Communiqués de presse 00/16
Communiqués de presse

 Archives 2000

Communiqué de presse 00/16

REUNION AU JAPON DU GROUPE SPECIAL INTERGOUVERNEMENTAL DU CODEX SUR LES ALIMENTS DERIVES DES BIOTECHNOLOGIES


Chiba (Japon)/Rome .- 14 mars 2000 .- Le Groupe spécial intergouvernemental du Codex sur les aliments dérivés des biotechnologies se réunit, pour la première fois, du 14 au 17 mars à Chiba (Japon) pour élaborer des normes, directives ou recommandations sur les aliments dérivés des biotechnologies, annoncent aujourd'hui l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Ce Groupe spécial a été mis sur pied l'année dernière par la Commission du Codex Alimentarius. Son mandat est de quatre ans et ses membres incluent des représentants des pays membres du Codex, des scientifiques, des représentants des industriels et des associations de consommateurs ainsi que des ONG.

La mission du Groupe spécial, telle que définie dans les documents officiels de la réunion, est d' "élaborer des normes, directives ou autres recommandations, selon qu'il conviendra, pour les aliments dérivés des biotechnologies ou des traits introduits dans les aliments par des biotechnologies, sur la base de preuves scientifiques et de l'analyse des risques et compte tenu, le cas échéant, d'autres facteurs légitimes concernant la santé des consommateurs et la promotion de pratiques commerciales loyales".

Les aliments dérivés des biotechnologies suscitent des préoccupations quant à leurs effets sur la santé humaine et animale et sur l'environnement. La plus grande précaution est de rigueur pour limiter les risques de transfert de toxines d'une forme de vie à une autre, de création de nouvelles toxines et de transfert de composés allergènes d'une espèce à une autre, phénomènes qui pourraient donner lieu à des réactions allergiques non prévues.

En analysant ces risques, le Groupe spécial tiendra compte des travaux effectués jusqu'ici par les autorités nationales, la FAO et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ainsi que par d'autres organisations internationales. Le concept d'"équivalence en substance" a été présenté comme l'approche la plus pratique pour déterminer l'innocuité des aliments. Ce concept, établi par l'OCDE en 1993, est fondé sur l'idée que les organismes existants utilisés en tant qu'aliments ou sources d'aliments peuvent servir de base de comparaison lors de l'évaluation de l'innocuité d'un aliment ou d'un ingrédient, modifié ou nouveau, consommé par l'homme.

Selon Alan Randell, Secrétaire du Groupe spécial, "l'équivalence en substance est un instrument puissant pour identifier les différences et les soumettre à l'analyse. Toutefois ce concept a fait l'objet de critiques et le Groupe spécial devra examiner différents moyens de le développer et de l'appliquer tout en passant en revue d'autres méthodes d'évalutation scientifique des risques".

La Commission du Codex Alimentarius a été constituée en 1962 pour mettre en oeuvre le Programme mixte FAO/OMS sur les normes alimentaires. Elle compte 165 pays membres. Son objectif est de protéger la santé des consommateurs, d'assurer des pratiques loyales en ce qui concerne le commerce des aliments et de favoriser la coordination de l'ensemble des travaux de normalisation alimentaire menés par les organisations internationales gouvernementales et non gouvernementales.

***********

Pour des informations complémentaires, contacter: John Riddle, Relations médias, tél.:(0039) 06. 57053259

E-mail: John.Riddle@fao.org

Autres liens


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2000