Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/05

NOUVELLE MISE EN GARDE FAO/OMS CONTRE LES PESTICIDES DE MAUVAISE QUALITÉ DANS LES PAYS EN DEVELOPPEMENT


Rome/Genève, 1 février 2001.- Environ 30 pour cent des pesticides commercialisés dans les pays en développement, soit une valeur marchande annuelle de 900 millions de dollars, ne sont pas conformes aux standards de qualité internationaux et menacent, en conséquence, la santé humaine et l'environnement, souligne un communiqué conjoint de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Ces pesticides de mauvaise qualité contiennent fréquemment des substances dangereuses et des impuretés. Ils sont interdits ou strictement limités ailleurs", indique l'expert de la FAO Gero Vaagt. "De tels pesticides vont souvent gonfler les stocks de pesticides obsolètes des pays en développement."

Au niveau mondial, la valeur marchande des pesticides était de 32 milliards de dollars en 2000, dont 3 milliards pour les pays en développement. Dans ces pays, les pesticides sont principalement employés dans l'agriculture, mais aussi en santé publique, comme insecticides contre l'agent de la malaria.

Les principales causes de la mauvaise qualité des pesticides sont la production et la formulation douteuses. "Dans beaucoup de produits, les concentrations d'ingrédients actifs dépassent les limites de tolérance internationalement acceptées", affirme le docteur David Heymann, Directeur exécutif à l'OMS. "En outre, les pesticides de mauvaise qualité peuvent être contaminés par des substances toxiques ou des impuretés."

En prenant en compte la qualité de l'emballage et l'étiquetage, la situation s'aggrave. "L'étiquetage est souvent incorrect et ne fournit pas d'indications précises sur l'ingrédient actif, la date de fabrication et la manipulation du produit." L'étiquette est la seule source d'information pour une utilisation sûre et efficace du produit chimique par le consommateur.

Selon la FAO et l'OMS, les pesticides de mauvaise qualité sont largement répandus en Afrique subsaharienne où le contrôle de qualité est généralement faible.

Les deux agences onusiennes recommandent vivement aux gouvernements et aux organisations internationales et régionales d'adopter les spécifications de qualité qu'elles ont établies pour la production et la commercialisation de pesticides de bonne qualité. Elle soulignent également l'importance du contrôle de la qualité.

La FAO et l'OMS viennent de signer un accord aux termes duquel elles s'engagent plus loin dans le cadre d'un programme commun sur les spécifications des pesticides. Une procédure unifiée leur permettra de développer des standards de haute qualité susceptibles de protéger davantage la santé humaine et l'environnement tout en assurant une production agricole durable.

*********

Pour information: http://www.fao.org/AG/AGP/AGPP/Pesticid

Pour toute information, contacter le chargé d'information de la FAO Erwin Northoff, tél: 0039-06-5705 3105, e-mail: erwin.northoff@fao.org


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001