FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2006 :: Renaissance du sect…
Renaissance du secteur forestier libérien
Après 14 ans de guerre, le Libéria va adopter sa toute première politique forestière
5 octobre 2006, Rome – Le Libéria vient d'adopter sa première loi forestière, ouvrant une nouvelle ère pour le secteur forestier du pays après une longue période de mauvaise gestion et d’exploitation des ressources forestières qui ont servi à financer le conflit. La législation adoptée, que la FAO a contribuée à développer avec de nombreux partenaires internationaux à travers l’Initiative Forêt du Libéria, permettra la mise en œuvre de la toute première politique forestière du pays.

Entre 1989 et 2003, les revenus forestiers ont été utilisés pour financer le conflit armé au Libéria, obligeant le Conseil national de sécurité des Nations unies à imposer des sanctions sur les exportations de bois libérien en juillet 2003, et ce pendant trois ans.

Lorsque l’aide internationale pour une meilleure gestion des forêts a débuté en juin 2004, le secteur était en complète anarchie: pas de dirigeant expérimenté, faible compréhension de l’importance de la bonne gouvernance et incapacité de faire respecter les règles et les réglementations. Un système de concessions dénaturé, qui a conduit à des fraudes massives, a aussi dévasté le secteur. La FAO, chargée de relever les défis de la réforme et de la reconstruction, a aidé à préparer une politique forestière au Libéria en collaboration avec la Banque mondiale.

«La nouvelle politique forestière vise à maximiser les bénéfices du secteur forestier au profit des libériens et à mettre fin à l’utilisation des ressources forestières dans le but de financer des conflits», a indiqué Adrian Whiteman, qui travaille sur ce projet au département Forêts de la FAO. «L’Autorité de développement forestier du Libéria est maintenant en mesure de reprendre le pouvoir et la maîtrise des ressources forestières».

Couvrant 47 % de la superficie du pays, les ressources forestières du Libéria sont importantes pour l’économie du pays. A la fin des années 90, elles représentaient environ 20 % du produit intérieur brut (PIB) et plus de 50 % des recettes d’exportations.

La force de la nouvelle politique

Durant les années de guerre civile, les ressources et les structures forestières ont été détruites par une exploitation sauvage et l’expansion du commerce illégal des produits forestiers, sous la protection de milices privées armées. L’Autorité de développement forestier du Libéria, l’agence de supervision de la gestion des ressources forestières du pays, a été pillée et affaiblie et n’avait plus d’autorité pour faire respecter les règles et les lois.

La nouvelle politique forestière devra résoudre ces problèmes et rétablir un secteur forestier libérien en conformité avec les règles et les engagements internationaux.

La politique établit un équilibre entre les besoins des communautés, la préservation et les utilisations commerciales des forêts du Libéria pour produire une gamme de biens et services au profit de tous les libériens. Elle reconnaît l’importance de l’implication des communautés dans la foresterie, ce qui n’était pas le cas avant. Elle souligne l’importance de la bonne gouvernance. Son objectif est d’accorder un accès plus équitable aux ressources forestières afin de réduire les risques de conflits futurs. Cette politique devrait maximiser la contribution de la sylviculture au revenu, à l'emploi, au commerce et au développement national.

Reconstruire le secteur forestier

Avec de nombreux partenaires internationaux, la FAO travaille avec succès pour développer des autorités libériennes légitimes pourvues de personnels, de compétences et de moyens afin de restaurer le contrôle sur les ressources forestières dans le but de les gérer de manière durable.

La FAO soutient la collecte, l’analyse et la diffusion d’informations afin d’appuyer l’élaboration des politiques et la bonne gouvernance. Elle formera aussi de futurs opérateurs forestiers sur les bonnes pratiques d’exploitation en collaboration avec le Service américain des forêts et finalisera un code d’exploitation forestier, le tout premier au Libéria, basé sur le modèle du code de la FAO pour l’Afrique.

«Nous prévoyons de continuer à soutenir les autorités forestières libériennes, afin que leurs forêts puissent de nouveau être utilisées dans l’intérêt de tous les Libériens et pour réduire la pauvreté», a ajouté M. Whiteman.

Contact:
John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

Contact:

John Riddle
Relations médias, FAO
john.riddle@fao.org
(+39) 06 570 53259

envoyer cette page
Renaissance du secteur forestier libérien
Après 14 ans de guerre, le Libéria va adopter sa toute première politique forestière
5 octobre 2006 - Le Libéria vient d'adopter sa première loi forestière, ouvrant une nouvelle ère pour le secteur forestier du pays après une longue période de mauvaise gestion et d’exploitation des ressources forestières qui ont servi à financer le conflit.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS