Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/22

PERSISTANCE DE DEFICITS ALIMENTAIRES GRAVES EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE
PLUS DE 18 MILLIONS DE PERSONNES DEPENDENT DE L'AIDE ALIMENTAIRE DANS L'EST DE L'AFRIQUE


Nairobi, 9 avril 2001. - Quelque 28 millions de personnes en Afrique subsaharienne, dont 18 millions en Afrique orientale (soit 64%), continuent de souffrir de pénuries alimentaires graves et persistantes alors que les projections relatives aux récoltes pour 2001 ne sont pas brillantes, selon un rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), rendu public aujourd'hui au cours d'une conférence de presse.

Seize pays (*) d'Afrique subsaharienne font face à des situations alimentaires d'urgence, indique le rapport "Situation alimentaire et perspectives de récoltes en Afrique subsaharienne - avril 2001". Une aide alimentaire d'urgence sera encore nécessaire en 2001 dans tous les pays de l'Est de l'Afrique et dans la région des Grands Lacs ainsi qu'en Angola, Guinée, Libéria et Sierra Leone.

Selon le rapport, la production alimentaire en Afrique australe devrait accuser une forte baisse du fait principalement de conditions climatiques défavorables et de troubles civils en Angola, au Burundi, en République démocratique du Congo, en Guinée, en Sierra Leone et au Soudan.

La FAO a invité la communauté internationale à accorder une aide financière substantielle pour la réhabilitation de l'agriculture et des infrastructures au Mozambique où des inondations ont provoqué des dégâts considérables au cours des deux dernières années. Le Libéria, le Rwanda, la République du Congo et la Sierra Leone auront également besoin d'aides financières pour réhabiliter leurs secteurs agricoles affectés par les troubles civils, selon le rapport.

"Au Kenya, une forte sécheresse en 1999/2000 a compromis la sécurité alimentaire de près de 4,4 millions de personnes nécessitant une vaste opération de secours. En dépit d'une certaine amélioration, la situation demeure précaire en ce qui concerne les approvisionnements alimentaires."

En Erythrée, la situation est également précaire pour plus de 1,8 million de personnes du fait des hostilités armées avec l'Ethiopie. Une partie de la population souffre également des effets de la sécheresse de l'année dernière dans certaines régions. En Ethiopie, malgré l'amélioration des disponibilités alimentaires dans l'ensemble, quelque 6,5 millions de personnes sont dépendantes de l'aide alimentaire du fait des sécheresses successives et de la guerre. Les communautés pastorales de la partie sud-est du pays sont les plus touchées.

Au Soudan également, des pénuries alimentaires graves sont signalées à l'ouest et au sud du pays du fait de la sécheresse. "La guerre civile, qui se prolonge, a exacerbé la situation empêchant les activités agricoles et la distribution de l'aide d'urgence."

En Somalie, les perspectives alimentaires s'étant améliorée à la suite de bonnes récoltes, le nombre de personnes qui ont besoin d'aide alimentaire est passé de 750 000 en 2000 à 500 000 pour l'année en cours. Toutefois, de récentes enquêtes nutritionnelles montrent des taux de malnutrition élevés et persistants du fait des séquelles des sécheresses successives et de plusieurs années d'insécurité dans le pays.

En République démocratique du Congo, les perspectives alimentaires sont "ternes". L'aide alimentaire sera nécessaire dans la région des Grands Lacs, notamment au Burundi et au Rwanda. Aux quelque 2 millions de personnes déplacées en République démocratique du Congo, il faut ajouter 333 000 réfugiés, ayant fui, pour la plupart, l'Angola. Et leur nombre continue d'augmenter du fait de problèmes nutritionnels et de santé aggravés par des affrontements armés dans ces deux pays. La situation a, en outre, été aggravée par les ravages causés aux cultures par le virus de la mosaïque du manioc. La situation alimentaire est également critique dans les villes, notamment à Kinshasa où le nombre de personnes vulnérables est en augmentation.

En Afrique australe, la production céréalière devrait accuser une forte baisse en 2001 du fait de mauvaises conditions climatiques. En Afrique du Sud, la faiblesse des prix du maïs lors de la saison des semailles a entraîné une diminution des superficies plantées alors qu'au Zimbabwe la production s'est ressentie de l'affectation de nouvelles terres aux exploitants commerciaux conformément à la réforme agraire.

Selon les estimations les plus récentes, la production de maïs -- qui représente 75 pour cent de la production céréalière totale en Afrique australe -- devrait chuter de 27 pour cent par rapport à l'année dernière. En Afrique du Sud, la régression serait d'environ 34 pour cent. Conséquence: les excédents exportables devraient être nettement inférieurs à ceux de l'année écoulée forçant les pays limitrophes à importer les grains de pays éloignés.

Dans certaines parties du Mozambique, du Malawi, de la Zambie et du Zimbabwe, quelque 960 000 personnes ont été très affectées par des inondations qui ont provoqué des dégâts considérables aux infrastructures, aux habitations et aux troupeaux. C'est, par exemple, le cas des habitants du bassin du Zambèze, au Mozambique.

Dans le Sahel, les récoltes ont régressé dans certaines parties, notamment au Burkina Faso, au Tchad et au Niger. La distribution de l'aide alimentaire aux populations affectées est en cours dans cette région alors que les gouvernements concernés ont déjà lancé des appels aux donateurs. La Sierra Leone et le Libéria demeurent fortement tributaires d'une aide alimentaire internationale malgré une légère amélioration de la production. La Guinée doit faire face à une rébellion armée à ses frontières, qui perturbe les activités agricoles et provoque de nouveaux déplacements de population.

Dans l'ensemble, les besoins d'importations céréalières de l'Afrique subsaharienne demeureront élevés en 2001 du fait, à la fois, des effets de la sécheresse de l'année dernière en Afrique de l'Est, de récoltes réduites dans certaines parties du Sahel et d'une baisse annoncée de la production en Afrique australe.

(*) Les 16 pays sont: Angola, Burundi, République démocratique du Congo, République du Congo, Erythrée, Ethiopie, Guinée, Kenya, Libéria, Madagascar, Rwanda, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tanzanie et Ouganda.

***********

Parallèlement au suivi de la situation des récoltes en Afrique subsaharienne par le Système mondial d'information et d'alerte rapide de la FAO (Smiar), le Service des opérations spéciales de secours de l'Organisation aide les agriculteurs affectés par les catastrophes provoquées par la nature ou par l'homme à redémarrer leurs activités agricoles. Ce Service est à l'oeuvre dans les pays et régions ci-après: Angola, Burundi, Congo, Ethiopie, Corne de l'Afrique, Grands Lacs, Afrique Centrale, Somalie, Soudan. L'objectif principal est d'aider les populations sinistrées à produire des denrées alimentaires rapidement et en quantités suffisantes pour recommencer à se nourrir convenablement.

Le rapport est disponible, pour l'instant, en anglais sur notre site internet:
http://www.fao.org/WAICENT/faoinfo/economic/giews/english/eaf/eaftoc.htm

FOOD SUPPLY SITUATION AND CROP PROSPECTS IN SUB-SAHARAN AFRICA

Pour des informations complémentaires, contacter:
Paul Fouda-Onambele (FAO)
Chargé d'information pour l'Afrique
Telephone: +(254-2) 624594
E-mail: Paul.FoudaOnambele@unon.org


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001