FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Les pays d’Amérique…
Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes tablent sur les plantations forestières
Persistance de taux élevés de déforestation
1er août 2006, Rome – D’ici à 2020, plus de 60 % de l’offre durable de bois en Amérique latine et aux Caraïbes proviendra des plantations forestières, ce qui permettra de garder intactes davantage de forêts naturelles.

Selon les prévisions de la FAO, parues récemment dans son Etude sur les perspectives du secteur forestier pour l’Amérique latine et les Caraïbes, les disponibilités annuelles potentielles de bois de plantations gérées dans une optique durable passeront de 303 à 480 millions de m3 entre 2003 et 2020, tandis que les approvisionnements des forêts naturelles devraient fléchir passant de 320 à 293 millions de m3 au cours de la même période.

La désaffection des forêts naturelles au profit des plantations pour l’offre de bois se justifie également par la limitation toujours plus rigoureuse de l’accès aux forêts naturelles et par des réglementations plus sévères en matière de gestion et d’utilisation des ressources naturelles.

Plantations forestières productives et compétitives

Dans la plupart des pays d’Amérique latine et des Caraïbes, des programmes intensifs de reboisement, pilotés par le secteur privé et soutenus par des programmes nationaux, se sont traduits par une forte productivité et par une bonne compétitivité des plantations forestières.

La plupart des plantations forestières appartiennent au secteur privé et sont de taille moyenne ou grande. Mais les grandes industries forestières gèrent aussi de plus en plus de petites plantations forestières en collaboration avec les communautés rurales auxquelles elles apportent leur savoir-faire et des stocks de semences améliorées. Elles les aident, en outre, à décrocher des parts de marché à long terme, rendant ainsi le bois des plantations compétitif.

“Plus le bois viendra des plantations, mieux les forêts naturelles en Amérique latine et aux Caraïbes seront conservées. C’est sans aucun doute une tendance positive”, affirme Olman Serrano, forestier principal de la FAO chargé de l’Etude sus-mentionnée.

Poursuite de la déforestation

Les plantations forestières devraient augmenter, passant de 13,1 millions d’hectares en 2005 à 17,3 millions d’hectares en 2020. Même si la majorité de l’offre de bois proviendra des plantations, on estime qu’en Amérique latine et aux Caraïbes les forêts naturelles reculeront de 924 à 881 millions d’hectares durant la même période. Les causes principales de cette déforestation, selon l’Etude, sont l’empiètement de l’agriculture et de l’élevage.

L’accroissement escompté de la population – de 520 millions d’habitants en 2004 à 620 millions en 2020 – et la croissance économique se traduiront vraisemblablement par une augmentation correspondante de la demande de produits forestiers, notamment le bois de feu et le charbon de bois pour les usages domestiques et industriels, ce qui devrait exercer une pression accrue sur les ressources forestières.

En revanche, toujours selon l’Etude, la forte sensibilisation écologique dans la région devrait stimuler l’expansion des zones protégées. De 1950 à 2000, les aires protégées sont passées de 17,5 millions à 386 millions d’hectares, soit près de 23 pour cent des zones protégées du monde entier. La FAO estime que cette tendance devrait se poursuivre.

Contact :
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39)06 57053259
(+39)348 2572921

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259
(+39) 348 257 2921

envoyer cette page
Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes tablent sur les plantations forestières
Persistance de taux élevés de déforestation
1er août 2006 – D’ici à 2020, plus de 60 % de l’offre durable de bois en Amérique latine et aux Caraïbes proviendra des plantations forestières, ce qui permettra de garder intactes davantage de forêts naturelles.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS