FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Intensification de …
Intensification de la lutte contre la pêche illégale
Les navires de pêche pirates dans le collimateur
24 juin 2008, Rome – La FAO a lancé aujourd’hui un appel d’un million de dollars aux pays donateurs en faveur d’un projet visant à aider les pays en développement à interdire l’accès aux ports aux navires pratiquant la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche IUU).

“La pêche joue un rôle crucial pour la sécurité alimentaire, la nutrition et les revenus des ménages du monde en développement. Compte tenu de la flambée des prix alimentaires et de la préoccupation croissante sur la situation de certains stocks de poissons sauvages, nous ne pouvons nous permettre de laisser la pêche illégale avoir des répercussions sur ces communautés.”

Cette déclaration a été faite, aujourd'hui, par M. Ichiro Nomura, Sous-Directeur général de la FAO pour les pêches, au cours d'un briefing avec les pays donateurs.

Les fonds serviraient à financer un projet de la FAO lancé en 2005 pour la mise en œuvre d’un dispositif modèle visant à renforcer les mesures du ressort de l’Etat du port susceptibles d’être adoptées par les pays afin de combattre la pêche illégale.

Renforcement des contrôles

Parmi ces mesures figurent des activités comme l’inspection de la documentation et le contrôle des prises et des engins de pêche lors du ravitaillement des navires ou du débarquement de leurs prises au port, ou des rapports d’activité exigés avant l’entrée au port.

Les navires soupçonnés d’être impliqués dans la pêche illégale peuvent se voir refuser l’accès au port, ce qui entraînerait des pertes financières considérables pour leurs propriétaires.

Ces mesures sont parmi les moyens les plus efficaces pour empêcher l’importation, le transbordement ou le blanchiment du poisson capturé dans des conditions illicites.

La pêche IUU constitue un problème ressenti tout particulièrement dans le monde en développement, où, faute de fonds et d’expertise, les procédures de supervision des activités halieutiques dans les eaux côtières sont souvent relâchées et les contrôles portuaires insuffisants.

Les ports des pays en développement sont des lieux de rêve pour les pêcheurs IUU, car ils constituent des points d’entrée commodes.

Améliorer la formation

"Ces pays ont besoin d’être formés aux meilleures pratiques et doivent établir de meilleures lignes de communication à l’échelon régional pour partager les informations sur les contrevenants et harmoniser les initiatives”, a souligné M. Nomura.

La FAO a donc lancé une série d’ateliers régionaux afin d’évaluer l’état des mesures qui sont du ressort de l’Etat du port dans différentes régions du monde.

Les ateliers permettent aussi d’identifier les moyens permettant d'incorporer les volets du dispositif modèle de la FAO et d’harmoniser davantage les mesures de l’Etat du port.

Les ateliers sont destinés aux inspecteurs portuaires, aux autorités de pêche, aux experts juridiques, aux responsables des affaires étrangères et aux douaniers.

Un accord international

M. Nomura a ajouté que le mouvement en faveur de l’adoption rapide d’un accord international contraignant sur les mesures du ressort de l’Etat du port, basé sur le mécanisme modèle de la FAO, est en train de gagner du terrain.

Cela confère un caractère d’urgence au renforcement des capacités nationales pour la mise en application efficace de ces mesures.

“Les ateliers permettront aux pays d’être immédiatement à pied d’œuvre lors de l’entrée en vigueur de l’accord international”, a-t-il dit.

Bons résultats dans 5 régions

A ce jour, cinq ateliers sur les mesures régionales de l’Etat du port ont été tenus dans l’Océan Pacifique, l’Océan indien, en Méditerranée, en Afrique Australe et en Asie du Sud-Est.

Dans les 5 régions, la coopération régionale sur les mesures du ressort de l’Etat du port s’est intensifiée.

Dans le cas de l’atelier Méditerranée, un mécanisme régional sur ces mesures a été créé et adopté par la suite par la Commission générale des pêches pour la Méditerranée.

D’autres ateliers nationaux ont été organisés en Mauritanie et au Sénégal en juin 2008 avec des sessions de suivi prévues pour juillet 2008.

La FAO, qui a reçu de nombreuses demandes d’autres groupes régionaux, voudrait organiser au moins six autres ateliers d'ici à 2010 au Proche-Orient, aux Caraïbes, en Afrique de l’Ouest, en Asie du Sud, en Amérique centrale et en Amérique du Sud.

“Ces ateliers fournissent aux pays qui combattent la pêche illégale depuis longtemps de nouveaux outils déjà en vigueur”, a indiqué M. Nomura.

“Afin de poursuivre et d’étendre ces efforts, il faut un million de dollars en plus. Nous invitons donc la communauté internationale à participer”.

Traité contraignant à l’horizon

L’appel de la FAO a été fait à l’occasion de la Consultation technique qui se tient cette semaine à Rome, où les représentants des pays et les experts examinent un projet de texte pour un accord international juridiquement contraignant qui obligerait les parties à appliquer des règles minimum de mesures de l’Etat du port.

Les instances internationales ont largement reconnu la nécessité d’un instrument juridiquement contraignant, notamment l’Assemblée générale de l’ONU et le Comité des pêches de la FAO (COFI).

L’issue de la consultation de cette semaine sera communiquée au COFI en 2009.

Contact:
Bureau de presse de la FAO
(+39) 06 570 53625
FAO-Newsroom@fao.org

Contact:

Bureau de presse de la FAO
FAO-Newsroom@fao.org
(+39) 06 570 53625

© FAO/D. Minkoh

Une patrouille en mer au large des côtes de l'Afrique de l'Ouest

Documents

Document relatif au projet d'accord contraignant sur les mesures de l'Etat du port (en anglais)

Le modèle de la FAO relatif aux mesures de l'Etat du port (en anglais)

Le plan d'action de la FAO contre la pêche IUU

envoyer cette page
Intensification de la lutte contre la pêche illégale
Les navires de pêche pirates dans le collimateur
24 juin 2008 – La FAO a lancé un appel d’un million de dollars aux pays donateurs en faveur d’un projet visant à aider les pays en développement à interdire l’accès aux ports aux navires pratiquant la pêche illicite, non déclarée et non réglementée.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS