FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Influenza aviaire :…
Influenza aviaire : une menace constante susceptible de s'aggraver
Les pays infectés doivent intensifier le contrôle et accorder une plus grande importance aux questions de santé animale
1er février 2005, Rome- La nouvelle vague de foyers d'influenza aviaire au Viet Nam et en Thaïlande montre clairement que le virus grippal reste endémique en Asie et que les pays infectés doivent intensifier leurs actions pour le contrôler. Les expériences récentes indiquent qu'il pourrait être impossible d'éradiquer le virus à brève échéance, soulignent la FAO et l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE) dans un communiqué conjoint.

"La maladie restera présente pendant plusieurs années dans les pays qui ont eu des foyers en 2004", indiquent les deux organisations.

"L'influenza aviaire est une maladie à combattre en toute priorité et qui se propage au-delà des frontières. Elle a des sérieuses implications sur la santé publique et la santé animale dans les pays touchés", affirment la FAO et l'OIE.

"La communauté internationale doit être consciente que certains pays pauvres de l'Asie où circule le virus de la grippe aviaire ont besoin d'un soutien accru pour intensifier les mesures de précaution et limiter les risques associés à la maladie."

Contrôler à la source

Le défi principal est de réussir à contrôler l'influenza aviaire à la source dans les pays infectés et d'arrêter sa propagation éventuelle à d'autres régions.

"La bataille contre la grippe aviaire ne peut être gagnée que par une intensification des efforts et par un accroissement des ressources visant à maîtriser le virus chez les animaux dans les zones rurales", selon la FAO et l'OIE.

Les oiseaux aquatiques, notamment les canards, sont considérés comme un réservoir d'infection. Il convient de réduire considérablement la possibilité de transmission du virus à partir des canards élevés sur des parcours marécageux, aux unités de production de volailles dans les villages ou dans les exploitations de type industriel.

Des mesures de biosécurité très rigoureuses doivent être appliquées tout au long de la chaîne de production, depuis les fermes et les petites exploitations jusqu'aux circuits de distribution, aux marchés et aux magasins de vente au détail.

La FAO et l'OIE estiment que pour mieux maîtriser l'épidémie de grippe aviaire, des pays infectés comme le Viet Nam et la Thaïlande ont besoin de l'aide de la communauté internationale.

Cette aide est indispensable pour leur permettre de renforcer les moyens des services vétérinaires et mettre en place des stratégies de contrôle efficaces, basées sur une meilleure biosécurité, des systèmes de production plus modernes et, si nécessaire, la vaccination.

Depuis février 2004, les bailleurs de fonds ont contribué à hauteur de 18 millions de dollars environ à la mise en oeuvre d'actions d'urgence et à l'amélioration des capacités institutionnelles et techniques des pays touchés. Cependant, des ressources beaucoup plus importantes doivent être allouées dans les meilleurs délais.

La FAO et l'OIE alertent la communauté internationale sur le fait que le désastre du tsunami pourrait peut-être aggraver la situation de la grippe aviaire en Asie, du fait du déplacement de volailles à grande échelle.

Une mission de la FAO sera dépêchée cette semaine en Indonésie, au Sri Lanka et aux Maldives afin d'évaluer les pertes subies par le secteur de l'élevage et définir les besoins de la réhabilitation.

Une conférence régionale FAO/OIE sur l'influenza aviaire hautement pathogène se tiendra à Ho Chi Minh-Ville, au Viet Nam, du 23 au 25 février 2005, pour évaluer la situation de la grippe aviaire et les actions de contrôle à mettre en oeuvre sur place.

Une Conférence internationale, réunissant les meilleurs scientifiques et experts mondiaux en matière de contrôle de cette maladie, se tiendra les 7 et 8 avril 2005 au siège de l'OIE, à Paris. La conférence sera organisée conjointement par la FAO et l'OIE, avec la collaboration de l'OMS.

Cet événement permettra de disposer de l'information scientifique la plus récente sur les méthodes de contrôle de l'influenza aviaire, en vue de proposer de nouvelles lignes directrices internationales pour mieux combattre la maladie chez les animaux.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616 (portable)

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 25 23 616 (portable)

Bureau des relations avec les médias, FAO
media-office@fao.org
(+39) 06 570 53625

FAO/Hoang Dinh Nam

Contrôle de volailles dans un marché au Viet Nam

envoyer cette page
Influenza aviaire : une menace constante susceptible de s'aggraver
Les pays infectés doivent intensifier le contrôle et accorder une plus grande importance aux questions de santé animale
1er février 2005 - La nouvelle vague de foyers d'influenza aviaire au Viet Nam et en Thaïlande montre clairement que le virus grippal reste endémique en Asie et que les pays infectés doivent intensifier leurs actions pour le contrôler, soulignent aujourd'hui la FAO et l'Organisation Mondiale de la Santé Animale (OIE)dans un communiqué conjoint.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS