FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2005 :: Les donateurs ont p…
Les donateurs ont promis environ 20,5 millions de dollars en réponse à l'appel pour le Tsunami
La FAO : un rôle clé de coordination pour aider à reconstruire les moyens d'existence
16 février 2005, Rome - Deux mois après le tsunami, la FAO a annoncé aujourd'hui avoir reçu des engagements fermes de la part des donateurs pour un montant d'environ 20,5 millions de dollars afin de financer l'aide au rétablissement rapide pour des millions de pêcheurs et de paysans touchés par la catastrophe.

Un soutien beaucoup plus important sera nécessaire pour aider à reconstruire les secteurs de la pêche et de l'agriculture dont dépendent pour leurs moyens d'existence la majorité des personnes appartenant aux communautés les plus durement frappées.

Pour la seule Indonésie, les dommages et les pertes causés à l'agriculture, à la pêche, aux entreprises agro-alimentaires, à l'irrigation et aux systèmes de contrôle des inondations, et à l'environnement sont évalués à près de 1,3 milliard de dollars.

Le défi est d'assurer que cette réponse sans précédent des donateurs envers toutes les agences sera utilisée de manière coordonnée et optimale.

Coût initial modeste

Jusqu'à maintenant, la FAO a reçu plus de 11 millions de dollars en liquide en réponse à l'appel initial lancé de 29 millions de dollars. Un montant additionnel de 9,5 millions de dollars de financements a été officiellement confirmé et la FAO a dégagé 1,5 million sur ses propres ressources.

« L'appel initial de la FAO était modeste, basé sur l'information disponible à ce moment là », a souligné Richard China, coordonnateur des activités de réhabilitation de la FAO, basé à Rome. « L'accent a été mis sur le remplacement et la réparation des moyens de production, les moyens d'existence ne disposant pas habituellement de fonds suffisants pour faire face aux catastrophes ».

Les priorités immédiates couvertes par l'appel comprenaient la coordination et l'assistance technique, la fourniture d'équipements de pêche et le remplacement des bateaux, la réhabilitation et le réapprovisionnement des bassins de pisciculture, une réhabilitation rapide des ports, des ancrage et des équipements de stockage et de conditionnement, mais aussi la fourniture de semences, d'outils et d'intrants agricoles, la réparation des infrastructures d'irrigation et de drainage et l'assainissement des terres cultivables affectées par l'inondation d'eau salée.

Une coordination efficace

Compte tenu des énormes contributions des donateurs privés et publics en réponse à la catastrophe (selon les estimations de l'Onu, plus de 5,5 milliards de dollars pour les Nations Unies et les organisations non gouvernementales), de l'étendue de la dévastation et de la complexité des problèmes à gérer, le besoin de coordination et d'assistance technique est devenu un point crucial pour éviter une surabondance d'aide inappropriée et fragmentée, a souligné Richard China.

En conséquence, les gouvernements des pays touchés par la catastrophe et un certain nombre de donateurs ont demandé à la FAO de prendre la direction pour assister les gouvernements dans la coordination de la planification pour la réhabilitation des secteurs de l'agriculture et de la pêche - un appel repris par le Groupe des 77 et le Commissaire européen de la pêche, qui ont demandé expressément à la FAO de prendre la tête de la coordination de la réhabilitation de l'industrie de la pêche dans la région.

La route du rétablissement

Déjà, la FAO a déployé, dans les pays touchés par la catastrophe, une équipe de 70 experts internationaux et régionaux dans le domaine de la pêche et de l'agriculture.

Les experts de la FAO travaillent avec les gouvernements et les autorités locales pour fournir directement une aide quand cela est possible, mais aussi pour élaborer une réponse à moyen et long terme et aider les pays touchés à se redresser.

Les engagements opportuns et flexibles de l'Allemagne, de la Norvège, du Royaume uni, au nouveau fond spécial de la FAO pour les activités d'urgence et de réhabilitation a permis à la FAO de rapidement envoyer des experts pour aider les gouvernements à évaluer les dommages et pour lancer la planification et la coordination de la reconstruction sans avoir à préparer et négocier des propositions de projets détaillés.

D'autres donateurs ont déjà déboursé ou confirmé leurs contributions en faveur des efforts de réhabilitation de la FAO dans la région, dont l'Italie, le Japon, la Belgique, la Chine, le Canada et Palau. Les négociations avec d'autres contributeurs se poursuivent.

Les approvisionnements sont en cours dans plusieurs pays, notamment en Indonésie, aux Maldives et au Sri Lanka, où la FAO vient tout juste de d'acheminer sa première livraison d'équipements de réparation de bateaux et des pièces de rechange pour moteurs, ainsi que des équipements de test de salinité du sol, des outils, des pulvérisateurs portatifs et des pompes pour l'irrigation. Des plans d'approvisionnement ont aussi été établis pour les semences et les outils pour la saison des semences en mars-avril.

En Indonésie, où les destructions et les pertes en vies humaines ont été les plus importantes, de nombreux survivants ont été trop traumatisés pour pouvoir penser à la reconstruction.

« Face à un ensemble complexe de problèmes, le tout lié à un traumatisme, beaucoup de familles ne sont pas capables ou ne souhaitent pas reprendre les activités qu'elles avaient avant la catastrophes », a affirmé M. China. « L'inondation des sols par l'eau salée peut empêcher les agriculteurs de cultiver leurs terres pour une ou plusieurs saisons ou les forcer à adopter des cultures et des variétés plus tolérantes au sel. Les droits de propriété sont menacés, et particulièrement pour les veuves et les orphelins. Aussi, il est nécessaire d'envisager des moyens d'existence alternatifs.

Mais, a-t-il ajouté l'effort de reconstruction peut aider les personnes à sortir de cette catastrophe dans de meilleures conditions qu'elles ne l'étaient auparavant. « Il y a un large consensus sur le fait que la catastrophe fournit une opportunité pour rendre plus forts les survivants, pour investir en améliorant, pour concevoir des options de moyens d'existence plus diverses et plus durables afin de ne pas reconstruire la pauvreté qui existait auparavant », a-t-il déclaré.

Contact:
Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

Contact:

Teresa Buerkle
Chargée d'information, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+39) 06 570 56146

FAO/J. Toye

Un bateau de pêche échoué sur les ruines d'un bâtiment d'un centre commercial de la ville de Banda Aceh, en Indonesie

envoyer cette page
Les donateurs ont promis environ 20,5 millions de dollars en réponse à l'appel pour le Tsunami
La FAO : un rôle clé de coordination pour aider à reconstruire les moyens d'existence
16 février 2005 - La FAO a annoncé aujourd'hui avoir reçu des engagements fermes de la part des donateurs pour un montant d'environ 20,5 millions de dollars afin de financer l'aide au rétablissement rapide pour des millions de pêcheurs et de paysans touchés par la catastrophe.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS