Communiqués de presse

 Archives 2001

Communiqué de presse 01/30

LE SIDA DÉCIME LA POPULATION ACTIVE RURALE DANS PLUSIEURS PAYS D'AFRIQUE, SELON LA FAO


Rome, 10 mai 2001.- Selon un nouveau rapport de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) les morts dues au VIH/SIDA* dans les dix pays africains les plus touchés réduiront la population active de 26 pour cent d'ici 2020.

La FAO estime que, depuis 1985, quelque 7 millions de travailleurs agricoles ont péri des suites du SIDA dans 27 pays africains gravement touchés. Le bilan est appelé à s'alourdir puisque le rapport prévoit seize millions de décès supplémentaires dans les vingt prochaines années.

Le rapport, préparé en vue de la vingt-septième session du Comité de la sécurité alimentaire mondiale qui se réunira à Rome du 28 mai au 1er juin, souligne : "Il n'est guère de crises dans l'histoire de l'humanité qui aient menacé de manière aussi aiguë la santé humaine et le progrès économique et social que l'épidémie de VIH/SIDA".

Quelque 36 millions de personnes dans le monde ont contracté le VIH, le virus qui cause le SIDA, et 95 pour cent d'entre elles vivent dans les pays en développement. L'Afrique subsaharienne est la région la plus durement frappée par l'épidémie, avec 24 millions de personnes infectées. L'Inde, avec plus de 4 millions de personnes, est le pays qui compte la plus forte proportion de population infectée.

Le virus a un fort impact sur la nutrition, la sécurité alimentaire, la production agricole et les sociétés rurales de nombreux pays, selon le rapport. La maladie frappant généralement les membres les plus économiquement productifs de la société, le VIH/SIDA revêt une importance fondamentale pour le développement agricole, économique et social.

"Le VIH/SIDA peut avoir des effets dévastateurs sur la sécurité alimentaire et la nutrition des ménages", indique le rapport. "On observe de manière assez systématique que les conditions de vie de la famille commencent à se dégrader lorsque le premier adulte tombe malade."

"Les dépenses médicales augmentent et la productivité diminue. La production alimentaire et les revenus chutent brutalement chaque fois qu'un nouvel adulte est atteint par la maladie. Une fois l'épargne épuisée, la famille cherche de l'aide auprès de parents, emprunte de l'argent ou vend ses biens," selon le rapport.

"Une étude réalisée en Ouganda a montré que 65 pour cent des ménages touchés par le SIDA étaient obligés de vendre des biens pour payer les soins. Souvent, les enfants sont contraints d'abandonner l'école car la famille a besoin de leur aide et ne peut payer les frais de scolarité. Le temps consacré aux enfants, à l'hygiène et à la préparation de la nourriture est sacrifié. A la mort du malade, le coût des funérailles réduit encore la capacité de production du ménage."

Une autre étude menée en Tanzanie a montré que la consommation d'aliments par habitant diminuait de 15 pour cent dans les ménages les plus pauvres lorsqu'un adulte mourait. L'apport alimentaire est également compromis lorsque les mères meurent, car ce sont elles qui sont chargées de la préparation des repas. Pour le malade, la malnutrition et le VIH/SIDA peuvent former un cercle vicieux dans lequel la dénutrition augmente la vulnérabilité aux infections et aggrave de ce fait la pathologie du SIDA.

Selon le rapport de la FAO, la perte de nombreux adultes actifs affecte la capacité de la société tout entière de se maintenir et se reproduire. "Les techniques agricoles risquent de se perdre car les enfants n'ont pas la possibilité de regarder travailler leurs parents". Les pauvres paient un tribut particulièrement lourd au VIH/SIDA. Les familles rurales touchées se tournent couramment vers des activités de subsistance non agricoles. Certains partent à la recherche d'un emploi ou d'un revenu rapide et peuvent ainsi être amenés à adopter des comportements à risque comme l'abus de drogue ou la prostitution, selon le rapport.

Pour combattre la propagation de la maladie et atténuer son impact, le rapport de la FAO émet une série de recommandations qui seront examinées par le Comité de la sécurité alimentaire mondiale lors de sa 27ème session. Les recommandations soulignent qu'il faut orchestrer des campagnes énergiques pour sensibiliser les gouvernements, les responsables politiques, les ministères, les ténors de l'opinion et le grand public, aux conséquences duVIH/SIDA. Une aide particulière s'impose pour que les enfants et les autres membres des ménages victimes du SIDA et privés de ressources soient assurés de pouvoir couvrir leurs besoins journaliers de nourriture et de produits de première nécessité.

Le rapport souligne qu'il conviendrait de revoir les lois et les coutumes relatives à l'accès à la terre et aux ressources pour veiller à préserver les moyens de subsistance des veuves, des orphelins et des autres ménages pauvres atteints par le VIH/SIDA. Parmi les autres recommandations du rapport figurent la mise en place de programmes de sécurité alimentaire et de nutrition des ménages et des communautés, ainsi que la formation et l'éducation des agents de vulgarisation agricole afin qu'ils puissent aider les ménages touchés par le SIDA.

Le rapport invite également les pays donateurs à fournir une aide en matière de prévention du virus et de réduction de son impact négatif sur la sécurité alimentaire, en donnant des conseils et en octroyant des fonds aux pays durement frappés par le virus. Cette assistance pourrait comprendre une aide alimentaire aux ménages et aux orphelinats.

Au cours des dix dernières années, la FAO a entrepris diverses évaluations de l'impact duVIH/SIDA sur l'agriculture, la sécurité alimentaire et le développement rural, et a aidé les pays à mettre au point leurs programmes. En 1999, la FAO a signé un accord avec l'ONUSIDA pour préparer de vastes réponses aux problèmes du SIDA liés au développement agricole et à la sécurité alimentaire.

*Virus de l'immunodéficience humaine (VIH), *Syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA).

* * * * * * * * * *

Pour des informations complémentaires, contacter John Riddle (chargé d'information FAO), tél.: 0039.0657053259.

Le rapport intégral de la FAO est en ligne à l'adresse suivante: http://www.fao.org/docrep/meeting/003/Y0310f.htm

Pour plus ample information

Article: SIDA - Menace pour l'Afrique rurale


>
Page d' accueil de la FAO 
>
 Rechercher notre site 

Suggestions?: Webmaster@fao.org

©FAO, 2001