FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Nouvel accord sur l…
Nouvel accord sur la pêche en haute mer dans l’océan Indien
Fruit de négociations multilatérales à la FAO
12 juillet 2006, Rome – Après deux journées de négociations au siège de la FAO à Rome, la semaine dernière, six pays (Comores, France, Kenya, Mozambique, Nouvelle-Zélande et Seychelles) et la Communauté européenne ont signé un accord multilatéral sur l’aménagement des pêches dans une vaste zone de haute mer dans le sud de l’océan Indien.

L’Accord sur les pêches dans le sud de l’Océan indien (SIOFA) vise à garantir la conservation à long terme et l’utilisation durable des ressources halieutiques autres que le thon dans cette zone qui échappe à la compétence des juridictions nationales (voir illustration).

Un certain nombre d’actions concrètes seront prises conformément à cet accord, notamment:
  • la mise en place de mécanismes efficaces de suivi des pêches dans la zone du SIOFA;
  • des rapports annuels sur les opérations de pêche, notamment les quantités de poissons capturés et rejetés;
  • l'inspection des navires en visite dans les ports des parties à l'Accord pour vérifier leur conformité aux règlements SIOFA, et le refus des privilèges de débarquement et de déchargement à ceux qui ne les respectent pas.
D'autres mesures conjointes incluent des études périodiques sur l’état des stocks ichtyques et l’impact de la pêche sur l’environnement, des mesures communes d’aménagement et de conservation, et des règles autorisant les Etats membres à décider quels opérateurs sont habilités à pêcher dans le secteur SIOFA.

Un grand pas en avant

M. Jean-François Pulvenis de Séligny, du Département des pêches de la FAO, a souligné l'importance de cet Accord le qualifiant de grand pas en avant dans le processus d'établissement de nouvelles organisations d'aménagement des pêches régionales ou de nouveaux arrangements pour couvrir des zones de haute mer où de telles organisations ou de tels arrangements n'existent pas encore.

Le SIOFA prendra place dans le réseau existant de commissions de pêche déjà établies dans la région, y compris la Commission du thon de l’océan Indien, et il coopérera avec ces organismes.

A la FAO, on espère que d'autres pays se joindront prochainement à l'Accord, soit en le signant soit par adhésion. Il entrera en vigueur lorsque la FAO, qui en est le dépositaire légal, aura reçu le quatrième instrument de ratification incluant au moins deux Etats côtiers.

La FAO est fermement engagée à appuyer la mise à exécution de cet Accord dont le succès ou l'échec dépendra principalement, en dernière analyse, selon M. Pulvenis, des efforts des parties contractantes, ajoutés à ceux de tous les partenaires concernés.

Rôle fondamental du secteur industriel

Parmi les partenaires, le rôle du secteur industriel est fondamental pour garantir la pêche responsable, plus particulièrement en haute mer où les années récentes ont été marquées par une augmentation des captures, y compris celles d'autres espèces que le thon qui sont pêchées à des profondeurs considérables.

La question de la pêche en eau profonde préoccupe au plus haut point la communauté internationale. Elle avait été soulevée lors de la dernière session du Comité des pêches de la FAO, en 2005.

De nombreuses initiatives importantes ont été prises pour garantir la pêche responsable dans ces zones, mais il convient de tabler également sur les efforts déployés dans ce sens par le secteur industriel, selon l'expert de la FAO Ross Shotton.

Contact:
Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 25 23807

Contact:

Pierre Antonios
Relations médias, FAO
pierre.antonios@fao.org
(+39) 06 570 53473
(+39) 348 252 3807

Courtoisie du Département des pêches et des océans du Canada

La zone de haute mer couverte par l'Accord d'aménagement

Une initiative de taille

A la suite de la cérémonie de signature de l’accord SIOFA, le Département des pêches de la FAO a accueilli un événement collatéral présenté par l’Association des pêcheurs de grands fonds du sud de l’océan Indien.

Les membres de cette Association, qui pêchent dans la zone de l’Accord depuis 1996, ont annoncé la fermeture volontaire de la pêche par leurs navires dans 11 zones de haute mer représentant 309 000 km2, soit une superficie égale à celle de la Norvège. Ces habitats benthiques protégés se traduiront par la conservation des coraux d’eau profonde et autre faune de fond.

L’Association a sélectionné des zones comprenant des habitats benthiques représentatifs d’un vaste secteur du sud de cet océan. Une grande partie de l’espace situé entre ces habitats benthiques est vierge, en ce sens qu’elle n’a pas été exploitée auparavant par les chaluts de fond.

Durant cet événement collatéral, M. Graham Patchell, auteur de la présentation, a expliqué les mesures d’aménagement conçues et mises en oeuvre par l’Association pour cette saison de pêche d’hiver. Il a cité notamment les méthodes acoustiques d’évaluation des stocks effectuées par des navires commerciaux et le recueil de données biologiques nécessaires pour les modèles de pêche et les activités d’évaluation des stocks.

M. Grimur Valdimarsson, chef de la Division des industries halieutiques de la FAO, a accueilli favorablement ces initiatives de l’industrie qui contribuent à la mise en application du Code de Conduite pour une pêche responsable de la FAO.

envoyer cette page
Nouvel accord sur la pêche en haute mer dans l’océan Indien
Fruit de négociations multilatérales à la FAO
12 juillet 2006 - Six pays et la Communauté européenne viennent de signer un accord multilatéral sur l’aménagement des pêches dans une vaste zone de haute mer dans le sud de l’océan Indien.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS