Communiqués de presse

 Archives 2000

Communiqué de presse 00/22

LE SECRETAIRE GENERAL DE L'ONU ANNONCE LA CREATION D'UNE EQUIPE SPECIALE POUR LA SECURITE ALIMENTAIRE, L'AGRICULTURE ET LE DEVELOPPEMENT A LONG TERME DANS LA CORNE DE L'AFRIQUE


Rome, 7 Avril 2000 . - Le Secrétaire général de l'ONU, M. Kofi Annan, a annoncé aujourd'hui la création d'une équipe spéciale pour la sécurité alimentaire, l'agriculture et le développement à long terme dans la Corne de l'Afrique et ce, pour faire face à la sécheresse dans cette région.

Le groupe de travail doit mettre au point une stratégie globale pour contrer les effets des sécheresses à répétition et instaurer une sécurité alimentaire durable dans la région. "Cette fois, nous insistons sur l'importance de la prévention afin d'écarter définitivement le spectre de la faim", a déclaré M. Annan qui a nommé le Directeur général de la FAO, M. Jacques Diouf, président du groupe de travail.

En 1999 et depuis le début de l'année en cours, le Système des Nations Unies a diffusé plusieurs alertes spéciales sur la gravité de la situation alimentaire dans la Corne de l'Afrique. Ces alertes ont été émises par le SMIAR (système mondial d'information et d'alerte rapide). Aujourd'hui, la situation a dégénéré en une crise humanitaire grave qui affecte quelque 16 millions de personnes en Ethiopie, Erythrée, Somalie, Soudan, Kenya, Djibouti, Ouganda, Burundi, Rwanda et République unie de Tanzanie. Une sécheresse persistante et de faibles précipitations, aggravées par les effets des conflits et l'insécurité, ont dévasté les cultures et le cheptel et érodé les stocks de nourriture dans une région qui abrite plusieurs milliers de réfugiés et de personnes déplacées.

Comme annoncé précédemment, Mme Catherine Bertini, Directeur exécutif du Programme alimentaire mondial (PAM) et envoyée spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la sécheresse dans la Corne de l'Afrique, effectuera une tournée du 11 au 19 avril dans la région pour sensibiliser l'opinion publique à la menace croissante de famine et susciter des engagements de la part des gouvernements et d'autres parties afin de permettre l'accès à la région des agences humanitaires. Elle examinera aussi les moyens de mettre en place, après l'urgence, une sécurité alimentaire durable dans la région.

A long terme, il faudra s'attaquer aux racines des problèmes afin d'empêcher que de futures sécheresses ne débouchent nécessairement sur des famines. C'est pourquoi, le groupe de travail spécial, réuni sous les auspices du Secrétariat du Comité Administratif de Coordination (CAC) présidé par le Secrétaire général de l'ONU, comprend des représentants du PNUD, de la FAO, du PAM, du FIDA, de la Banque mondiale, de la CEA, de l'OMM, du PNUE et de l'UNICEF. Le groupe de travail oeuvrera en consultation étroite avec les gouvernements concernés et les organisations régionales, y compris l'Organisation de l'unité africaine (OUA), l'Autorité intergouvernementale pour le développement et la Banque de développement africaine.

La première réunion du groupe de travail s'est tenue aujourd'hui au siège du PAM, à Rome. Les discussions ont porté sur les méthodes de travail, les systèmes d'information, les modalités d'application et la mobilisation des ressources pour faire face aux problèmes présents et futurs. Une deuxième séance de travail aura lieu à Genève, à l'occasion de la Session spéciale de l'Assemblée générale de l'ONU, du 26 au 30 juin 2000. Un rapport sera présenté en temps opportun au CAC qui se réunira de nouveau en octobre prochain à New York.

*********

Pour toute information complémentaire, consulter le site web de la FAO: http://www.fao.org ou contacter, au Bureau de presse de cette agence de l'ONU, Pierre Antonios (tél. 0039.06.57053473; email: pierre.antonios@fao.org)


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2000