FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: La plupart des 450 …
La plupart des 450 millions d'ouvriers agricoles salariés vivent dans des conditions dramatiques
Faim et pauvreté sont leur lot quotidien, selon un rapport FAO-OIT-UIT
6 octobre 2005, Rome - La plupart des 450 millions d'ouvriers agricoles salariés dans le monde vivent dans des conditions dramatiques, faim et pauvreté constituant leur lot quotidien, selon un rapport de la FAO, de l'Organisation internationale du travail (OIT) et de l'Union internationale des travailleurs de l'alimentation, de l'agriculture, de l'hôtellerie-restauration, du tabac et des branches connexes (UIT)(*).

Sur un total de 1,1 milliard de personnes employées dans l'agriculture, les ouvriers agricoles salariés qui vivent dans des conditions dramatiques représentent environ 40%.

"L'agriculture ne peut pas être durable tant que 40 % de sa main-d'oeuvre subit un emploi précaire, endure de mauvaises conditions de travail et vit dans la pauvreté", indique le rapport.

Pour ces ouvriers, les pressions économiques érodent les niveaux de protection déjà faibles en terme de niveaux de salaire, de sécurité de l'emploi, de santé, de normes de sécurité et environnementales et de protection sociale. L'utilisation du travail des enfants dans l'agriculture est aussi un sujet de préoccupation majeur, poursuit le rapport.

Mal payés, surtout les femmes

Les ouvriers agricoles, ceux qui ne possèdent, ni ne louent la terre sur laquelle ils travaillent, encore moins les outils et les équipements qu'ils utilisent, sont souvent très mal payés, gagnant des salaires bien en dessous de ceux des ouvriers de l'industrie.

Par millions, ces travailleurs vivent en dessous du seuil de pauvreté et ne peuvent souvent pas s'acheter suffisamment de nourriture. En général, les ménages ouvriers dépensent plus de 70 % de leurs salaires sur l'alimentation.

Leur emploi est souvent instable et temporaire, souligne le rapport. La mondialisation a conduit à de moins en moins de travail fixe et à une main-d'oeuvre plus flexible et marginalisée, avec une augmentation des intermédiaires, des fournisseurs de main-d'œuvre et des sous-traitants. Les travailleurs immigrés sont confrontés à des difficultés particulières liées à leurs contrats informels et à l'absence de protection sociale.

Alors que la main-d'oeuvre dans l'agriculture se réduit globalement et que de plus en plus de petits paysans quittent leurs terres, le nombre d'ouvriers agricoles salariés augmente dans la plupart des régions du monde. Ces nouveaux emplois sont généralement dans l'agriculture orientée vers l'exportation comme les fleurs coupées, le maraîchage et l'emballage.

Le nombre de femmes salariées, en augmentation rapide, représente environ 20 à 30 % de la main-d'oeuvre salariale. Elles reçoivent des salaires systématiquement inférieurs à ceux des hommes.

Trop de risques

L'agriculture est considérée comme l'une des trois activités de production les plus dangereuses, avec l'exploitation minière et la construction.

Les risques du métier incluent notamment les machines dangereuses, la transmission des maladies animales, l'exposition aux pesticides toxiques. Sur les quelque 355 000 accidents mortels du travail chaque année, plus de la moitié surviennent dans l'agriculture. La plupart des tués, des blessés ou des malades sont des femmes et des enfants.

Dans de nombreuses parties du monde, les ouvriers agricoles sont privés de leurs droits humains, notamment le droit de liberté d'association, de s'organiser et de négocier de manière collective avec leurs employeurs. Les ruraux sont plus sujets au travail forcé que les autres catégories de travailleurs.

Le VIH/SIDA fait des ravages parmi les ouvriers agricoles dans de nombreuses parties du monde. La maladie a tué environ 7 millions de travailleurs agricoles depuis 1985 dans les 25 pays les plus touchés d'Afrique. Les pays africains les plus affectés peuvent perdre jusqu'à 25% de leurs ouvriers agricoles en deux décennies.

Le travail des enfants

Sur un nombre estimé de 246 millions d'enfants dans le monde qui travaillent, plus de 170 millions (70%) sont employés dans l'agriculture. Chaque année, 22 000 enfants meurent d'accidents du travail, la plupart dans l'agriculture.

Le travail des enfants est bon marché, car leurs parents ne gagnent pas suffisamment pour subvenir aux besoins de la famille ou pour les envoyer à l'école. Les enfants dans l'agriculture travaillent souvent 10 heures et gagnent moins d'un dollar par jour.

Améliorer les conditions

Le rapport reproche aux gouvernements, aux agences de développement, aux instituts scientifiques et de recherche, aux établissements de crédit et à la plupart des institutions de la société civile d'ignorer la situation désespérée des ouvriers agricoles malgré le fait qu'ils jouent un rôle important dans l'agriculture et le développement rural durables et la sécurité alimentaire.

Le texte met l'accent sur la contribution des salariés agricoles et de leurs syndicats au développement agricole et rural durable. Il suggère comment les conditions de vie et de travail pourraient être améliorées.

Le rapport appelle au lancement et à la promotion d'un programme d'action pour des conditions de travail justes et décentes dans l'agriculture et à l'application des principes fondamentaux et des droits du travail de l'OIT. La FAO et les autres agences devraient reconnaître les ouvriers agricoles comme un groupe distinct des agriculteurs et devraient coopérer avec eux et leurs syndicats.

Enfin, les ouvriers agricoles et leurs syndicats devraient recevoir un soutien politique, technique et financier plus fort afin de leur permettre de jouer un rôle plus important dans la promotion de l'agriculture durable. Les stratégies de réduction de la pauvreté devraient mettre aussi l'accent sur les opportunités de création d'emploi rural et l'amélioration des conditions de travail dans les zones rurales.

(*) Les ouvriers agricoles et leurs contributions dans l'agriculture durable et le développement rural.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616



Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616

11802/FAO photo

Des millions de travailleurs agricoles vivent dans la misère

FAO/A. Proto

La plupart des ouvriers agricoles ne possèdent pas la terre ni les outils de travail

 

FAO/J. Spaull

Le nombre des femmes employées dans l'agriculture est en augmentation rapide

FAO/H. Wagner

Les enfants sont exploités: ils travaillent souvent 10 heures pour moins d'un dollar par jour

envoyer cette page
La plupart des 450 millions d'ouvriers agricoles salariés vivent dans des conditions dramatiques
Faim et pauvreté sont leur lot quotidien, selon un rapport FAO-OIT-UIT
6 octobre 2005 - La plupart des 450 millions d'ouvriers agricoles salariés dans le monde vivent dans des conditions dramatiques, faim et pauvreté étant leur lot quotidien.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS