FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Les agences des Nat…
Les agences des Nations Unies à Rome appellent à une action immédiate pour atteindre les Objectifs du Millénaire
Le rapport du Projet du Millénaire plébiscité
18 janvier 2005, Rome - Les trois agences des Nations Unies basées à Rome ont appelé aujourd'hui à une action immédiate des pays développés et en développement afin que les objectifs fixés lors du Sommet du Millénaire en 2000 soient réalisés.

"Les dirigeants et autres décideurs des pays pauvres doivent prendre les dispositions nécessaires pour assurer une bonne gouvernance et un développement économique sain. Pour sa part, la communauté internationale doit engager rapidement une action stratégique pour les soutenir", selon les responsables des trois agences.

La déclaration commune de M. Jacques Diouf, Directeur général de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), M. James Morris, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM) et M. Lennart Bage, Président du Fonds international pour le développement agricole (FIDA), a été faite à l'occasion du lancement à Rome du rapport du Projet du Millénaire.

Huit objectifs

Ce rapport couvre les huit Objectifs du Millénaire pour le Dévelopement, dont le premier d'entre eux porte sur l'engagement de réduire de moitié la proportion de la population vivant dans l'extrême pauvreté et la faim d'ici 2015. Cet objectif rejoint celui proclamé en 1996 lors du Sommet mondial de l'alimentation à Rome.

"Dans un monde où d'abondantes ressources peuvent produire une nourriture suffisante afin de nourrir tout le monde, l'extension de la faim est non seulement un outrage moral mais aussi la manifestation d'un échec collectif de la communauté mondiale dans la mise en place des politiques et des programmes avec une vision de long terme", souligne cette déclaration.

"Nous croyons que nous n'avons pas le choix, il faut atteindre ces objectifs. Le coût de l'inaction - en termes de vies ruinées, de croissance économique perdue et de ressources naturelles gâchées irrémédiablement - est tout simplement trop élevé. Plus de 1,2 milliard de personnes vivent toujours dans une extrême pauvreté aujourd'hui, soit un habitant de la planète sur cinq.

"Plus de 850 millions de personnes dans le monde souffrent d'une manière chronique de la faim - un nombre qui augmente actuellement après une décennie d'amélioration. Chaque année, plus de 5 millions d'enfants meurent de causes directement liées à la malnutrition."

Les directions des agences font remarquer que les trois quarts de ceux qui croupissent dans la pauvreté extrême, soit environ 900 millions de personnes, vivent en milieu rural et leurs moyens de subsistance dépendent de l'agriculture et d'activités liées.

Baisse constante de l'APD depuis 1988

"Pourtant, malgré cela, la part des dépenses publiques pour l'agriculture et le développement rural est loin d'être comparable avec l'importance de ce secteur dans les économies de nombreux pays en développement. L'aide publique au développement (APD) pour l'agriculture et le secteur rural a nettement diminué depuis 1988. Aujourd'hui, seulement 8 pour cent de l'aide bilatérale de l'APD est destinée au développement rural", selon les trois agences.

"La même chose peut être dite du manque d'investissements adéquats en matière de santé et de nutrition, de croissance de revenus parmi les plus pauvres et des filets de sécurité appropriés pour protéger les personnes (et les investissements productifs) contre les chocs comme la sécheresse, les inondations et la famine", poursuit la déclaration.

Une attention insuffisante a été accordée aux besoins des paysans qui possèdent de petites parcelles, particulièrement aux femmes paysannes qui représentent la majorité de ces derniers. "Elles s'occupent des plus pauvres et des plus affamés, et pourtant bien souvent on leur dénie le droit d'accéder aux ressources comme la terre, l'eau, le crédit et le marché."

Les paysans des pays pauvres éprouvent des difficultés pour rester compétitifs lorsqu'ils vendent leurs produits sur des marchés envahis par des produits à bas prix grâce aux subventions accordées aux producteurs dans les pays riches.

Une double stratégie

Les trois agences ont recommandé une double stratégie pour combattre la faim et la pauvreté:

- "D'une part, chercher à créer une économie dynamique où les individus puissent subvenir à leurs besoins, où ils puissent disposer d'un logement et des installations pour une croissance durable à long terme, en incluant l'amélioration des infrastructures, une gestion saine des ressources naturelles et un meilleur accès au travail, à l'éducation, à la terre, à l'eau, au crédit et aux services sociaux. Cela implique des investissements pour accroître la productivité dans le secteur financier rural, les services publics et les marchés ainsi que des réformes politiques majeures."

- "D'autre part, une aide directe, durable et bien ciblée est souvent nécessaire pour nourrir les bouches qui ont faim aujourd'hui, prévenir les maladies, envoyer les enfants à l'école, reconstruire les infrastructures détruites par les conflits armés et sauver les ressources naturelles érodées par des générations de surexploitation."

La déclaration souligne que seulement une petite fraction de l'APD soutient directement l'alimentation et la nutrition, une proportion insuffisante pour les interventions ciblés nécessaires dans les zones rurales qui pourraient sauver des vies humaines et procurer des moyens d'existence.

Les directions des trois agences ont exprimé leur inquiétude quant à la conclusion du rapport selon laquelle de nombreux pays, la majorité en Afrique subsaharienne, prennent du retard dans leurs tentatives d'atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement.

La déclaration ajoute: "Néanmoins, les trois agences basées à Rome réaffirment que les Objectifs du Millénaire pour le développement peuvent être réalisés d'ici 2015, si les pays en développement et le monde développé engagent ensemble une action immédiate."

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

envoyer cette page
Les agences des Nations Unies à Rome appellent à une action immédiate pour atteindre les Objectifs du Millénaire
Le rapport du Projet du Millénaire plébiscité
18 janvier 2005 - Les trois agences des Nations Unies basées à Rome ont appelé aujourd'hui à une action immédiate des pays développés et en développement afin que les objectifs fixés lors du Sommet du Millénaire en 2000 soient réalisés.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS