Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/16

LES EVALUATIONS DES RESSOURCES FORESTIERES DE LA FAO ET LE RECHAUFFEMENT DE LA PLANETE


Rome, le 15 mars 2001 - Le Système d'information sur les forêts de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), fondé sur les Evaluations des ressources forestières de l'Organisation, pourrait servir à mesurer l'évolution des stocks de carbone dans les forêts dans le cadre du Protocole de Kyoto, afin de réduire les gaz à effet de serre et combattre le réchauffement de la planète, a déclaré la FAO aujourd'hui.

La refonte de l'Evaluation des ressources forestières sera un des points à l'ordre du jour pour plus de 300 ministres, hauts fonctionnaires et experts représentant le secteur forestier du monde entier, réunis à Rome cette semaine pour la 15ème session du Comité des forêts (COFO).

Le Protocole de Kyoto, signé à la Troisième Conférence des parties prenantes à la Convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique en décembre 1997, comprend d'importants aspects liés à la foresterie, selon la FAO. Pour quantifier la contribution potentielle des forêts à la réduction des émissions de gaz à effet de serre grâce au recul de la déforestation et au reboisement, un calcul détaillé des sources de carbone concernées sera nécessaire. Il faudra en outre effectuer une analyse approfondie d'autres critères environnementaux et socio-économiques influant sur les choix d'aménagement des forêts et la possibilité de remplacer les combustibles fossibles par la bio-énergie, a affirmé l'Organisation.

Le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) estime qu'entre 1995 et 2050, la fixation du carbone, due au recul du déboisement, à la régénération des forêts et au développement des plantations et de l'agroforesterie, pourrait contribuer à compenser environ 12-15 pour cent des émissions mondiales de carbone dérivant des combustibles fossiles. A la réunion de Kyoto, 39 pays se sont engagés à réduire dans l'ensemble, entre 2008 et 2012, les émissions de gaz à effet de serre d'au moins 5 pour cent. Certains d'entre eux se sont engagés à aller jusqu'à une réduction des émissions de 25 pour cent par rapport aux niveaux de 1990, d'ici 2008-2012.

Examinant les propositions de la FAO en vue de la future Evaluation mondiale des ressources forestières, le Directeur général adjoint de la FAO, David Harcharik, a déclaré dans son discours d'ouverture du COFO: "Une conclusion importante et troublante de cette évaluation récente est que, même si nous avons davantage de données sur les forêts et la foresterie que jamais auparavant (en particulier sur Internet), certaines informations clés nécessaires pour une gestion durable des forêts continuent à manquer."

Le Sous-Directeur général pour les forêts, Hosny El Lakany, a déclaré que le Programme FAO d'évaluation des forêts envisage des moyens de rendre les futures évaluations plus utiles et a déjà lancé des étapes initiales de l'élaboration d'une méthodologie pour une enquête forestière mondiale. M. El Lakany a invité les Etats membres à réaliser des inventaires plus détaillés, plus réguliers et plus précis de leurs ressources forestières, y compris le suivi des changements intervenus dans les forêts. Ces informations, utilisées par les organismes concernés, serviraient à examiner des questions comme la fixation du carbone, la diversité biologique et l'aménagement durable des forêts, a ajouté M. El Lakany.

Selon le Plan stratégique de la FAO pour les forêts, le principal enjeu que doit relever le secteur à moyen terme consiste à équilibrer la demande accrue de produits dérivés du bois et de produits non ligneux avec toute une gamme de services sociaux, culturels et de protection de l'environnement, en prenant conscience du role fondamental des forêts et des arbres pour la sécurité alimentaire, l'emploi rural, la conservation des ressources en sols et en eau, l'atténuation du changement climatique et la conservation de la diversité biologique.

***********

Pour tous renseignements complémentaires, veuillez contacter M.Wulf Killmann, Président du Groupe de travail interdépartemental sur le climat dans le cadre de l'agriculture et de la sécurité alimentaire, FAO. Tel. 39-0657053221; E-mail: wulf.killmann@fao.org, ou consulter le site web de la FAO à l'adresse suivante: http://www.fao.org/forestry

Extrait sonore

15ème Session du Comité des Forêts de la FAO, Rome, 12-16 March 01

La déforestation en Afrique de l'Ouest est, certes, imputable à l'avancée du désert, mais elle est également provoquée par l'homme dans sa quête du développement. Aujourd'hui, au Mali, les politiques réalisent qu'il faut replanter des arbres dans les périmètres récemment aménagés pour l'irrigation.

Interview de M. Boubacar Sow, coordinateur du Plan-Directeur de l'Office du Niger, à Ségou au Mali, avec Liliane Kambirigi (FAO)

Durée: 3min11sec

En Realaudio ( écoute instantanée, 392 Kb) ftp://ext-ftp.fao.org/Radio/RealAudio/2001/COFO-Mali-fr.rm

En mp3 (qualité broadcast, 1,500 Mb à télécharger):
ftp://ext-ftp.fao.org/Radio/MP3/2001/COFO-Mali-fr.mp3

Il faut le logiciel Realplayer pour écouter les fichiers Real : Realplayer 8 basic (gratis sur leWeb: http://www.realplayer.com)

Il faut un logiciel mp3 pour écouter les fichiers mp3:Winamp, Windows Media player, Quicktime 4.0, Realplayer 8, etc...que vous pouvez obtenir gratuitement sur leWeb: http://www.realplayer.com; http://www.winamp.com; http://quicktime.com; http://www.microsoft.com/downloads/

Pour les radios:

Le son peut vous être transmis par ligne téléphonique ou Numéris (ISDN): veuillez contacter le service radio de la FAO au n° de téléphone: 00 39 06 57 05 6863/3749


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001