Les collectivités se mobilisent pour sauver le grand lac du Cambodge


Un centre cambodgien d'éducation environnementale cible adultes, enfants et touristes pour sauver les poissons et la forêt inondée

Les enfants en apprennent plus sur le lac de Tonle Sap en jouant (Centre GECKO)

CHONG KHNEAS, Cambodge -- Toute l'attention des huit enfants est concentrée sur le damier. Un garçon de dix ans avance de cinq cases un petit poisson en plastique. Question: "Nomme une plante ou un animal dont tu as besoin pour vivre." Sans hésiter, il répond "un poisson", réponse qui entraîne une discussion sur les nombreuses variétés de poissons qui vivent dans le lac de Tonle Sap, dans le nord du Cambodge, près du célèbre complexe des temples d'Angkor. Dans un autre coin de la pièce, huit autres enfants parlent de la pollution aquatique et des nombreux usages des plantes de la région.

Cette scène paisible offre un contraste frappant avec la dure réalité de l'environnement que l'on voit par les fenêtres de cette maison flottante d'une pièce qui abrite un centre d'éducation environnemental: le Greater Environment Chong Khneas Office (GECKO). Dans la région de Tonle Sap, qui représente 60 pour cent de la production nationale de poisson, les stocks et les prises de poissons sont en baisse, la déforestation est partout et les ordures ménagères et autres déchets polluent le lac dont des milliers de villageois boivent l'eau.

"Si l'on veut faire améliorer l'environnement à long terme, le mieux est de commencer par les enfants", explique Has Piron, 36 ans, animateur principal du Centre. Ouvert il y a deux ans, le Centre GECKO fait partie d'un projet de gestion des ressources naturelles financé par le gouvernement belge et administré par la FAO; à ce jour, il a sensibilisé plus d'un millier d'enfants à l'environnement.

Le Centre GECKO œuvre avec les collectivités de la partie nord du lac de Tonle Sap, où les habitants ont créé un monde d'habitations, de marchés, de temples, d'échoppes de barbier, d'abattoirs et même de stations-service flottant à la surface des eaux.

Les maisons flottantes du village de Chong Khneas (FAO/K.Iversen)

Naviguer entre les cimes des arbres

La région de Tonle Sap comprend un lac, une plaine d'inondation couverte de ruisseaux et d'étangs interconnectés et des milliers d'hectares de forêt inondée: c'est un bon écosystème pour la reproduction et la nutrition de plus d'une centaine de variétés de poissons. Tous les ans, la superficie du lac, soit 2 500 km2 en saison sèche, passe à 10 000 km2 pendant la saison des pluies; c'est l'époque où les habitants naviguent entre les cimes des arbres partiellement submergés. En 1997, l'UNESCO a déclaré Tonle Sap Réserve de la biosphère, soulignant ainsi le caractère unique de cet environnement et la richesse de sa biodiversité.

"L'environnement du lac est fragile", nous exlique M. Piron. "Les anciens racontent des histoires d'éléphants venant s'abreuver pendant la saison sèche. Et il y a encore quelques années, il était courant d'attraper de gros poissons-chat. Aujourd'hui, tout cela est de l'histoire ancienne."

Sensibiliser les enfants et les adultes

Le Centre GECKO a pour objet de promouvoir la sensibilisation à l'environnement tant chez les enfants que chez les adultes de manière à prévenir la dégradation continue de la région.

Deux fois par semaine, M. Piron et ses trois collègues organisent des classes pour les élèves des collectivités du lac. "Nous nous concentrons sur les principaux problèmes écologiques de la région: la surpêche, les méthodes de pêche préjudiciables à l'environnement, l'abattage de la forêt inondée et l'élimination inappropriée des ordures", précise M. Piron qui enseignait l'éducation environnementale dans les écoles primaires avant de travailler au projet de la FAO.

Les populations locales ont elles-mêmes identifié les problèmes, aidés dans leur tâche par M. Piron et les experts de la FAO qui ont organisé des ateliers d'une semaine dans six collectivités. Au cours des discussions, 30 participants de chaque village ont identifié leurs principaux problèmes écologiques et suggéré des solutions.

D'après M. Piron, "la remontée d'information a été très positive; les participants partagent leurs nouvelles connaissances avec les autres villageois et nous notons déjà des changements dans les comportements. Les choses commencent à aller dans la bonne direction". (Pour avoir plus de détails sur les activités de l'atelier de Chong Khneas, cliquer ici.

Les quatre animateurs devant le Centre environnemental GECKO (Centre GECKO)

Cibler les touristes

Des milliers de touristes visitent la proche ville d'Angkor, célèbre pour les anciens temples khmers en ruines. Certains font le tour du lac en bateau et quelques-uns prennent le temps de venir au Centre pour une présentation de l'environnement de Tonle Sap.

"Nous montrons aux visiteurs qu'il n'y a pas que des temples dans la région et après notre présentation, nombreux sont ceux qui font un don au Centre, qui en a bien besoin", se réjouit Penny Everingham, conseillère de l'éducation environnementale du projet.

Le Centre veut attirer plus de touristes; à cette fin, il œuvre avec les tours-opérateurs locaux. Le nouveau site Web du Centre est aussi un des moyens utilisés pour attirer plus de visiteurs étrangers. Pour vous connecter, cliquez ici.

"Il y a tant de possibilités pour organiser des visites pour les enfants et les touristes, et surtout d'opportunités de sensibiliser les collectivités locales", ajoute Mme Everingham. "Donnez-nous un peu d'argent et quelques heures de plus chaque jour et nous ferons des miracles."

30 janvier 2002

  Lisez ce qu'il est possible de faire en travaillant ensemble: Action locale au Cambodge

 

Pour plus ample information

  

Page d'accueil de la FAO

Cherchez  

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2002