FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Des investissements…
Des investissements stratégiques pour l'eau, l'agriculture et les écosystèmes sont nécessaires pour réduire la pauvreté et la faim
Message de la FAO à la Conférence internationale sur l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes
31 janvier 2005, La Haye - Investir dans l'agriculture et les écosystèmes des pays pauvres est essentiel pour réduire de moitié le nombre de sous-alimentés d'ici à 2015, a déclaré aujourd'hui, à La Haye, M. David Harcharik, Directeur général adjoint de la FAO.

Des investissements stratégiques dans l'agriculture pluviale et irriguée sont requis de toute urgence pour produire plus avec moins d'eau dans les pays qui souffrent de faim et de malnutrition, a souligné M. Harcharik dans le message adressé aux participants à la Conférence internationale FAO/Pays-Bas sur l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes par M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO.

Selon les dernières estimations de la FAO, environ 852 millions de personnes souffraient de faim et de sous-alimentation chronique dans le monde au cours de la période 2000-2002.

Plus de 30 ministres et quelque 500 délégués de 140 pays participent à la Conférence de La Haye (31 janvier-4 février 2005).

"L'eau, l'agriculture et les écosystèmes sont trois aspects de notre bien-être mondial; ils sont tellement liés qu'ils sont devenus critiques pour nos moyens d'existence, pour le développement durable et pour la stabilité politique", a ajouté M. Harcharik. "Ces aspects méritent que l'on accorde plus d'attention à leur signification et à leur compréhension."

Les investissements destinés à augmenter la productivité de l'eau pour l'agriculture de subsistance ou pour les cultures à haute valeur ajoutée ne devraient pas provoquer une dégradation irrémédiable des précieuses ressources en eau et des écosystèmes qui leur sont liés, a-t-il poursuivi.

Ecosystèmes uniques

Les investissements devraient également prendre en compte les écosystèmes uniques et complexes, qui sont vitaux pour la biodiversité, la pêche, le tourisme, l'agriculture, l'élevage et les produits de la forêt.

Les investissements dans l'agriculture devraient cibler une plus grande diversification de produits à valeur ajoutée qui tienne compte des limites des ressources locales.

En Afrique, par exemple, il convient de mettre davantage l'accent sur la diversification des stratégies: cultures mixtes pluviales, systèmes culturaux, collecte des eaux doivent aller de pair avec l'agriculture irriguée. En Asie, à côté des méthodes traditionnelles d'aménagement et de contrôle hydrique des sols, la diversification consisterait à améliorer l'aquaculture et la biodiversité.

Il convient également d'accorder plus d'attention à la compatibilité entre la gestion des écosystèmes et les moyens d'existence soutenus directement par les produits et services procurés par ces mêmes écosystèmes.

Dans le message de M. Diouf, lu par M. Harcharik, le Directeur général de la FAO lance un appel en faveur de plans de développement stratégiques et durables de l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes en vue d'atteindre un équilibre entre les écosystèmes naturels et les fonctions de production agricole dans les bassins fluviaux.

"Il est important de conserver le statut et la productivité inhérente des écosystèmes naturels et de les laisser respirer autant que possible en gardant à l'esprit les inévitables pressions exercées sur les sols et l'eau par l'accroissement démographique et la croissance des revenus", poursuit le message.

L'agriculture et les écosystèmes naturels sont de loin les plus gros consommateurs de l'eau douce de la terre et ces deux secteurs sont de plus en plus en concurrence face à des ressources en eau souvent rares.

Réconcilier leurs besoins respectifs en ressources naturelles et réaliser l'équilibre entre les écosystèmes naturels et la production agricole de nos bassins fluviaux est une tâche éminemment délicate, souligne le message.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616 (portable)

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616 (portable)

FAO/20903/K. Pratt

Reconversion d'une ferme lao de la culture du riz à l'aquaculture

FAO

D'importants investissements en faveur de l'agriculture pluviale et irriguée permettraient de produire plus avec moins d'eau

FAO

L'agriculture et les écosystèmes naturels sont les plus gros consommateurs de l'eau douce de la planète

envoyer cette page
Des investissements stratégiques pour l'eau, l'agriculture et les écosystèmes sont nécessaires pour réduire la pauvreté et la faim
Message de la FAO à la Conférence internationale sur l'eau pour l'alimentation et les écosystèmes
31 janvier 2005 - Investir dans l'agriculture et les écosystèmes des pays pauvres est essentiel pour réduire de moitié le nombre de sous-alimentés d'ici à 2015.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS