FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Les agriculteurs af…
Les agriculteurs afghans durement touchés par un hiver rigoureux
Bétail décimé, flambées du carburant et des céréales
29 février 2008, Rome – Le froid extrême a dévasté le secteur de l’élevage afghan, foudroyant plus de 300 000 animaux depuis fin décembre et mettant à rude épreuve les moyens d’existence. Les prix élevés du carburant, de l’huile végétale et des céréales aggravent la vulnérabilité des ménages pauvres, en réduisant leur accès à la nourriture.

Il s’agit du plus rude hiver des trente dernières années. Plus de huit cent personnes ont péri et beaucoup d’autres, notamment des gardiens de troupeaux et leurs familles, ont été victimes de graves lésions dues au gel exigeant l’amputation, selon un récent rapport de la FAO.

Les vivres et les fournitures médicales s’épuisent car les zones reculées sont inaccessibles à cause des chutes de neige intenses. Les cultures d’hiver des zones les plus affligées ont gravement souffert, en particulier les légumes qui sont la source principale de nutrition durant les mois de soudure.

Situation préoccupante

“La situation est extrêmement préoccupante”, fait remarquer Samuel Kugbei, représentant par intérim de la FAO en Afghanistan. “Le bétail est une ressource vitale pour de nombreux ménages, dont la situation alimentaire est déjà précaire. Sans aide, elle risque de s’aggraver encore".

En collaboration avec le Ministère afghan de l’agriculture, de l’irrigation et de l’élevage, la FAO a distribué 20 tonnes d’aliments pour animaux à Hérat, une des provinces les plus durement frappées. La FAO fournit également 60 tonnes d’aliments concentrés aux éleveurs les plus touchés de la province de Bamyan.

L’Organisation des Nations Unies sollicite plus de 2 millions de dollars pour distribuer 1 500 tonnes supplémentaires d’aliments, de vaccins, de multi-vitamines et de traitements anti-parasitaires pour le bétail de 50 000 familles agricoles vulnérables. Jusqu’à présent, ECHO, le département d’aide humanitaire de la Commission européenne, a engagé plus de 500 000 dollars pour la livraison de 500 tonnes d’aliments concentrés.

Les besoins d’importations risquent de ne pas être couverts

Compte tenu des cours mondiaux élevés du blé et du faible pouvoir d’achat de la plupart des habitants, les besoins d’importations commerciales de blé, la principale denrée vivrière, qui s’élèvent à 550 000 tonnes cette année, auront du mal à être couverts. Les besoins d’aide alimentaire avaient été estimés à 100 000 tonnes de blé, mais ce chiffre pourrait nécessiter une révision à la hausse.

Les premières perspectives de la récolte du blé de 2008, actuellement en dormance, sont toutefois favorables. Selon la FAO, les fortes chutes de neige en janvier ont aidé à compenser les précipitations inférieures à la normale en début de saison. Les dégâts infligés au blé dans les zones durement frappées sont difficiles à évaluer à ce stade, car la plupart des cultures sont encore recouvertes de neige, explique la FAO.

Risques d’inondations

Avec la hausse des températures, la neige est en train de fondre rapidement en montagne, entraînant des risques de crues des principaux fleuves au printemps. La FAO collabore actuellement avec les autorités nationales de gestion des catastrophes, ses partenaires humanitaires et l'ONU dans le cadre d’un plan de prévention et d’intervention rapide en cas d’inondation.
Contact:
Teresa Buerkle
Relations médias, FAO
teresamarie.buerkle@fao.org
(+41) 22 917 27 70

Contact:

Teresa Buerkle
Relations médias, Genève
teresamarie.buerkle@fao.org
(+41) 22 917 27 70

FAO/5854/F. Botts

Les gardiens de troupeau ont particulièrement souffert des rigueurs de l'hiver

envoyer cette page
Les agriculteurs afghans durement touchés par un hiver rigoureux
Bétail décimé, flambées du carburant et des céréales
29 février 2008 – Le froid extrême a dévasté le secteur de l’élevage afghan, mettant à rude épreuve les moyens d’existence. Les prix élevés du carburant, de l’huile végétale et des céréales aggravent la vulnérabilité des ménages pauvres.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS