité des aliments
Des experts de 50 pays planchent sur des systèmes alimentaires plus sûrs
3 octobre 2005 - Les toxi-infections alimentaires sont une grave menace en Afrique, surtout pour les personnes déjà affaiblies par des maladies dévastatrices comme le paludisme et le VIH/SIDA.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS