Communiqués de presse 97/31

CommuniquÈs de presse

 Archives 1997


Communiqué de presse 97/31

ELIMINATION DE STOCKS DE PESTICIDES TOXIQUES EN ZAMBIE ET AUX SEYCHELLES - DES STOCKS IMPORTANTS CONTINUERAIENT, SELON LA FAO, A FAIRE PLANER UNE MENACE SUR LA SANTE PUBLIQUE ET L’ENVIRONNEMENT


ROME, 24 juillet. -- L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) vient d’éliminer environ 370 tonnes de pesticides toxiques en Zambie et aux Seychelles dans le cadre de son programme destiné à aider les pays en développement à se débarrasser des pesticides périmés. Les sites d’entreposage ont été complètement nettoyés et des produits chimiques très dangereux et rémanents comme le DDT, le lindane, la dieldrine, l’atrazine, le diazinon, le captan, le malathion et le HCH (hexachlorocyclohexane) ont été expédiés en Europe, où ils seront incinérés. La plupart de ces pesticides provenaient de stocks non utilisés donnés aux pays dans le cadre de programmes d’aide extérieure.

Le coût de l’élimination des pesticides était de 1,3 million de dollars E.-U. La FAO a reçu une assistance financière du Gouvernement des Pays-Bas et de l’Office allemand de la coopération technique (GTZ).

“Les stocks de pesticides périmés constituent une menace sérieuse pour la santé publique et l’environnement”, a déclaré un fonctionnaire de la FAO spécialiste de l’agriculture, Alemayehu Wodageneh. “Les conditions de stockage sont rarement conformes aux normes internationales. Dans nombre de pays, les conteneurs sont entreposés en plein air; peu à peu ils se détériorent et les pesticides qu’ils contiennent s’infiltrent dans le sol, contaminant la terre, l’eau et la nappe phréatique. La plupart des entrepôts sont situés dans des zones urbaines. Beaucoup de ces produits chimiques sont tellement toxiques qu’il suffit de quelques grammes seulement pour empoisonner des milliers de personnes ou contaminer un vaste territoire.”

D’après la FAO, les pays donateurs, les organismes d’assistance, les sociétés fabriquant des produits agrochimiques et les gouvernements bénéficiaires sont tous responsables de l’accumulation progressive de pesticides périmés dans les pays en développement.

Selon des estimations de la FAO, il y aurait plus de 100 000 tonnes de pesticides périmés dans les pays en développement, dont 20 000 tonnes en Afrique. Dans les pays du Proche-Orient, les stocks de pesticides sont estimés à 5 000 tonnes. Plusieurs pays d’Asie et d’Europe de l’Est ont des stocks de pesticides de plus de 5 000 tonnes chacun. Vu l’absence d’installations d’élimination respectueuses de l’environnement, les stocks ne font qu’augmenter. Certains sont vieux de plus de 30 ans.

En 1995, les ventes mondiales de pesticides ont atteint 29 milliards de dollars E.-U., dont 24 milliards rien que pour 11 grandes sociétés. Les coûts d’élimination des pesticides varient de 3 500 à 5 00 dollars la tonne.

La FAO tente actuellement d’obtenir un appui financier des agro-industries pour des opérations pilotes d’élimination des pesticides en Gambie (20 tonnes), au Sénégal (300 tonnes) et au Botswana (200 tonnes).

Rien qu’en Afrique, on estime que les coûts de l’élimination des stocks de pesticides périmés s’élèveraient à 100 millions de dollars. Selon Wodageneh, “il faut une mobilisation massive de ressources à l’échelle planétaire pour remédier en partie à cette situation. Il n’est pas possible d’éliminer cette grande menace pour l’environnement sans un appui financier des agro-industries, des gouvernements et des organismes d’assistance”.

D’après la FAO, la meilleure manière d’éliminer les pesticides est de les incinérer à haute température. Les pays en développement - à l’exception de quelques pays récemment industrialisés - n’ont pas les installations voulues pour éliminer les pesticides sans danger pour l’être humain et sans risque pour l’environnement.

On estime que la solution à long terme serait d’éviter l’accumulation de pesticides périmés. Les stocks doivent être maintenus au niveau le plus bas possible et l’utilisation de pesticides doit être fortement réduite.

Note: la FAO a préparé en anglais, arabe, espagnol et français des directives sur la prévention de l’accumulation de stocks de pesticides périmés, sur le stockage des pesticides et le contrôle des stocks et sur l’élimination de grandes quantités de pesticides périmés. Pour obtenir ces documents, prière de s’adresser à A. Wodageneh, télécopie: 0039-6-5225 6347; courrier électronique: Alemayehu.Wodageneh@FAO.Org

Des informations supplémentaires sont disponibles à la page Internet de la FAO, à l’adresse suivante:

http://www.FAO.Org/Waicent/FAOINFO/AGRICULT/AGP/AGPP/PESTICID/default.htm


 FAO Home 

 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO,1997