FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Renforcement du con…
Renforcement du contrôle dans les ports pour contrecarrer la pêche illégale en Méditerranée
Déploiement d’une vaste palette de mesures de dissuasion
7 mars 2008, Rome - La Commission générale des pêches pour la Méditerranée (CGPM) a approuvé un nouveau plan régional de renforcement du contrôle étatique dans les ports pour contrecarrer la pêche illicite, non réglementée et non déclarée (INN).

Ce nouveau plan prévoit que les pays membres de la Commission désignent une liste de ports où les navires de pêche étrangers seront tenus d’accoster s’ils souhaitent débarquer, transborder ou traiter leurs prises, ou encore se ravitailler.

Les navires devront demander une autorisation d’accès à l’avance, en fournissant un certain nombre d’informations sur leurs activités et leur cargaison. De cette manière, l'accès sera refusé à tout navire suspect ou figurant sur les listes noires établies par d'autres organisations régionales de gestion de la pêche.

Inspections

En outre, 15 pour cent de tous les navires débarquant dans les ports désignés feront l’objet d’inspections, conformément aux règles établies par la CGPM.

La découverte d’activités INN entraînera, outre l’interdiction d’accès au port et l’inscription sur la liste noire de la CGPM, l'établissement d'un rapport qui sera adressé au pays d’origine du navire.

"Il s’agit d’un des mécanismes de contrôle par l’État du port les plus avancés en vigueur aujourd’hui", indique l'expert de la FAO Alain Bonzon, Secrétaire de la CGPM. "C’est un système parfaitement à jour qui tient compte de tous les travaux récents de la FAO sur la question des contrôles par l’État du port." (voir liens ci-contre pour plus d’infos sur ces travaux)

La Commission a également décidé de mettre sur pied un groupe de travail spécial pour étudier la faisabilité sur le plan technique de l'installation de systèmes de monitorage sur les navires des pays membres de la CGPM.

Ces systèmes transmettraient des données via satellite sur les activités des navires et constitueraient ainsi un outil puissant de lutte contre la pêche illicite, non réglementée et non déclarée.

Protection de l’espadon

En outre, la CGPM a adhéré à la recommandation récemment adoptée par la Commission internationale pour la conservation des thonidés de l’Atlantique (ICCAT) qui interdit la pêche de l’espadon de la Méditerranée du 15 octobre au 15 novembre 2008. Cela consolide une décision prise il y a dix ans par la CGPM et qui impose des restrictions sévères sur la pêche au filet maillant dérivant pour protéger justement cette espèce vulnérable.

Selon les estimations de stocks de la FAO, l’espadon de la Méditerranée est pleinement exploité ou surexploité, c'est-à-dire qu'il est pêché au-delà des niveaux soutenables.

* La CGPM a tenu sa session annuelle du 25 au 29 février 2008 au siège de la FAO, à Rome. Ses membres sont les suivants: Albanie, Algérie, Bulgarie, Chypre, Communauté européenne, Croatie, Égypte, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Japon, Liban, Libye, Malte, Maroc, Monténégro, Principauté de Monaco, Roumanie, Slovénie, Syrie, Tunisie et Turquie.

Contact:
George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802 (portable)

Contact:

George Kourous
Relations médias, FAO
george.kourous@fao.org
(+39) 06 570 53168
(+39) 348 141 6802

Ian L/Wikimedia commons/commons.wikimedia.org/wiki/Image:Swordfish_in_Ventimiglia.jpg

L'espadon de la Méditerranée se rencontre plus souvent sur les étals que dans la grande bleue

envoyer cette page
Renforcement du contrôle dans les ports pour contrecarrer la pêche illégale en Méditerranée
Déploiement d’une vaste palette de mesures de dissuasion
7 mars 2008 - La Commission générale des pêches pour la Méditerranée a approuvé un nouveau plan régional de renforcement du contrôle étatique dans les ports pour contrecarrer la pêche illicite, non réglementée et non déclarée.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS