FAO :: Salle de presse :: Dernières nouvelles :: 2008 :: Crise alimentaire: …
Crise alimentaire: les trois agences des Nations Unies basées à Rome en appellent au G8
Nécessité d’une aide accrue à l’agriculture
8 juillet 2008, Rome – Les chefs des trois agences alimentaires des Nations Unies basées à Rome ont lancé un appel aujourd’hui au G8 l’exhortant à aider le monde à se nourrir en contribuant à une nouvelle révolution verte que rendrait possible des financements publics accrus au développement agricole.

Dans un communiqué commun diffusé à Rome, la FAO, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) ont souligné qu’une des principales causes sous-jacentes de la crise alimentaire mondiale actuelle était la baisse dramatique des investissements dans l’agriculture durant les trois décennies écoulées, période durant laquelle l’aide publique au développement (APD) est passée de 17 % à environ 3 % en 2006.

“Le Sommet du G8 au Japon pourrait contribuer de manière décisive à la lutte contre la faim et la pauvreté en inversant cette tendance et en accordant une plus grande part de l’aide au développement au secteur agricole et rural”, souligne la déclaration paraphée par M. Jacques Diouf, Directeur général de la FAO, M. Lennart Båge, Président du FIDA, et Mme Josette Sheeran, Directeur exécutif du PAM.

Catalyser les investissements

“En catalysant les investissements publics et privés, une telle décision pourrait accélérer la stratégie contre la faim consignée dans l’importante Déclaration adoptée par 180 pays et la Communauté européenne lors du Sommet sur la sécurité alimentaire de juin 2008”, indiquent les trois agences de l’ONU.

L’objectif de cette stratégie est de réhabiliter l’agriculture durable comme moteur principal du développement et, à cet effet, tirer profit de l’énorme potentiel des petits agriculteurs du monde entier.

Le système des Nations Unies rassemble ses forces comme jamais auparavant pour mettre les populations vulnérables à l’abri des dangers immédiats de la crise alimentaire, répondre aux besoins les plus pressants des personnes souffrant de la faim et œuvrer pour des solutions à long terme, indiquent les chefs des trois agences. Le Groupe de travail mondial, mis sur pied par le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban-Ki-moon, finalise un Cadre d’action général indiquant dans le détail comment nourrir le monde aujourd’hui et dans les années à venir.

Une tâche colossale

Une tâche colossale nous attend, “car elle implique rien de moins que donner aux pays pauvres la possibilité de se nourrir de nouveau par leurs propres moyens, une capacité qu’ils avaient perdu durant les décennies pendant lesquelles il était possible d’importer des aliments à bon prix et après que les catastrophes naturelles avaient triplé”, indique la déclaration.

Cela revient à lancer une nouvelle “révolution doublement verte” en vue de doubler la production alimentaire mondiale d’ici à 2050 pour nourrir une population mondiale appelée à dépasser les 9 milliards.

Cette révolution agricole doit tenir compte des exigences d’ordre social et économique et de la protection de l’environnement. Elle doit permettre de produire davantage, mais dans le respect de l’environnement et de manière durable. L’agriculture de demain doit également contribuer à adapter les systèmes agricoles locaux à des défis en augmentation rapide et aux contraintes du changement climatique tout en aidant les communautés à en atténuer les effets, indique la déclaration.

L’agriculture de demain

En fait, cela signifie que “l’agriculture de demain doit commencer aujourd’hui”, selon les chefs des trois agences qui ont noté toutefois que la hausse actuelle des prix des denrées alimentaires devrait rendre, au moins pour les dix prochaines années, l’agriculture plus intéressante pour les investissements privés.

Toutefois le rôle du secteur agricole continuera à être crucial. Pour désamorcer la crise alimentaire actuelle et promouvoir la renaissance agricole, le G8 doit se porter aux premiers rangs pour promouvoir la nouvelle révolution verte.

“Ce faisant, la communauté internationale n’aura pas seulement franchi un grand pas vers la sécurité alimentaire pour tous aujourd’hui et demain, mais aussi elle aura contribué à reléguer au passé la faim et la pauvreté”, conclut la déclaration.
Contact:
Christopher Matthews
Relations presse, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762
(+39) 349 589 3612 (portable)

Contact:

Christopher Matthews
Relations presse, FAO
christopher.matthews@fao.org
(+39) 06 570 53762

©FAO/Alessandra Benedetti

Les prix des denrées alimentaires n'ont jamais été aussi élevés ces trente dernières années

Documents

Texte du communiqué commun (pdf, en anglais)

Audio

L'AFP a rencontré le Directeur général de la FAO, Jacques Diouf La FAO demande au G8 de traduire les promesses en actes (46") (mp3)

La FAO, un rôle catalyseur (2'20") (mp3)

Assurer le suivi immédiat de la Conférence de haut niveau sur la flambée des prix de juin dernier (3'29") (mp3)

envoyer cette page
Crise alimentaire: les trois agences des Nations Unies basées à Rome en appellent au G8
Nécessité d’une aide accrue à l’agriculture
8 juillet 2008 – Les chefs des trois agences alimentaires des Nations Unies basées à Rome ont lancé un appel aujourd’hui au G8 l’exhortant à aider le monde à se nourrir en contribuant à une nouvelle révolution verte que rendrait possible des financements publics accrus au développement agricole.
Veuillez insérer une adresse email
Veuillez insérer une adresse email valide
RSS