FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Renforcer les inves…
Renforcer les investissements publics dans l’agriculture grâce à la manne pétrolière
Allocution de M. Diouf à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient
4 mars 2008, Rome/Le Caire – Les revenus croissants du pétrole devraient inciter à l’accroissement des investissements dans l’agriculture au Proche-Orient, une région confrontée à l’insécurité alimentaire, la dégradation des terres, la pénurie d’eau, les maladies animales et les factures d’importations vivrières élevées, a déclaré aujourd’hui M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO.

“Les investissements agricoles, qu’ils soient de source intérieure ou extérieure, demeurent faibles dans la plupart des pays de la région”, a rappelé M. Diouf qui s’adressait à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient qui se tient au Caire du 1er au 5 mars 2008. “Au Proche-Orient, à l’instar d’autres régions en développement, l’aide extérieure globale en faveur de l’agriculture est en recul depuis 1995. Il est crucial que des politiques ambitieuses soient élaborées par les gouvernements pour renforcer la part de l’agriculture dans les dépenses totales.”

“Il est également souhaitable que les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui versent 17 pour cent de l’aide régionale au secteur agricole, renforcent leur soutien en affectant davantage de fonds au développement de l’agriculture”, a ajouté M. Diouf.

Selon la FAO, la faim et la malnutrition sont globalement en augmentation dans la région. Entre 1990-92 et 2002-2004, la prévalence de la faim est passée de 13 à 15 pour cent de la population, tandis que le nombre total de personnes sous-alimentées dans les 32 pays membres de la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient a atteint 104 millions de personnes, soit en augmentation de 33 millions.

Treize pays de la région sont actuellement confrontés à des situations de crise causées par les catastrophes naturelles, les conflits et les maladies animales transfrontières telles que la grippe aviaire et la fièvre aphteuse.

Les zones de conflit dans la région, notamment en Afghanistan, Irak, Somalie, Soudan, Palestine et Liban, sont “des motifs sérieux de préoccupation”, a déclaré notamment M. Diouf.

Face à l’ampleur et à la complexité de ces calamités, la FAO répond par des services d’appui technique et de coordination, la fourniture de semences et d’outils nécessaires au rétablissement de moyens d’existence fondés sur l’agriculture.

Les défis

L’agriculture au Proche-Orient doit relever des défis majeurs à moyen et long terme. L’eau représente le principal obstacle à l’augmentation de la production agricole dans la région, a noté M. Diouf.

“Avec moins de 2 pour cent des ressources en eau douce du monde contre 11 pour cent de la population, la sécurité alimentaire de la région est conditionnée par la possibilité d’obtenir plus de récolte par goutte d’eau. (…) Malgré une meilleure utilisation de l’eau et une irrigation plus efficace grâce aux avancées technologiques, les résultats restent insuffisants”, a encore dit le Directeur général de la FAO.

En outre, la faible étendue de terres arables rend l’agriculture locale particulièrement vulnérable. (…) La dégradation des terres constitue un grave problème écologique au Proche-Orient, a-t-il ajouté.

“La menace de la grippe aviaire reste réelle et demande une vigilance accrue”, a souligné M. Diouf. Avec l’aide de la FAO, de nombreux pays de la région ont pu adopter des mesures de protection adéquates. Mais il reste beaucoup à faire. De nouvelles souches d’autres maladies animales sont apparues dans la région, dont des zoonoses susceptibles de passer de l’animal à l’homme.

Les perspectives d’avenir

Mais M. Diouf a fait état d’éléments positifs qui pourraient stimuler le développement agricole. A titre d’exemple, l’exportation de produits agricoles à forte valeur ajoutée au sein de la région ainsi que vers l’Union européenne ou d’autres marchés internationaux pourrait ouvrir de nouveaux créneaux.

M. Diouf a également évoqué des stratégies et des techniques pour rationaliser l’utilisation de l’eau dans le secteur agricole, les pratiques de production agricole plus durables et une meilleure gestion des parcours extensifs, essentielle à la lutte contre la désertification et la perte de biodiversité.

Contact:
Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 252 3616 (portable)

Contact:

Erwin Northoff
Relations médias, FAO
erwin.northoff@fao.org
(+39) 06 570 53105
(+39) 348 252 3616

envoyer cette page
Renforcer les investissements publics dans l’agriculture grâce à la manne pétrolière
Allocution de M. Diouf à la Conférence régionale de la FAO pour le Proche-Orient
4 mars 2008 – Les revenus croissants du pétrole devraient inciter à l’accroissement des investissements dans l’agriculture au Proche-Orient, souligne le Directeur général de la FAO.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS