FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Préoccupation pour …
Préoccupation pour les bananes sauvages
La FAO souhaite relancer la recherche
3 mai 2006, Rome - La disparition de variétés de bananes sauvages en Inde, premier producteur mondial, préoccupe la FAO dont les préoccupations pour la biodiversité génétique remontent à plusieurs décennies.

La première session de l’Organe directeur du Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture se tiendra du 12 au 16 juin 2006 à Madrid. Ce traité, négocié sur plusieurs années, est entré en vigueur en 2004 sous les auspices de la FAO.

L’Inde affiche une production annuelle de 16,8 millions de tonnes, soit plus de 20 pour cent de la production mondiale qui a atteint 72,6 millions de tonnes en 2005.

Mais la surexploitation et la disparition des forêts dues à la fois à l’empiètement sur les terres agricoles, à l’abattage, aux cultures sur brûlis et à l’urbanisation provoquent la perte d’espèces de bananes sauvages qui existaient en Inde depuis des milliers d’années.

Au bilan des pertes, on trouve les ancêtres de la variété Cavendish, la banane-dessert à la chair pulpeuse, qui assure actuellement la quasi-totalité du commerce mondial, soit près de 20 millions de tonnes par an.

La banane plantain – qui est consommée cuite, frite ou bouillie – est un aliment de base pour 400 millions d’habitants du monde en développement. Les bananes servent aussi à fabriquer des fibres ou de la bière. En Inde, elles jouent un rôle important dans la médecine traditionnelle.

La banane est le fruit le plus exporté au monde et le quatrième produit alimentaire par ordre d’importance en valeur de production, après le riz, le blé et le maïs.

Préserver la biodiversité

“Le sous-continent indien a apporté une grande contribution à la base génétique mondiale des bananes”, explique l’expert de la FAO NeBambi Lutaladio.

“Mais la destruction de l’écosystème pourrait avoir fait disparaître de multiples sources de gènes précieuses.

“Ceci pourrait être à l’origine de graves problèmes, car les bananes, et en particulier les variétés commerciales, ont un pool génique limité et sont extrêmement vulnérables aux ravageurs et aux maladies”.

Dans les années 50, la variété commerciale dominante de l’époque, Gros Michel, a été détruite par la maladie de Panama. C’est alors que la banane Cavendish, qui avait résisté à la maladie, fut introduite.

M. Lutaladio a fait remarquer, toutefois, que les petits agriculteurs du monde entier cultivent une vaste gamme de bananes qui ne craignent pas les maladies qui menacent actuellement les bananes commerciales.

Exploration

Parmi les espèces disparues en Inde figure une variété qui a conféré une résistance génétique à la redoutable maladie de la Sigatoka noire, un champignon qui avait dévasté des plantations entières en Amazonie et ailleurs. Il ne reste qu’un clone de l’espèce (nom scientifique: Musa acuminata, spp. burmannicoides), conservé au Jardin botanique de Calcutta.

La FAO préconise une étude systématique des habitats forestiers restants des bananes sauvages, qui se trouvent dans certaines des régions les plus reculées de l’Inde et dans les jungles de l’Asie du Sud-Est. Cela permettrait d’évaluer les dégâts et de répertorier le nombre et les types d’espèces sauvages survivantes.

Selon la FAO, les efforts de conservation doivent cibler un meilleur aménagement des terres par les populations locales alors que la recherche doit se concentrer sur l’utilisation élargie des bananes sauvages dans les programmes de sélection.

Historiquement, c’est Alexandre le Grand qui aurait le premier contribué à la diffusion de la banane après en avoir apprécié la saveur et les qualités nutritives lors de son invasion de l’Inde en 327 avant J.C.

Le mot “banane” est dérivé de l’arabe banan, qui signifie doigt. Les négociants arabes ont introduit la plante en Afrique, alors que les Portugais l’ont fait connaître dans les Caraïbes et en Amérique latine.

Contact :
Christopher Matthews
Relations médias, FAO,
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

Contact:

Christopher Matthews
Relations médias,FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

FAO/17261/L. Withers

Bananes sauvages en Inde

envoyer cette page
Préoccupation pour les bananes sauvages
La FAO souhaite relancer la recherche
3 mai 2006 - La disparition de variétés de bananes sauvages en Inde, premier producteur mondial, préoccupe la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS