Communiqués de presse


 Archives 1998


Communiqué de presse 98/15

LA FAO MET DE NOUVEAU EN GARDE CONTRE LES PESTICIDES PÉRIMÉS


Rome, 4 mars 1998 -- Des quantités importantes de pesticides périmés - plus de 100 000 tonnes - continuent de menacer la santé et l'environnement dans les pays en développement, a mis en garde aujourd'hui l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), à l'issue d'une consultation d'experts de deux jours axée sur le problème de l'élimination des pesticides périmés ou obsolètes.

Tout en invitant la communauté internationale à redoubler d'effort pour aider les pays en développement à éliminer leurs stocks de pesticides périmés, la FAO énumère les pays où de telles interventions sont prioritaires, notamment la Gambie, Madagascar et la Tanzanie. Selon l'Organisation, plusieurs pays donateurs ont déjà fait savoir qu'ils étaient disposés à financer ces interventions.

Sur les 100 000 tonnes de pesticides périmés et dangeureux signalés dans les pays en développement, 15 000 à 20 000 tonnes se trouvent en Afrique et quelque 5 000 tonnes au Proche-Orient. Des quantités importantes se trouvent également en Europe orientale et dans certaines parties de l'ancienne Union soviétique.

"Des milliers de barils de pesticides obsolètes et toxiques rouillent au soleil ou perdent leur contenu toxique en zones urbaines ou rurales dans les pays en développement: un spectacle devenu courant, malheureusement", a déclaré l'expert de la FAO Alemayehu Wodageneh. "Quand ces barils se trouvent à proximité de points d'eau ou en zone urbaine, ils polluent les nappes phréatiques, l'eau potable et les eaux d'irrigation", a-t-il ajouté.

Selon la FAO, quelque 1 511 tonnes de pesticides périmés ont déjà été éliminées dans dix pays: Madagascar, Mauritanie, Mozambique, Niger, Ouganda, Seychelles, Tanzanie, Yémen, Zambie, Zanzibar).

Aldrine, DDT, Dieldrine, Endrine, HCH, Lindane, Malathion et Parathion figurent parmi les produits périmés, obsolètes et hautement toxiques.

Le coût total de l'élimination des pesticides périmés est estimé à 80 millions de dollars rien qu'en Afrique. L'Allemagne et les Pays-Bas ont déjà contribué. Le Danemark a récemment promis 6 millions de dollars. La contribution de l'industrie agrochimique a été très limitée, mais la tendance devrait s'inverser.

"Les agences d'aide sont bien disposées, mais elles s'attendent à une contribution plus consistante de la part de l'industrie agrochimique", souligne-t-on à la FAO. Au cours de la réunion technique, les représentants de ce secteur ont indiqué qu'ils financeraient au cas par cas jusqu'à 30% du coût total de l'élimination des pesticides, précise-t-on de même source.

La meilleure manière d'éliminer les pesticides est de les incinérer à haute température. Les pays en développement n'ont pas, pour la plupart, les installations adéquates pour éliminer les pesticides sans danger pour les humains et l'environnement. A long terme, il convient d'éviter l'accumulation des pesticides périmés. Les stocks doivent être maintenus au niveau le plus bas et l'utilisation de pesticides doit être fortement réduite.

 

**************

 

Pour des informations complémentaires:

Email: Alemayehu.Wodageneh@fao.org

Internet:http://www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/agp/agpp/pesticid/default.htm)

 

 


>

 FAO Home 

>

 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 1998