FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Les ressources phyt…
Les ressources phytogénétiques, clé de la sécurité alimentaire
L’organe directeur du Traité international se réunit pour la première fois
8 juin 2006, Rome - Le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture constitue un pas décisif en vue de garantir la sécurité alimentaire de l’humanité et peut être considéré comme un événement historique pour la coopération Nord-Sud, souligne la FAO à la veille de la première réunion des pays signataires de cet accord passé sous les auspices de l’ONU.

Négocié par les Etats Membres de la FAO, le Traité est un instrument juridiquement contraignant entré en vigueur en juin 2004 au terme d’un long processus entamé dans les années 1970. Son objectif est la sauvegarde de la diversité génétique des plantes cultivées: un patrimoine d’une importance vitale pour les générations futures et dont on estime que les trois quarts ont été perdus durant le siècle dernier.

Tout au long de l’histoire, le genre humain a utilisé environ 10 000 espèces végétales pour se nourrir. Toutefois, un peu plus de cent espèces seulement forment aujourd’hui la base de notre alimentation du fait de l’introduction d’un nombre réduit de variétés commerciales modernes et très uniformes.

La première réunion de l’organe directeur du Traité aura lieu à Madrid (Espagne) du 12 au 16 juin 2006. Participeront aux travaux tous les pays ayant ratifié le Traité – actuellement une centaine suite à la récente adhésion de l’Iran et du Brésil. Il s’agit d’un événement important puisqu’il doit permettre de développer les mécanismes qui rendront possible l’application du texte.

Les participants à la réunion de Madrid discuteront également d’autres aspects importants pour le futur du Traité, notamment la stratégie financière, l’accès aux ressources phytogénétiques et les avantages découlant de leur utilisation.

En parallèle se tiendra le 13 juin 2006 une réunion ministérielle dont on espère qu’elle débouchera sur un message politique exhortant toutes les parties concernées à garantir les ressources humaines et financières nécessaires à la mise en œuvre du Traité, notamment dans les pays en développement. En effet, un des aspects les plus remarquables de cet accord est son universalité qui suppose une coopération étroite Nord-Sud.

Importance du Traité

“Cet accord international ne garantit pas seulement la conservation et l’utilisation durable des ressources phytogénétiques, mais également la répartition juste et équitable des bénéfices qui découlent de leur utilisation, y compris les gains d’ordre pécuniaire provenant de leur commercialisation.

“Pour la première fois, les droits des agriculteurs sont reconnus sur la base du fait que ce sont les petits agriculteurs traditionnels de toutes les régions du monde qui ont le plus contribué, tout au long des millénaires, au développement de la diversité biologique agricole et qui continuent à en être, aujourd’hui, les principaux gardiens”, affirme M. José Esquinas Alcázar, Secrétaire, depuis 1983, de la Commission des ressources génétiques pour l’alimentation et l’agriculture de la FAO (forum intergouvernemental ayant négocié le Traité).

Les ressources génétiques constituent la matière primaire permettant aux agriculteurs et aux scientifiques de développer de nouvelles variétés qui aideront l’humanité à relever des défis (maladies des plantes, changement climatique) et à enrichir son alimentation.

La FAO considère que le Traité est essentiel pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement, notamment le premier (éradication de la pauvreté extrême et de la faim) et le septième (garantir la durabilité de l’environnement).

Interdépendance

Le Traité établit un système multilatéral d’accès et de distribution des bénéfices, qui facilite l’accès des parties contractantes aux ressources phytogénétiques, tout en assurant la distribution des bénéfices au niveau multilatéral. Ce système s’applique à une liste de 64 espèces végétales choisies en fonction de critères de sécurité alimentaire et d’interdépendance.

A cet égard, citons le blé, le riz, la pomme de terre et le maïs qui sont des aliments de base pour une grande partie de la population mondiale. La distribution des bénéfices vise particulièrement à offrir aux pays en développement les outils et les ressources nécessaires pour conserver et utiliser leurs ressources génétiques, qu’elles soient in situ ou ex situ (en dehors de leur milieu naturel).

“Aucun pays n’est autosuffisant en ressources génétiques agricoles. Selon la FAO, l’interdépendance moyenne des pays est de 70 pour cent et tous dépendent de la diversité génétique des plantes d’autres pays ou régions pour garantir la sécurité alimentaire de leurs populations respectives”, indique M. Esquinas.

La majeure partie de la diversité biologique se trouve dans les zones tropicales et subtropicales, c’est-à-dire dans les pays en développement. Ainsi, plusieurs pays considérés pauvres sont, en réalité, riches en biodiversité, mais tous dépendent de la disponibilité et de l’échange constant des ressources phytogénétiques, en particulier les pays les plus développés. La coopération internationale dans ce domaine ne profite pas seulement à quelques nations mais à l’humanité tout entière.

“La biodiversité agricole est un héritage des générations qui nous ont précédées. Une fois perdu, le matériel génétique est irrécupérable. Nous avons l’obligation morale de le transmettre intact aux générations futures. Un devoir moral que le Traité transforme en obligation juridique”, souligne M. Esquinas.

Contacts:

Germán Rojas
Relations médias, FAO
german.rojas@fao.org
(+39) 348 870 46 41

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 346 24 54 905

Contact:

Iñigo Alvarez
Relations médias, FAO
inigo.alvarez@fao.org
(+39) 346 24 54 905

Germán Rojas
Information Officer, FAO
german.rojas@fao.org
(+39) 348 870 46 41

FAO/13429/I. De Borhegyi

Il faut fournir aux pays en développement les moyens de conserver et d'utiliser leurs ressources génétiques

Documents

Fiches d'information sur les ressources génétiques en agriculture (en pdf)

Audio

Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, appelle à un meilleur partage des ressources mondiales pour combattre la faim dans le monde (2'20") (real)

Qualité broadcast, 1.127 Ko à télécharger (mp3)

FAO/20955/R. Faidutti

La biodiversité agricole est un héritage que nous avons le devoir de préserver

envoyer cette page
Les ressources phytogénétiques, clé de la sécurité alimentaire
L’organe directeur du Traité international se réunit pour la première fois
8 juin 2006 - Evénement historique pour la coopération Nord-Sud, le Traité international sur les ressources phytogénétiques pour l’alimentation et l’agriculture constitue un pas décisif en vue de garantir la sécurité alimentaire de l’humanité.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS