FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2007 :: Un pont entre les p…
Un pont entre les peuples de montagne
Les autorités régionales européennes tendent la main aux plus démunis
20 juin 2007, Rome - Près d’un tiers des populations victimes d’insécurité alimentaire, soit plus de 245 millions de personnes, vit dans les zones montagneuses, guère touchées par le développement. Cependant, de plus en plus de régions de montagne d’Europe offrent ressources et expertise aux communautés montagnardes des pays en développement.

Les régions de montagne de France, d’Italie et d’Espagne travaillent avec les élus locaux et les collectivités des pays en développement, parfois à des milliers de kilomètres de distance.

La FAO a lancé un programme énergique de coopération décentralisée avec les administrations locales, en particulier en Italie, où dix accords ont été signés à différents niveaux, en France (huit accords) et en Espagne (deux accords); ces accords se traduiront par 18 projets opérationnels dans les zones les plus démunies du globe, pour une valeur totale de 13 millions de dollars.

L’accord avec la région de la Vallée d’Aoste, en Italie, porte sur la coopération en faveur du développement des zones de montagne dans les pays en développement; il est censé porter à des initiatives concrètes pour les habitants de ces territoires. Les problèmes généralement rencontrés dans les régions en développement sont, dans les zones de montagne, exacerbés par les rudes conditions climatiques, les difficultés de transport et d’accès et l’éloignement des centres urbains.

“Les montagnards ont un contact naturel entre eux en dépit des grandes distances et des différences de niveaux et de modes de vie”, explique le Directeur de la Division de la mise en valeur des forets à la FAO, José Antonio Prado.

La coopération décentralisée, ou l’action commune entre les groupes locaux des pays nantis et des pays pauvres grâce au partage de compétences et de pratiques traditionnelles, présente des avantages pour toutes les parties: elle offre aux plus démunis un accès aux ressources, à l’éducation, aux biens et aux services; elle ouvre aux partenaires plus riches des débouchés, grâce au développement de nouveaux produits comme les cafés gourmets, les plantes médicinales et aromatiques; et elle représente aussi un moyen de protéger les précieux réservoirs naturels d’eau douce et de biodiversité.

Quelques chiffres

Bien que couvrant un quart de la superficie émergée de la planète, les montagnes ne sont habitées que par 12 pour cent de la population mondiale, dont une grande partie souffre de sous-alimentation chronique. Et pourtant, les montagnes sont la source de la moitié des ressources en eau douce de la terre. Et dans les zones arides, jusqu’à 90 pour cent de l’eau douce provient des zones en altitude.

L’assistance à ces communautés pourrait s’avérer cruciale pour protéger et améliorer les disponibilités en eau douce, tout en réduisant le fossé économique grandissant entre les montagnards et les habitants des plaines.

En 2030, le secteur agricole aura besoin de 14 pour cent d’eau douce en plus pour répondre à la demande de la population mondiale qui devrait atteindre les 8,1 milliards de personnes.

Les montagnes sont aussi des réservoirs de diversité génétique qui contribuent à nourrir le monde. Mais aujourd'hui, elles sont menacées par le changement climatique, la surexploitation et la dégradation de l’environnement.

Rôle de la FAO

Une réunion sur la coopération décentralisée et la mise en valeur durable des montagnes et la signature d’un accord entre la FAO et la Vallée d’Aoste (respectivement les 20 et 22 juin) porteront sur les travaux de la FAO avec les autorités locales, ainsi que sur les efforts de jumelage entre les communautés montagnardes du Nord et du Sud.

Outre ses travaux dans divers domaines techniques comme l’aménagement des bassins versants, la sécurité alimentaire et l’amélioration des moyens d’existence, la FAO a lancé une initiative ciblée sur la promotion des politiques pour la mise en valeur des montagnes (projet ADRD-M).

La FAO accueille également le Secrétariat du Partenariat de la montagne, créé à la clôture de l’Année internationale de la Montagne en 2002, pour aider à améliorer les conditions de vie des montagnards et à protéger les territoires de montagne du monde entier. L’alliance est constituée de 47 pays, de 15 organisations intergouvernementales et de 82 groupes du secteur privé et de la société civile.

Le Programme des produits de la montagne sert à promouvoir toute une série de produits de qualité grâce aux financements du Gouvernement français et des contributions de l’Italie et du Royaume-Uni.

Contact:
Alison Small
Relations médias, FAO
alison.small@fao.org
(+39) 06 570 56292
(+39) 348 870 5221

Contact:

Alison Small
Relations médias, FAO
luisa.guarneri@fao.org
(+39) 06 570 56292
(+39) 348 870 5221

FAO/Aris Mihich

Les montagnes couvrent un quart de la superficie émergée de la planète

FAO/Aris Mihich

Les communautés des montagnes sont peu touchées par le développement

FAO/Aris Mihich

Les montagnards doivent faire face aux conditions climatiques et aux difficultés de transport et d'accès

envoyer cette page
Un pont entre les peuples de montagne
Les autorités régionales européennes tendent la main aux plus démunis
20 juin 2007 - De plus en plus de régions de montagne d'Europe offrent ressources et expertise aux communautés montagnardes des pays en développement.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS