FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Les politiques hali…
Les politiques halieutiques, un puzzle complexe
Les plans d’aménagement ne devraient pas se limiter aux stocks de poisson
26 septembre 2006, Rome – Les ruissellements de pesticides des exploitations agricoles créent des zones mortes où les poissons ne peuvent pas survivre. Les tortues et les dauphins, pris accidentellement au piège des filets, meurent, de même que les poissons non destinés à la capture. L’érosion causée par la construction de complexes hôteliers sur les côtes détruit les lieux de ponte. Lorsqu’ils déchargent leurs eaux de ballast, les cargos introduisent des «envahisseurs» qui rivalisent avec la faune locale. La surpêche d’une espèce courante porte à l’effondrement d'autres espèces en amont de la chaîne alimentaire.

"La pêche, telle que nous l’entendons aujourd’hui, est beaucoup plus complexe qu’autrefois", affirme Serge Garcia, Directeur de la Division des ressources halieutiques de la FAO. "Des systèmes de pêche complexes sont affectés non seulement par la pêche, mais aussi par un vaste éventail d’activités humaines apparemment sans rapport, par des modifications des tendances de consommation mondiale, par le changement climatique, etc. En conséquence, une bonne gestion des pêches ne se limite plus uniquement à gérer des espèces de poisson ciblées".

"Il n’y a pas de réponse toute trouvée à la complexité de ces interactions", ajoute M. Garcia, "mais il nous faut clairement aborder les pêches d’une perspective plus ample et nous efforcer de créer des plans d’aménagement tenant compte des effets multiples de la pêche et de l'influence d’autres activités humaines et de l’environnement sur les stocks de poissons. Il ne suffit pas d’observer un petit fragment du puzzle".

Les experts appellent cela 'l’approche par écosystème” à l’aménagement des pêches. L’idée centrale est d’incorporer des éléments plus généraux dans les plans de gestion des pêches afin de promouvoir le bien-être non seulement des espèces ciblées mais de tout l’écosystème- y compris les communautés de pêcheurs. En même temps, il s’agit aussi de faire plus pour affronter les impacts que d’autres activités humaines ou phénomènes externes, comme le changement climatique, ont sur les écosystèmes marins et les populations ichtyques; le tout dans une optique participative, avec l’intervention des communautés concernées.

De la théorie à la pratique

Cette semaine, le Conseil nordique des ministres a rassemblé plus de 160 experts internationaux à Bergen (Norvège) pour étudier la mise en pratique des principes à l’origine de l’approche écosystémique dans l’aménagement des pêches.

La Conférence sur la mise en oeuvre de l’approche écosystémique dans les pêches (26-28 septembre) – organisée par le Conseil nordique des ministres en coopération avec la FAO et les gouvernements de Norvège et d’Islande – fait fonction de suivi à un sommet précédent sur le même thème tenu à Reykjavik (Islande) en 2001 et au Sommet mondial sur le développement durable de 2002 (SMDD) à Johannesburg (Afrique du Sud), où les pays avaient convenu de mettre en œuvre une approche par écosystème d’ici 2010 et de reconstituer les stocks halieutiques appauvris dans le monde d’ici 2015.

“L’aménagement écosystémique pour l’utilisation durable des ressources marines représente un outil important pour répondre aux engagements de Johannesburg”, selon Vidar Ulriksen, Secrétaire d'Etat du Ministère norvégien des pêches et des affaires côtières. “Nous estimons que la Conférence de Bergen est un grand pas en avant vers la gestion durable et écosystémique des pêches internationales”.

Selon les organisateurs de la Conférence, accélérer la mise en oeuvre de l’approche écosystémique pour atteindre les buts du SMDD demandera de redoubler d’efforts pour renforcer les capacités et les administrations des pêches, ainsi que la recherche et la coopération avec les autres agences et les partenaires concernés. Ces besoins sont particulièrement critiques dans le monde en développement où, ces dernières années, les capacités de recherche halieutique se sont affaiblies à mesure que la hausse des exportations de poisson commençait à mettre en grave difficulté les ressources locales.
Contact:
George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802

Contact:

George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802

Photo U.S. National Oceanic and Atmospheric Administration

Une bonne gestion des pêches doit prendre en compte l'ensemble de l'écosytème marin et ne pas se limiter à gérer des espèces de poisson ciblées

envoyer cette page
Les politiques halieutiques, un puzzle complexe
Les plans d’aménagement ne devraient pas se limiter aux stocks de poisson
26 septembre 2006 - Le Conseil nordique des ministres et les gouvernements norvégien et islandais ont organisé, en coopération avec la FAO, une réunion d’experts et de décideurs afin d’examiner les possibilités d’inscrire les questions d’environnement dans les plans gouvernementaux d’aménagement des pêches.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS